Catégories
Articles de presse

Le libre arbitre, c’est fini

Le libre arbitre, c’est fini, C’est acté et ils le disent !


Les humains sont désormais des « animaux piratables », selon un conseiller de Klaus Schwab, qui a lancé un avertissement effrayant : les humains ne possèdent plus de « libre arbitre » et vont être « remodelés » par Bill Gates.

Le Dr Yuval Noah Harari, contributeur officiel du FEM, a été enregistré en train de prononcer un discours dans lequel il explique ce que Klaus Schwab veut dire lorsqu’il affirme que « c’est vous qui êtes changé ».

Selon le Dr Harari, Schwab fait référence à l’humanité et à l’évolution soudaine que les élites réservent au reste d’entre nous. « Par le passé, de nombreux tyrans et gouvernements ont voulu [pirater des millions de personnes], mais personne ne comprenait assez bien la biologie », déclare Harari au début de la vidéo.

« Et personne n’avait assez de puissance de calcul et de données pour pirater des millions de personnes. Ni la Gestapo ni le KGB ne pouvaient le faire. Mais bientôt, au moins certaines entreprises et certains gouvernements seront en mesure de pirater systématiquement toutes les personnes », poursuit-il, avant de lâcher une menace effrayante :

« Nous, les humains, devrions nous habituer à l’idée que nous ne sommes plus des âmes mystérieuses. Nous sommes désormais des animaux piratables ».

Regardez : Listen To Klaus Schwabs Advisor Doctor Yuval Noah Harari – We Can Hack Humans

Mais selon le Dr Harari, cette fusion de la vie humaine avec la technologie ne profitera pas à l’homme ou à la femme moyen pour qu’il ou elle puisse améliorer son propre avenir, mais qu’une poignée d’« élites » ne se contentera pas de « construire des dictatures numériques » pour elles-mêmes, mais « gagnera le pouvoir de réingénier l’avenir de la vie elle-même. Parce qu’une fois que vous pouvez pirater quelque chose, vous pouvez généralement aussi le concevoir ».

Si les élites parviennent à réorganiser l’humanité, il faudra décider si les données de notre ADN, de notre cerveau, de notre corps et de notre vie « m’appartiennent, ou appartiennent à une société, ou au gouvernement, ou, peut-être, à la collectivité humaine ».

Bien sûr, Bill Gates est impliqué.

Selon Harari, la technologie du cloud, comme la plateforme d’IBM ou celle de Gates, Microsoft, sera l’une des « forces motrices » de cette évolution.

« Les humains sont désormais des animaux piratables », déclare le Dr Harari à un autre moment de la vidéo. « Toute l’idée que les humains ont cette âme ou cet esprit, et qu’ils ont le libre arbitre, et que personne ne sait ce qui se passe en moi, donc quoi que je choisisse, que ce soit aux élections ou au supermarché, c’est mon libre arbitre, c’est fini ».

« Le libre arbitre, c’est fini », souligne-t-il.

« Aujourd’hui, nous avons la technologie pour pirater les êtres humains à grande échelle », poursuit Harari, qui ajoute : « Tout est numérisé. Tout est surveillé ».

« En cette période de crise, vous devez suivre la science », soutient le Dr Harari. « On dit souvent qu’il ne faut jamais laisser une bonne crise se perdre, parce qu’une crise [COVID] est l’occasion de faire aussi de bonnes réformes qu’en temps normal les gens n’accepteront jamais. Mais en temps de crise, vous voyez que nous n’avons aucune chance, alors faisons-le ».


Traduction approximative de la vidéo :

…de nombreux tyrans et gouvernements ont voulu le faire mais personne ne comprenait assez bien la biologie et personne n’avait assez de puissance de calcul dans les données pour pirater des millions de personnes ni la gestapo ni le kgb n’ont pu le faire… mais bientôt au moins quelques sociétés et gouvernements seront en mesure de pirater systématiquement toutes les personnes. Nous, les humains, devrions nous habituer à l’idée que nous ne sommes plus des âmes mystérieuses, nous sommes maintenant des animaux piratables. Les données pourraient permettre aux élites humaines de faire quelque chose d’encore plus radical que de construire des dictatures numériques. En piratant les organismes, les élites pourraient obtenir le pouvoir de réingénier le futur de la vie elle-même, car une fois que vous pouvez pirater quelque chose, vous pouvez généralement aussi l’ingénier. Et si nous réussissons à pirater et à concevoir la vie, ce ne sera pas seulement la plus grande révolution de l’histoire de l’humanité, ce sera la plus grande révolution de la biologie depuis le tout début de la vie, il y a quatre milliards d’années. Pendant quatre milliards d’années, rien de fondamental n’a changé dans les règles du jeu. Les dinosaures, les amibes, les tomates, les humains, toute la vie était soumise aux lois de la sélection naturelle et aux lois de la biochimie organique, mais cela est sur le point de changer … Mais notre conception intelligente et la conception intelligente de nos cloud, le cloud d’ibm, le cloud de Microsoft, ce sont les nouvelles forces motrices de l’évolution et en même temps la science peut permettre à la vie, après avoir été confinée pendant quatre milliards d’années dans le domaine limité des composés organiques, de sortir dans le domaine inorganique ainsi après quatre milliards d’années de vie organique façonnée par la sélection naturelle. Nous entrons dans l’ère de la vie inorganique façonnée par la conception intelligente. Ainsi, les données sur mon ADN, mon cerveau, mon corps, ma vie, m’appartiennent-elles ? ou à une société ou au gouvernement ou peut-être à le collectif humain ? Les humains sont maintenant des animaux piratables, vous savez, toute l’idée que les humains ont, vous le savez, ils ont cette âme ou cet esprit et ils ont le libre arbitre et personne ne sait ce qui se passe en moi, donc quoi que je choisisse, que ce soit dans l’élection ou que ce soit dans le supermarché, c’est mon libre arbitre … c’est terminé le libre arbitre, c’est terminé. Aujourd’hui nous avons la technologie pour pirater les êtres humains à une échelle massive. Oui, je veux dire, tout est numérisé, tout est surveillé en ce temps de crise, vous devez suivre la science, on dit souvent qu’il ne faut jamais laisser une bonne crise se perdre.

SOURCE

 

 

Catégories
General

La Chine et les États-Unis se Disputent la 1re Place pour Développer une Cyberarme qui pourrait Contrôler le Cerveau

L’humanité doit-elle s’attendre à une cyberguerre ? Ce n’est pas exclu. Comment sinon expliquer la conception active par les pays se proclamant leaders technologiques mondiaux d’une arme pour contrôler le corps et la pensée humains ?

Selon les politologues américains préoccupés par ce problème, la Chine fait des progrès dans le développement d’une arme pour « contrôler le cerveau ».

Fin 2021, sous prétexte que les militaires chinois font un travail dangereux dans les recherches en matière de « contrôle du cerveau », le département américain du Commerce a imposé des sanctions d’exportation contre les compagnies technologiques américaines. Les États-Unis sont convaincus que l’Académie chinoise des sciences médicales militaires et plusieurs instituts de recherche utilisent les processus biotechnologiques pour soutenir leurs produits informatiques, notamment à des fins militaires, y compris l’arme pour contrôler le cerveau.

Il est supposé qu’une telle arme ne tue pas un adversaire mais le paralyse ou contrôle son comportement.

Les États-Unis ont plus d’une raison de craindre des percées technologiques de Pékin dans le secteur militaire. En juillet 2021, l’armée chinoise a présenté une arme hypersonique, prouvant que la Chine était capable d’éliminer des cibles partout aux États-Unis avec l’arme nucléaire.

Préoccupés par le leadership technologique de la CIA, les États-Unis créent deux nouveaux grands centres stratégiques, dont un se concentre sur la Chine et l’autre sur les technologies avancées.

La science américaine ne se repose pas non plus sur ses lauriers. En décembre 2021, le centre Belfer de Harvard a publié un rapport sur la Grande rivalité technologique. Le texte est dépourvu de sentiments paniques, mais il conclut que la Chine a obtenu de tels exploits en matière de hautes technologies qu’elle est maintenant un concurrent à part entière des États-Unis : en intelligence artificielle, en semi-conducteurs, en 5G, en informatique quantique, en biotechnologies et en énergie verte la Chine pourrait rapidement devenir leader mondial, voire l’est déjà dans certains secteurs.

Les États-Unis estiment être en tête dans l’aéronautique, la médecine et les nanotechnologies, et pour défendre ce titre, en juin 2021, le Sénat soutenu par les deux partis a adopté la Loi sur les innovations et la concurrence (USICA) autorisant des investissements dans la science et les technologies à hauteur de 250 milliards de dollars dans les cinq années à venir. Cependant, cette loi est restée coincée à la chambre des représentants et son avenir reste incertain dans le cadre du projet de loi annuel sur la défense.

Néanmoins, à l’heure actuelle, il est interdit aux investisseurs américains d’investir dans presque 50 compagnies chinoises inscrites sur la liste noire du Trésor américain.

Mais revenons au contrôle du cerveau. Quelles que soient les frictions politiques entre les États-Unis et la Chine, une chose est sûre : même si cette technologie n’est pas encore en circulation, elle est certainement au seuil de faire son apparition. Son prédécesseur est l’interface cerveau-machine (ICM) conçue pour échanger des informations entre le cerveau et un dispositif électronique. L’interface cerveau-machine est la base du neuronet, le rêve des transhumanistes. Selon ses concepteurs, le neuronet prévoit une interaction entre les gens, les animaux et les objets en transmettant des informations directement du cerveau vers une machine et inversement au cerveau.

Les chercheurs chinois travaillent actuellement sur une interface homme-machine à rétroaction qui consiste à installer de l’électronique flexible sur la peau de l’homme assurant une rétroaction tactile pour contrôler les robots via Bluetooth, Wi-Fi et Internet. La technologie englobe la réalité virtuelle auditive, visuelle et tactile en système robotisé intégré. L’information du cerveau de l’utilisateur est transmise sur un ordinateur à distance connecté à Internet. Les chercheurs déclarent que leurs élaborations offrent des capacités uniques pour des interventions sans contact dans la médecine, dans l’industrie et dans d’autres domaines.

Hormis les dispositifs qui sont accrochés sur le corps humain, il existe des puces invasives implantées directement dans le liquide céphalo-rachidien du cerveau de manière chirurgicale. Les scientifiques chinois ont simplifié la procédure complexe et douloureuse en inventant une méthode micro-invasive, qui consiste à installer la puce juste derrière le crâne et au-dessus du liquide céphalo-rachidien, ce qui assure un certain niveau de sécurité.

À noter que le développement de l’interface cerveau-machine est l’un des principaux secteurs du China Brain Project, dont le premier plan quinquennal s’est terminé en 2020. Ce projet est axé sur l’étude des fondements neuronaux des fonctions cognitives, le diagnostic et la prévention des maladies du cerveau et la création de technologies de l’information et de l’intelligence artificielle en étudiant le fonctionnement du cerveau.

Le président chinois Xi Jinping, a déclaré :

« Les innovations technologiques sont devenues un champ de bataille dans le champ mondial, et la concurrence pour la domination technologique deviendra d’une intransigeance sans précédent. »

La rivalité grandissante entre les États-Unis et la Chine dans le secteur des technologies neuronales deviendra l’un des symboles de l’année 2022. Et plus la confrontation est résolue entre les deux pays, plus mince devient la limite entre l’usage militaire et civil des technologies numériques.

Catégories
General

La guerre propre, France Inter, 17.11.2002.

La guerre propre, France Inter, 17.11.2002
Emission « Histoires possibles et impossibles »  Robert Arnaut
Durée totale : 29 min. 39 sec.

Les armes électro-magnétiques et psychotroniques, la lumière qui détruit, l’onde qui paralyse, le radar tueur, la désinformation : ce sont les nouvelles armes des futurs conflits, des armes « sans bavures » pour une guerre « propre »…

Audio déniché sur le site de Daniel Depris, l’un des participants à l’émission.

Émission ne faisant pas partie des archives du Dimanche 17 novembre 2002 : Volonté délibérée ou non de mettre sous le tapis ce genre de sujet ?

C’était l’époque où le service public Français était complotiste 🙂


Encore quelques preuves que ce qu’avancent les TI en racontant de quoi ils sont victimes, n’est peut-être pas à prendre comme la parole de fous Schizo… Il est visiblement plus commode de penser que l’on a encore notre libre arbitre et que nous sommes servis, en tant qu’administrés, par une gentille bande de démocrates bienveillants.


Avec la participation de Messieurs Daniel Depris Pdt du comité Européen pour la protection de l’habitat et l’environnement et de la santé, Francois Debout sous Directeur Technique de la direction des systèmes de force et de la prospective à la direction générale pour l’armement et Michel Hugon pharmacien en chef du service de santé des armées détaché à la direction générale pour l’armement. Reportage Philippe Clair .

09:25 On parle du taureau télécommandé de José Delgado (sans le citer)… puis demande à son interlocuteur si l’on peut enregistrer les ondes cérébrales du taureau et les utiliser à l’inverse. Réponse : il pense que c’est anecdotique, il n’est visiblement pas au courant.


L’animateur fait clairement allusion à ce qui est décrit par Marc Filterman dans son livre Les Armes De L’ombre dont je soumets à votre sagacité l’extrait en question :


12:30 Ces armes existent et servent ! Des armes électromagnétiques secrètes ont été utilisés par l’Allemagne contre les militants verts anti-nucléaire. Et par la police US pendant les émeutes de LA.

-> réponse complètement à côté de la plaque en parlant du Taser.

14:20 Armes anti-personnelle. Le gars qui vous tire dessus avec un canon électromagnétique, vous ne savez même pas où il est. C’est une arme crapuleuse, on comprend que les militaires ne soient pas très tentés d’en faire l’évocation.

22:50 Il va falloir tenir compte de l’arme psy, il n’y aura forcément pas bcp d’info et peut-être de la désinfo.

23:05 On possède déjà des armes favorisant l’autosuggestion des individus, imaginons ces armes entre les mains d’un groupe mal intentionné. Les ondes représentent sans doute l’arme la plus terrible que l’homme n’ait jamais conçu, parce qu’elle peut agir sur notre cerveau, qui est une usine électro-chimique, il est donc possible d’induire des signaux artificiels de façon à provoquer les réactions voulues aussi bien au niveau musculaire que psychique. Il est possible que ce genre d’expérience ai déjà été tentée sur les malades mentaux. En tout cas il est certain que des systèmes de manipulation physique ou mentale par induction électromagnétique sont aujourd’hui disponibles.

25:45 Évocation d’HAARP

26:20 La nouvelle génération d’arme non létale handicapera l’adversaire, le paralysera, le manipulera, modifiera son comportement.


En cette période de COVID, vous vous demandez pourquoi le peuple est tellement influençable ? Je replace un autre extrait des armes de l’ombre de Marc Filterman, que j’ai relu récemment.
De plus, en relisant l’article, j’ai tiqué sur ce petit quelque chose : Rappelez-vous le bodycount quotidien par le fossoyeur Jérôme Salomon. L’effet d’une telle propagande y est aussi décrite :
Ainsi plus la TV nous fait peur, plus nos défenses immunitaires baissent. Je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir un lien de cause à effet…
Catégories
Armes electroniques

Partie 2, Karl Hecht : Les pensées sont libres… mais avec la numérisation mondiale c’est fini

6 L’électronique et le contrôle mental décrits dès 1973,

une publication scientifique est parue sur l’utilisation des micro-ondes pour le contrôle mental. Cette possibilité est décrite comme suit par l’auteur Lawrence : Selon Weiner, une feuille de métal suspendue au plafond et reliée à un générateur électrostatique d’une fréquence de 10 Hz peut provoquer des sensations désagréables chez les gens. À une intensité de champ de 1 ou 2 volts par centimètre carré, ce champ alternatif coïncide à peu près avec la fréquence du rythme alpha des ondes cérébrales humaines. Ce champ électrique tente maintenant de maintenir les ondes cérébrales à la fréquence fixe du générateur. Les machines à dormir électroniques fonctionnent sur des principes similaires, avec des courants d’amplitude et de longueur d’impulsion fixes (généralement des impulsions carrées) qui traversent le crâne et le cerveau à l’aide de masques conducteurs.

Lawrence [1973] considère également les ondes cérébrales comme l’entrée de l’influence externe des champs électromagnétiques.

7 Une excursion dans la neurophysiologie du cerveau humain

Le cerveau humain compte en moyenne environ 100 milliards de cellules nerveuses. Celles-ci sont interconnectées de telle sorte que des connexions sont possibles de chacune de ces cellules nerveuses vers d’autres. Cette connexion fonctionnelle peut se faire selon 10 niveaux d’intensité différents. Il en résulte des possibilités de connexion de chaque cellule nerveuse du cerveau. Des réseaux nerveux fonctionnels sont formés pour chaque réaction, action, pensée. Cela se fait à la vitesse de la milliseconde à l’aide de l’activité des ondes cérébrales, qui peut être mesurée à l’aide de l’EEG, entre autres. EEG = électroencéphalogramme. Les fréquences de l’EEG sont sujettes à une extraordinaire variabilité dans le temps, qui peut entrer en résonance avec les fonctions électromagnétiques naturelles.

Figure 7 : Le cerveau humain et les cellules cérébrales (neurones avec synapses) en divers agrandissements [modifié d’après Benson 1997]

Quatre formes différentes d’EEG sont décrites selon une nomenclature internationale, de fréquences 0,1-50 Hz. Ceux-ci peuvent se présenter sous différentes configurations et amplitudes, reflétant une grande variété de fonctions.

Figure 8 : Les quatre classes de l’EEG avec les phénomènes spéciaux supplémentaires d’une personne saine dans leur variabilité de fréquence et de configuration [d’après Birbaumer et Schmidt 1996]

F igure 9 : Représentation modélisée de la manière dont les ondes électromagnétiques peuvent s’insinuer dans les ondes cérébrales sans perception consciente et provoquer des modifications des fonctions cérébrales et du psychisme.

Toutes les ondes radio électromagnétiques peuvent également imposer leur fréquence aux ondes EEG, surtout à très faible intensité de champ, et provoquer des modifications correspondantes des fonctions cérébrales. L’exemple suivant l’illustre.

7.1 Conditionnement des pulsations 10 Hz du WLAN Formation d’une mémoire de stress De courtes impulsions 10 Hz sont insérées dans les fréquences 2,4 gigahertz du WLAN.

Cette pulsation n’a pas une forme d’onde sinusoïdale et n’a pas la moindre ressemblance avec la résonance de Schumann de 10 Hz. Ces impulsions de 10 Hz du rayonnement WLAN provoquent des perturbations intenses dans les processus fonctionnels du corps. Ils peuvent être enregistrés de manière visible, par exemple dans l’électromyogramme. Les 10 Hz du WLAN se manifestent dans tous les processus de régulation électrique de l’être humain. Dans ce cas, il est démontré comment une fréquence WLAN de 10 Hz apparaît dans l’électromyogramme (électroactivité musculaire). gauche : EMG avec impulsions WLAN de 10 Hz avec le système radio activé à droite : EMG avec impulsions WLAN de 10 Hz avec l’émetteur WLAN désactivé [v. Klitzing 2016]

Figure 10 : à gauche : EMG avec impulsions WLAN de 10 Hz avec le système radio activé à droite : EMG avec impulsions WLAN de 10 Hz avec l’émetteur WLAN désactivé [v. Klitzing 2016]

Le résultat sensationnel de la recherche du Prof. Dr. Lebrecht von Klitzing : EMG artificiel après une exposition prolongée au WLAN [Umwelt-Medizin-Mensch ] Le Prof. Lebrecht von Klitzing en tire la conclusion logique suivante :  » Il y a ici clairement un conditionnement des signaux nerveux périphériques par la modulation périodique et techniquement conditionnée de 10 Hz dans le WLAN « . En tant que neurophysiologiste, je m’identifie pleinement à cette conclusion. Il s’agit d’une découverte scientifique dont les implications doivent être reconnues au niveau mondial. La pulsation WLAN 10 Hz forme une mémoire de stress de la pulsation WLAN analogue à la mémoire de la douleur. Pour la compréhension, quelques brèves remarques sur la mémoire de la douleur. Lorsqu’une personne éprouve une douleur intense pendant une longue période, une mémoire de la douleur se forme. Dans ce cas, la personne a encore mal alors que la cause de la douleur a été supprimée. La douleur fantôme est connue depuis des siècles. Par exemple, si une personne souffrait d’une douleur intense au niveau du gros orteil et que cet orteil ou toute la partie inférieure de la jambe a été amputée, la douleur intense persiste. La douleur se reflète dans le cerveau lorsqu’une mémoire de la douleur s’est formée. C’est pourquoi, en médecine, on s’efforce de prévenir la formation d’une mémoire de la douleur chez les patients qui ont mal, par exemple en combattant rapidement la douleur. La formation d’une mémoire de contrainte de pulsation WLAN 10 Hz est analogue à cela. Cela permet à l’électrohypersensibilité chronique, au mal des micro-ondes, au stress oxydatif et à d’autres symptômes déclenchés par les rayonnements CEM techniques, qui ont été mentionnés plus haut, de se graver si profondément dans la mémoire qu’ils persistent à vie. C’est certainement le cas des personnes souffrant d’électrohypersensibilité. En se référant à ces résultats scientifiques, on peut imaginer ce qui peut arriver aux enfants dont les écoles sont équipées de WLAN. Les enfants sont, comme le montrent les résultats scientifiques, particulièrement sensibles aux rayonnements CEM. Avec le rayonnement WLAN 10 Hz, la symbiose normale entre la résonance de Schumann et les ondes cérébrales, qui s’est développée au cours de l’évolution, est également empêchée, ce qui nuit chroniquement à la santé des personnes. Dans ce contexte, il convient également de mentionner que les fonctions cérébrales sont étroitement liées au système immunitaire. La biologiste moléculaire américaine Candace B. Pert a décrit ce phénomène en détail dans son livre « Molecules of Emotions » [2001] et a prouvé que les fonctions cérébrales perturbées affaiblissent également le système immunitaire. Les formations de mémoire de ce type sont également formées dans ce cas. Ce phénomène est décrit en détail dans le livre des médecins allemands Manfred Schedlowski et Uwe Tewes « Psychoneuroimmunology » [1996]. Sur la base des connaissances scientifiques, on peut postuler que la pulsation WLAN 10 Hz lors d’une exposition continue est un facteur très dangereux pour la santé humaine, en particulier pour les enfants. Recommandations du ministre de la santé de Russie pour l’utilisation des systèmes électroniques, y compris la télévision.

  • Enfants de moins de 6 ans pas de smartphone
  • Enfants de 6 à 12 ans 2 h/jour avec des pauses (30 min de travail, 45 min de pause)
  • Enfants de 3 à 4 h/jour avec des pauses
  • Adultes de plus de 18 ans 4 à 6 h/jour avec 30 min de pause après chaque heure de travail

L’utilisation continue des smartphones provoque des troubles et des maladies mentales. Gertraud Teuchert-Noodt, professeur de recherche sur le cerveau à l’université de Bielefeld [2017]. Interview : Cyberattaque contre les réseaux neuronaux du cerveau Où va la révolution numérique ? Environmental Medicine Society 30/3, S La citation suivante, tirée de l’interview des auteurs, apporte une comparaison convaincante qui en dit long sur l’effet des ondes radioélectriques des CEM.

Tout comme les pirates informatiques peuvent paralyser l’alimentation électrique d’un hôpital, les utilisateurs de médias numériques peuvent désactiver le centre d’alimentation de leur propre cerveau pour tout traitement de l’information à un niveau psycho-cognitif et provoquer un épuisement mental. Peut-être qu’un accident cérébral est encore pire. Le professeur Teuchert-Nood demande que l’utilisation des smartphones soit soumise à un permis, comme le permis de conduire pour les voitures dès l’âge de 16 ans.

7.2 FOMO, digital dementia, and our dangerous experiment

Larry Dossey, MD (2014) : Titre original : FOMO, Digital dementia, an our dangerous experiment. Publié dans : Explore, Volume 10, Numéro 2, S Publié en allemand dans Diagnose Funk Brennpunkt

Numéro FOMO est l’abréviation anglaise de fear of missing out. Le terme est apparu dans l’Urban Dictionary, un dictionnaire en ligne de mots d’argot anglais, comme mot du jour le 14 avril 2011. La FOMO est considérée comme un type d’anxiété sociale : une crainte obsessionnelle de manquer une occasion d’échange social, une nouvelle expérience ou un autre événement enrichissant. Elle est souvent déclenchée par des messages sur des sites de médias sociaux. La FOMO reflète la crainte que des amis puissent vivre des expériences enrichissantes dont on ne fait pas partie. L’auteur décrit un parcours de développement de la FOMO à la démence. Il conclut en lançant un appel aux parents : il n’y a qu’un seul cerveau en croissance pour chaque enfant et il est sans pièces détachées. Le cerveau des enfants est malléable, fragile, vulnérable, étonnamment prometteur et d’une valeur indescriptible, mais il n’est pas sage. C’est pourquoi les parents doivent l’être. La devise de ma mère était : « Sors et joue ».

FOMO

Stress permanent

Dépendance aux médias numériques

Altération du cerveau

Démence

8 Comment l’engouement pour la numérisation contrôle le cerveau de l’enfant en classe

Un projet de recherche est en cours au Campus scientifique Leibniz de l’Université de Tübingen : Une interface cognitive pour améliorer l’enseignement : analyse de l’attention des élèves pendant les cours en classe. La mesure permanente de l’attention pendant les cours scolaires est effectuée à l’aide d’un bandeau EEG (bandeau Focus-Eden de la société Brain-Co) et d’une méthode d’oculométrie. Cela permet de suivre en temps réel les pensées et les émotions sur la base des ondes EEG et des fonctions oculaires (par exemple, les changements de pupille). Une LED connectée aux deux systèmes d’enregistrement indique en différentes couleurs l’attention présumée de chaque élève sur le bandeau et est transmise par radio à l’enseignant. Les niveaux d’attention suivants sont signalés par chaque élève : bleu : inattentif, détendu jaune : attentif rouge : très concentré Les données de la série chronologique de l’enregistrement sont stockées. Cela signifie que les enseignants peuvent également vérifier les niveaux d’attention après la leçon et, par exemple, documenter aux parents combien leur enfant est attentif et bien élevé ! L’objectif de ce contrôle des fonctions cérébrales est de stimuler les élèves pour qu’ils soient plus performants. Ce système de bandeau cérébral ne se contente pas de mesurer les pensées d’attention de chaque élève. L’attention de tous les élèves est mise en réseau et indique un niveau moyen de concentration pour l’ensemble de la classe. Les éducateurs peuvent immédiatement voir qui s’écarte de ce niveau moyen et poursuit ses propres pensées [Diagnose Funk 2020]. Ce contrôle de la pensée par l’EEG ne laisse pas d’espace libre pour un jeu de pensée individuel ou pour l’extinction reposante des pensées. La mise en veilleuse des pensées est une fonction importante de notre cerveau. Le neurologue français Charot a décrit ce phénomène en 1850 comme une transe quotidienne. Notre cerveau est en fait soumis à un mouvement de conscience de type « flood-ebb ». Après un haut niveau de concentration, une transe quotidienne (relaxation) se produit soudainement. Ce signal est également appelé « Mach doch eine Pause ». Si un élève a signalé le rouge et envoie soudainement du bleu pendant un moment, il s’agit d’une réaction normale du cerveau. Grâce à cette technique de renforcement de l’attention, le signal de « pause » est supprimé et le cerveau de l’enfant est mis en état d’éveil permanent et donc de stress permanent [Hecht 2020]. Sur la base des connaissances scientifiques, j’appelle à une éducation humaine par des éducateurs passionnés et non par le contrôle numérique des esprits. Mais ce n’est manifestement pas l’objectif des responsables de l’éducation obsédés par la numérisation, comme Susanne Eisenmann, ministre de l’éducation du Land de Bade-Wurtemberg, qui soutient manifestement ce projet de recherche de Tübingen. L’Alliance for Humane Education a conseillé aux enseignants et aux parents de s’opposer à cette manipulation mentale, qui viole les lois sur la protection des données. Ce remodelage numérique des élèves en classe s’apparente à un dressage et peut conditionner ces processus cérébraux de manière à bloquer la capacité des élèves à penser par eux-mêmes. En tant que neurophysiologiste connaissant bien l’EEG pendant l’éveil et le sommeil, j’ai des doutes quant à la fiabilité de ce système. Avec des élèves qui ont généralement envie de bouger, des artefacts peuvent se produire lors de l’enregistrement et conduire à une mauvaise analyse. En outre, je doute que la classification « détendu », « alerte », « très concentré » puisse être classée avec précision par le logiciel correspondant. L’analyse automatique de l’EEG à l’état de veille et de sommeil a parcouru un long et contradictoire chemin. L’enregistrement de l’EEG dans une unité de temps d’une leçon de 45 minutes comporte de nombreuses incertitudes. Le cerveau est encore aujourd’hui une boîte noire pour le neuroscientifique et encore plus pour un expert en numérisation. C’est pourquoi je ne considère pas que les divisions des niveaux d’attention de l’expérience de Tübingen soient réalistes. L’avis d’un ancien employé de BraiCo, la société qui fabrique le bandeau EEG. Un ancien employé de BrainCo avoue que les mesures de l’EEG sont extrêmement imprécises, que l’équipe chargée des algorithmes de BrainCo est une véritable pagaille et que la société n’est pas vraiment une entreprise technologique, mais qu’elle veut plutôt gagner de l’argent auprès des parents chinois. [Source : chinese-parents?id=dec10429e7f1a63f]

Figure 11 : Le bandeau FocusEdu de la société BrainCo, qui surveille l’attention des nageurs et des élèves pendant les cours [CC-by- SA/Dennis Blomeyer]

8.1 Conclusion

L’utilisation de l’EEG et de l’eye tracking dans les cours scolaires est une violation du droit de l’homme à une éducation humaine et à une santé holistique. Nous avons besoin de personnes capables de maîtriser les processus de pensée créatifs, de personnes qui abordent toujours la nouveauté dans leurs processus de pensée, de personnes capables de maîtriser les rêveries. En bref, nous avons donc besoin de personnes qui réfléchissent, et ces personnes doivent être développées dans les écoles. Penser est l’un des plus grands plaisirs de la race humaine [Bertolt Brecht] Les élèves devraient apprendre ce plaisir sans numérisation, comme un plaisir de la vie et à l’école, mais sans technologie, mais avec de bons éducateurs.

9 Elon Musk Neuralink

La figure 12 présente le fonctionnement du Neuralink sous forme de schéma simplifié. Les ondes radio vont du smartphone au Neuralink. Là, ils sont transformés de manière adaptative pour la fonction prévue et alimentent la fonction électrique du cerveau. De là, la réponse aux informations imposées a lieu et revient au smartphone. Les champs électromagnétiques faibles et athermiques établissent des connexions avec les cellules cérébrales entre le smartphone et l’implant via les cellules cérébrales bioélectriques et assurent un retour d’information. Avec cette interface cerveau-smartphone Neuralink, le cerveau et le smartphone ou l’ordinateur peuvent être connectés à l’infini et adaptés à l’intelligence artificielle. Il en résulte une dépendance humaine à cette technologie, comparable à la dépendance à la drogue ou à l’alcool. Vouloir mettre en œuvre ce système par Elon Musk à des fins médicales suscite également une grande inquiétude chez moi, car l’utilisateur n’a aucune connaissance médicale. Par exemple, si l’utilisateur devait utiliser ce système pour les maux de tête. Il peut faire plus de mal que de bien. La médecine connaît jusqu’à 150 causes de maux de tête. Aucun profane ne peut les juger. Aujourd’hui encore, la nomenclature diagnostique inclut les maux de tête causés par des médicaments. Le traitement des maux de tête à l’aide du smartphone Neuralink par l’utilisateur peut avoir des conséquences néfastes inimaginables pour le cerveau humain, qui sont irréparables.

Figure 12 : Représentation schématique simplifiée du fonctionnement du Neuralink développé par Elon Musk

10 La recherche médicale s’intéresse déjà à l’utilisation d’interfaces cerveau-ordinateur sur les patients

Il convient toutefois de mentionner qu’aujourd’hui la recherche médicale s’intéresse aux systèmes d’interface cerveau-ordinateur, que l’on appelle des supports BCI (BCI = Brain Computer Interfaces). Là encore, ce sont les patients atteints de la maladie de Parkinson et les épileptiques sur lesquels on tente de traiter la maladie avec la BCI. Selon un rapport de Larissa Holzki et Maike Telgheder publié dans le Handelsblatt, plus de 20 institutions et entreprises dans le monde se penchent sérieusement sur la BCI et voient un marché futur dans ce domaine. Le marché avec BCI est réputé avoir une dynamique de croissance élevée. Divers instituts de recherche s’attendent à ce que ce volume atteigne 3,7 à 3,9 milliards de dollars dans le monde d’ici à 2027, soit un triplement [Holzki et Telgheder 2020] 22.

Les neuroéthiciens qui traitent des ICB en tant que scientifiques expriment leurs préoccupations. Les BCI sont des interventions plus puissantes que les électrodes à aiguille utilisées dans les années 1960, qui n’ont pas permis une percée générale en tant que méthode thérapeutique. Aujourd’hui, il suffit de considérer que les systèmes BCI interviennent directement dans le processus de pensée humain et que les algorithmes de l’IA prennent des décisions à la place des gens, rendant imprévisible la paternité subjective de l’action. C’est là que la question d’une action peut se poser : C’est moi qui ai fait ça ou c’est mon implant ? [En outre, le système d’IA BCI ne peut exclure la possibilité de contrôler l’esprit et la pensée. La transmission de la pensée par les ondes radio n’est plus un problème. Personnellement, je ne me ferais jamais implanter un neuralink sous mon cuir chevelu et je mettrais en garde toute personne ayant cette intention contre les conséquences.

11 Brevets sur le contrôle mental et le transfert de pensée


US Patent, Nr. 4,877,027, Wayne B. Brunkan, 31.10.1969
US Patent, Nr. 6,017,302, Hendricus G. Loos, 25.01.2000
US Patent, Nr. 6,508,302, Hendricus G. Loos, 14.01.2003
US Patent, Nr. 6,508.302, Hendricus G. Loos, 14.01.2003
You can Patent That? Gary Stix, Scientific American, Juli 2003
US Patent, Nr. 5,123,562, Robert Monroe, 25.05.1993
US Patent, Nr. 5,356,368, Robert Monroe, 18.10.1994
Nachfolgend werden Auszüge eines Deutschen Patents zur Geda

Dans son livre [Michaeln Verlag, 2007], Nick Begich cite 27 brevets américains sur ce sujet. Quelques exemples comme sources de référence que chacun peut vérifier : Brevet américain, n° 4,877,027, Wayne B. Brunkan, Brevet américain, n° 6,017,302, Hendricus G. Loos, Brevet américain, n° 6,508,302, Hendricus G. Loos, Brevet américain, n° 6, , Hendricus G. Loos, Vous pouvez breveter cela ? Gary Stix, Scientific American, juillet 2003 Brevet américain, n° 5,123,562, Robert Monroe, Brevet américain, n° 5,356,368, Robert Monroe, Des extraits d’un brevet allemand sur le contrôle de l’esprit sont brièvement présentés ci-dessous.

Ce brevet montre que la transmission de la pensée par des champs d’ondes électromagnétiques est une réalité et en aucun cas un produit de la théorie du complot comme le prétendent les ignorants. Ce brevet allemand n’est pas non plus le produit d’un étranger ou d’un fou. Comme nous l’avons déjà mentionné, Nick Beglich, dans son livre Mind and Thought Control, cite 27 brevets américains traitant de l’influence des ondes radio électromagnétiques sur divers processus corporels, par exemple, l’ Influence des sentiments et des pensées.

11.1 Utilisation d’ondes radio électromagnétiques comme arme psychotrope

Extrait du rapport du Conseil consultatif scientifique de l’US Air Force [Source : Conseil consultatif scientifique de l’USAF, New World Vistas, 1996, p ] I

Il est concevable de développer des sources d’énergie électromagnétique qui sont tellement pulsées et façonnées et qui peuvent être utilisées sélectivement pour interagir avec le corps humain d’une manière qui permette d’inhiber les mouvements musculaires indépendants, de contrôler les émotions (et donc les actions), d’induire le sommeil, de transmettre des suggestions et d’influencer la mémoire à court et à long terme. En outre, ce rapport décrit : Il serait également possible de générer des conversations dans le corps humain, ce qui permettrait d’utiliser des messages secrets et des conseils psychologiques. Lorsqu’une puissante impulsion de micro-ondes de l’ordre du gigahertz frappe le corps humain, on observe une très légère augmentation de la température. Cela provoque une expansion soudaine du tissu légèrement chauffé. Ce 27

L’expansion est assez rapide pour générer une onde acoustique. Si un courant pulsé est utilisé, il devrait être possible de créer un champ acoustique interne de l’ordre de 5 à 15 gigahertz, que l’on peut entendre à travers celui-ci. De cette manière, il pourrait être possible de parler à des adversaires sélectionnés, ce qui serait extrêmement perturbant pour eux. [Ces armes psychologiques peuvent être utilisées pour provoquer des hallucinations, la maladie du sommeil, la peur, etc. Les techniques utilisées sont non seulement les ondes radio électromagnétiques, mais aussi les ultrasons et même les rayons X. Le major russe I. Chernishev a décrit dans le magazine militaire Orienteer [février 1997] comment les armes psychotropes sont développées dans le monde entier. Il a mentionné les types d’armes suivants :

– Un puissant générateur psychotronique qui produit une forte les radiations électromagnétiques qui peuvent être transmises par les lignes téléphoniques, les radios et les téléphones portables. les réseaux de télévision, les pipelines et les ampoules électriques. Par le biais deces signaux, ceux qui sont en contact avec elle peuvent être manipulés.

– Un générateur de signaux fonctionnant dans la bande 10-150 hertz, qui des vibrations infrasoniques qui sont destructives pour toutes les créatures vivantes lorsqu’il fonctionne dans la gamme des 10-20 hertz.

– Un générateur de système nerveux conçu pour paralyser le système nerveux central des insectes. système nerveux des insectes. Ce système est en cours raffiné pour avoir le même effet sur les humains.

– Des signaux ultrasoniques d’un type très particulier ont également été inventés. Avec les dispositifs peuvent soi-disant être utilisés pour effectuer des opérations sans effusion de sang sans laisser de trace sur la peau. Ils peuvent également être utilisés pour tuer.

– Les Japonais ont mis au point des cassettes contenant des subliminaux, grâce auxquels il est possible de superposer à la musique des modèles de stimuli, qui se situent dans la gamme des fréquences ultra-basses. Ces modèles sont repris par le l’esprit subconscient ». [cité dans Begich 2007]

Ces deux exemples devraient suffire à montrer les possibilités qui sont déjà pratiquées avec les ondes radio électromagnétiques. Mais toutes ces possibilités ne sont pas encore connues du public. Ces faits ne sont pas crus par la masse des gens et sont rejetés comme des théories de conspiration. Dans ce contexte, il convient de mentionner : Jim Keith, dans son livre Mind Control, cite Marshal McCluhan :

« Seuls les petits secrets doivent être protégés. Les grandes sont gardées secrètes par l’incrédulité du public. Les recherches psychologiques de ces dernières années ont montré que la plupart des gens croient davantage aux mensonges qu’aux vérités ».

Ce problème concernait également Wolfgang Johann Goethe : « Il faut toujours répéter le vrai, car l’erreur est aussi toujours prêchée autour de nous ; et pas seulement par des individus, mais par les masses. Dans les journaux et les encyclopédies, dans les écoles et les universités, l’erreur est partout en tête ! Et il est à l’aise dans le sentiment de la majorité qui est de son côté. »

[Johann Wolfgang Goethe ] C’est pour cela que j’ai écrit cet article, pour répéter la vérité.

12 Que sont les pensées ? Quel rôle jouent-ils dans la vie d’une personne ?

Les pensées sont des processus du cerveau humain qui surviennent en interaction avec des stimuli (informations) provenant de l’environnement global et avec certains stimuli physiques et mentaux d’une personnalité. Les pensées sont déclenchées pendant toutes les activités sensorielles, par exemple, l’ouïe, la vue, l’odorat, le goût, les sensations, les sentiments, les volitions et la douleur, la marche, la course, la natation et le cyclisme, le jardinage et le travail créatif, la télévision et l’utilisation d’un smartphone, les rêves diurnes et nocturnes et même pendant le sommeil, sauf dans le sommeil profond. Les pensées sont des pensées perpétuelles. On dit qu’un humain adulte en bonne santé produit jusqu’à pensées dans une journée de 24 heures. Les pensées sont stockées et s’expriment sous forme de souvenirs. Les pensées peuvent être utilisées pour parcourir le monde, pour entrer en contact avec des personnes éloignées. Les pensées sont la réaction humaine la plus rapide. La formation et le développement des pensées sont toujours liés au fonctionnement du cerveau et peuvent être contrôlés grâce aux fréquences des ondes cérébrales. Dans le cerveau, les pensées se fondent sur la construction et la destruction à court terme des réseaux de cellules nerveuses et se déroulent toujours sur la base de l’électricité cérébrale (ondes cérébrales de différentes fréquences). Une connexion de réseau de cellules nerveuses à court terme implique au moins plusieurs milliers de cellules nerveuses, sur les 100 millions de cellules nerveuses que compte le cerveau humain. Lorsque la musique retentit ou que les oiseaux gazouillent, les ondes sonores rencontrent les ondes électriques du cerveau en tant qu’informations (stimulus) et des réseaux de cellules nerveuses fonctionnelles se forment sélectivement et produisent des pensées agréables. Lorsqu’une personne regarde le soleil se lever, des ondes de lumière visible de quelques nanomètres atteignent les ondes cérébrales et forment sélectivement un réseau de cellules nerveuses à la base de pensées agréables et positives. De la même manière, les ondes électromagnétiques naturelles et artificielles non perceptibles peuvent également provoquer des réseaux de cellules nerveuses dans le cerveau et développer des pensées. Certaines fréquences, avec la configuration et l’amplitude correspondantes des ondes électromagnétiques, peuvent produire des réseaux de cellules nerveuses fonctionnels et des pensées correspondantes de cette manière ou modifier les fonctions des réseaux de cellules nerveuses naturels. Puisque chaque excitation (chaque sortie) de chaque cellule nerveuse est stockée, une mémoire se développe, qui se forme surtout lorsque les stimuli (informations) sont répétés. Les pensées sont conditionnées de cette manière. 29

13 Les pensées positives sont absolument nécessaires au développement de la personnalité – Les pensées négatives rendent les gens malades

La thèse contenue dans cette rubrique a été prouvée par de nombreuses études scientifiques. Les pensées positives favorisent la santé, le comportement, le bonheur, les performances et une longévité saine. Les pensées négatives vous rendent malade, malheureux, en colère, nuisent à votre santé et raccourcissent votre vie. Ils provoquent l’anxiété, la dépression et, comme le montre une étude de l’University College de Londres, la démence d’Alzheimer. 360 sujets âgés de 55 ans ou plus ont été interrogés pendant deux ans sur la manière dont ils gèrent les schémas de pensée négatifs tels que la peur de l’avenir ou le fait de ruminer le passé. Les chercheurs ont également examiné l’anxiété et la dépression chez les participants à l’étude. Pour l’analyse, la moitié des personnes ont subi des scanners cérébraux TEP (tomographie par émission de positons) afin de mesurer le dépôt de tau et d’amyloïde. Ces deux protéines sont responsables de la maladie d’Alzheimer, la démence la plus courante. Résultat : les pensées négatives sur une longue période sont un facteur de risque de démence. Elle peut limiter les capacités mentales et provoquer des dépôts de protéines dangereuses dans le cerveau. Les chercheurs anglais recommandent un entraînement mental quotidien, par exemple la méditation, comme mesure préventive pour générer des pensées positives.

14 Facteur perturbateur Carrousel de pensées à contenu négatif

Eugen Roth a glosé sur le carrousel de pensées comme suit : Deux choses deviennent troubles chez la personne malade : a) l’urine et b) les pensées. Et les pensées troubles de la personne malade tournent sans cesse comme un manège : Pourquoi suis-je malade ? Quelle est la gravité de ma maladie ? Vais-je survivre ou mourir ? Ma douleur va-t-elle diminuer ? Vais-je attraper une corona et mourir ? etc. Ce cercle de pensées renforce les processus pathologiques ou provoque une vulnérabilité aux infections. La médecine conventionnelle s’occupe généralement de l’urine trouble, mais pas ou rarement des pensées troubles de la personne malade. Même la personne malade ne sait pas que ce carrousel de pensées déclenche le stress, perturbe l’endormissement et inhibe le processus de guérison ou peut aggraver la maladie. Ils peuvent déclencher la volonté, qui a un effet sur les pensées négatives. Mais ils peuvent aussi être extrêmement gênants et bloquer des qualités telles que la sagesse, la sérénité et le calme qui peuvent nous être bien plus utiles. Lorsque le carrousel de pensées est en mouvement, les pensées se déroulent selon un schéma récurrent. Ils font référence soit à des expériences passées, soit à des événements futurs possibles. Ce qui est fatal pour beaucoup de gens, c’est qu’ils trouvent leur propre passé frustrant parce que certaines choses n’ont pas fonctionné comme ils le voulaient. Et l’avenir est si incertain. Quelque chose de mauvais pourrait arriver ou le passé insatisfaisant pourrait continuer. Il y a suffisamment de causes concevables d’anxiété, de peur et d’incertitude, et donc le seul véritable état de vie devient la présence de pensées désagréables contaminées par les informations négatives quotidiennes de la politique et des médias de masse. Des choses encore pires arrivent. Il en résulte un tournoiement mental, toujours autour du même problème. Dans les milieux professionnels, on appelle cela un carrousel de pensées. Figure 13 : Le carrousel de pensées (rumination) nous empêche de nous endormir et favorise un vieillissement rapide Les pensées consomment d’énormes quantités d’énergie. En particulier, les pensées négatives qui tirent constamment la sonnette d’alarme mettent à mal l’ensemble de notre équilibre énergétique. L’épuisement suit. Le carrousel de pensées d’une personne est la principale cause de ses difficultés à s’endormir. Des millions de personnes en souffrent aujourd’hui. Ils se stressent avec le carrousel des pensées et inhibent la production de mélanine. Le stress créé par le carrousel de pensées augmente la pression sanguine et le rythme cardiaque et diminue les performances mentales et la relaxation. Mais surtout, le système immunitaire est affaibli et la susceptibilité aux infections est considérablement accrue. Le manège mental des pensées négatives ne peut être stoppé que par un entraînement mental. De mon point de vue, il s’agit de la méditation, de la visualisation, de l’imagination et de la thérapie de l’anxiété (car la peur, l’inquiétude et l’impuissance se trouvent généralement dans le cercle des pensées). J’insiste sur ce point car, depuis des mois, la peur et l’impuissance sont présentes en permanence chez une grande partie de la population à travers les informations corona de tous les médias et des politiciens, notamment des gouvernements. Or, la peur et l’impuissance sont des noxae, c’est-à-dire des agents pathogènes, car elles reposent sur des pensées négatives, qui peuvent aussi déclencher la démence d’Alzheimer.

15 La peur peut tuer la personne [Lipton 2007 ; Benson 1997]

La peur place la personne dans l état permanent dans lequel se trouve un sprinter en position de départ. À vos marques, prêts, partez. Chez le sprinter, la préparation à l’action se transforme en activation avec le départ, qui est synonyme de détente. Les personnes en état d’anxiété permanente se tiennent constamment prêtes à l’action, mais ne la transforment pas en activation, ce qui entraîne un état de tension permanent. En conséquence, le corps entier est inondé d’hormones de stress (cortisol, endorphines), qui exercent des effets néfastes [Lipton 2007].

Discours de Robert Kennedy Jr 29.08.2020 lors de l’une des plus grandes manifestations jamais vues à Belin (2 millions de personnes). Extrait sur la peur comme moyen de pouvoir pour ceux qui sont au pouvoir :

Ils inventent des chiffres. Ils ne peuvent pas vous dire quel est le taux de mortalité pour le COVID comme référence. Ils ne peuvent pas nous donner un test PCR qui fonctionne vraiment. Ils doivent sans cesse changer la définition du COVID pour le rendre de plus en plus dangereux. La seule chose à laquelle ils sont bons est de gonfler la peur. Il y a soixante-quinze ans, Hermann Göring a été interrogé au procès de Nuremberg : « Comment avez-vous fait pour que le peuple allemand accepte tout cela ? Il a dit : « C’est une chose simple. Cela n’a absolument rien à voir avec le nazisme. C’est lié à la nature humaine. Vous pouvez le faire dans un régime nazi, vous pouvez le faire dans un régime socialiste, vous pouvez le faire dans un régime communiste, vous pouvez le faire dans une monarchie, vous pouvez le faire dans une démocratie. La seule chose dont le gouvernement a besoin pour rendre les gens esclaves est la peur. Et si tu trouves quelque chose pour leur faire peur, tu peux leur faire faire tout ce que tu veux.

16 Mes observations sur la peur parmi les groupes à risque de Corona

Selon mes informations et mes connaissances, la peur est particulièrement répandue parmi les groupes à risque de Corona tels que les personnes âgées (notamment les personnes seules) et les personnes pré-exposées aux maladies par les informations médiatiques de Corona dans le monde entier. En même temps, l’impuissance y est associée. Cela est principalement dû au fait que les médias montrent qu’il n’existe toujours pas de médicament ou de vaccin contre les infections à coronavirus.

17 L’impuissance est un facteur de stress qui provoque la maladie

L’impuissance est l’état d’une personne dans lequel elle ne peut plus agir volontairement, mais se trouve complètement démunie face à une situation qu’elle ne peut pas changer et qui échappe à son contrôle. Sur une plus longue période, cela se traduit par une dépression, des tableaux cliniques psychosomatiques, le dysstress et enfin les maladies oncologiques, voire la mort dans les cas extrêmes.

Schubert et Schüssler [2003] soutiennent, d’un point de vue neuropsychologique immunitaire, que les sentiments subjectifs d’impuissance et de désespoir, par exemple, sont conditionnés et ne favorisent pas seulement le développement des cellules tumorales et la progression des tumeurs, mais qu’ils peuvent également déclencher et intensifier la croissance tumorale de manière secondaire par le biais des effets neuronaux des substances messagères libérées à la périphérie [Schmale et Iker 1966, 1971 ; Dantzer et Kelley 1989 ; Murr et al. 2000].

Halberstadt et al. [1984] et Bovi et Reinhard [1988] décrivent les liens entre le sentiment d’impuissance, le désespoir et la dépression. Schwarzer et Waschberger [1985] font état de relations entre l’impuissance, le stress et l’anxiété.

La pensée négative, les pensées négatives (notamment le carrousel de pensées), l’anxiété et l’impuissance sont bien plus nuisibles à la santé des gens que le coronavirus, qui n’est en aucun cas plus dangereux qu’un virus de la grippe. C’est le résultat de véritables découvertes scientifiques, qui sont malheureusement cachées aux masses. Les psychotropes sont souvent prescrits pour traiter l’anxiété, mais ils détruisent également le cerveau et la conscience [Hobson 2010].

Dans ce contexte, je tiens à souligner que les personnes atteintes d’électrohypersensibilité souffrent aussi gravement de la pression de l’impuissance, de la peur et du carrousel de pensées négatives. Mais les puissants de la politique l’ignorent ! !!

18 Les pensées ne sont plus libres ? La belle chanson Les pensées sont libres ! Qui peut les deviner ? Ils passent comme des ombres nocturnes. Aucun homme ne peut les connaître, aucun chasseur ne peut les tirer. Cela reste vrai : les pensées sont libres. Ce que j’aime moi-même encore chanter aujourd’hui est malheureusement devenu une illusion. À l’échelle mondiale et en permanence, les pensées des gens sont mises à feu à notre époque : par les ondes radio électromagnétiques qui rendent les gens malades (EHS) et les pensées qui affluent dans la conscience, par les informations négatives dominantes des médias de masse, par les implants cérébraux planifiés selon Elon Musk, par les fausses informations sur l’infection corona, qui ont également été cadencées dans le concept de dictature numérique. Tout cela sert la dictature totalitaire dans laquelle nous vivons aujourd’hui, sans pensée libre. Plus encore, les humains sont de plus en plus soumis à la technologie, comme le décrit Armin Grünwald dans son livre. Nous devons arrêter ce processus inhumain. Il est grand temps que nous le fassions !

19 L’humanité d’abord et seulement ensuite les machines

Avec chaque enthousiasme pour la technologie, l’homme se soumet à cette technologie, qui le prive même de la liberté de penser. Les citations suivantes de personnes qui ont reconnu cette évolution depuis longtemps devraient donner à chacun matière à réflexion, dans la mesure où leurs processus de pensée ne sont pas encore complètement bloqués par la folie de la numérisation. Savez-vous que Charlie Chaplin a non seulement condamné de manière militante la dictature d’Hitler, mais qu’il a également critiqué la dictature de la technologie ? Dans son film de 1940, Le Grand Dictateur, il dénonce la dictature de la simple technique dans son discours de clôture comme suit :

Nous avons développé la vitesse, mais intérieurement, nous sommes restés immobiles. Nous laissons les machines travailler pour nous, et elles pensent aussi pour nous. L’intelligence nous a rendus arrogants et notre savoir froid et dur, nous parlons trop et ressentons trop peu, mais d’abord l’humanité et ensuite les machines !

Et le célèbre écrivain Karl May, connu pour ses livres sur l’Inde, a élevé la voix comme suit :

Mais j’accuse l’humanité entière, qui se dit civilisée, de ne pas vouloir savoir aujourd’hui, malgré toutes les religions et malgré huit mille ans d’histoire du monde, que cette civilisation n’est rien d’autre que de la terreur ! Dans ses conférences, le psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1877-1961) mettait toujours en garde contre la civilisation et l’urbanisation et affirmait qu’en conséquence, l’homme perdait son instinct naturel, ce qui entraînait des maladies mentales. L’idéologie de la numérisation est l’excroissance dictatoriale de la civilisation [Hensinger 2017]. Elle prive les gens non seulement de leur liberté de pensée, mais aussi de leur humanité. Conclusion : Chers amis, retournez à la nature !

Catégories
Armes electroniques

Karl Hecht : Les pensées sont libres… mais avec la numérisation mondiale c’est fini

Partie 1 de la Traduction de la pièce jointe dans l’article kla.tv : « Les pensées sont libres… » – Libres, dites-vous ?

Die Gedanken sind frei. aber mit der globalen Digitalisierung ist es damit vorbei

Karl Hecht

Professeur de neurophysiologie et professeur émérite de physiologie pathologique expérimentale et clinique de l’Université Humboldt (Charité) à Berlin Membre de l’Académie internationale d’astronautique Membre de l’Académie des sciences de Russie Président honoraire de l’Académie européenne de prévention médicale Stress, sommeil, chrono, environnement, médecine spatiale Müggelschlößchenweg 50, 12559 Berlin,
Telefon 0049/30/674 89 325, Telefax: 0049/30/674 89 323
EMail: hechtka@googlemail.com;

 

Les pensées sont libres… mais avec la numérisation mondiale c’est fini

Stimulation du cerveau par des ondes radioélectromagnétiques et des interfaces cerveau-ordinateur pour contrôler et influencer les pensées et la conscience – le concept inhumain des experts en numérisation

Karl Hecht

La raison d’écrire cet article est l’invention Neuralink par Elon Musk, patron et fondateur de Tesla Inc. annoncée par les médias en août 2020. Les médias ont rapporté qu’Elon Musk expérimente un implant d’interface cerveau-ordinateur sur des cochons. Il s’agit de connecter un smartphone ou un ordinateur aux fonctions des cellules du cerveau humain. Cet implant, appelé neuralink, est censé avoir la taille d’une pièce de monnaie et être poussé par une incision dans le cuir chevelu sur le sommet du crâne où il se développe. Musk : « à part une petite cicatrice sous les cheveux, il ne restera aucune trace ». Musk a poursuivi en expliquant que cette technologie de communication entre le cerveau et le smartphone peut avoir de nombreuses applications. Par exemple, il peut être utilisé pour combattre la douleur, les problèmes de vision et les lésions de la moelle épinière. De mon point de vue, ce neuralink est une entaille profonde dans la nature de l’Homo sapiens ou, selon les termes des chrétiens, dans la création de Dieu. L’implant est censé pouvoir communiquer avec une application sur un smartphone via une radio Bluetooth. Musk affirme qu’à l’avenir, les humains devront relier leur cerveau à des ordinateurs afin de suivre l’évolution de l’intelligence artificielle. Musk : Il s’agit d’une fibrite avec des fils fins dans la tête, semblables aux trackers de fitness qui sont généralement portés au bras. [Sources : nbt 2020 ; Drew 2020 ; Cellan-Jones 2020 ; Holzki et Telgheder 2020].

Le Neuralink est un robot, en quelque sorte, qui peut diriger psychiquement les gens et recevoir et transmettre des données sur les fonctions physiques et mentales des personnes. Bien qu’en tant que neurophysiologiste je connaisse déjà beaucoup de choses dans ce domaine (j’y reviendrai plus tard), ce neuralink est un projet odieux qui contredit toutes les règles éthiques et humanistes. Pourquoi ? Le neuralink implanté au sommet du crâne est une intervention indépendante de la personne dans la psyché humaine, ce qui signifie une intervention dans la pensée et les sentiments, dans le libre arbitre et l’action consciente, dans le but de mécaniser, de numériser et de robotiser les personnes. L’opinion de Musk selon laquelle la vie devrait être liée à l’ordinateur afin d’aligner l’intelligence artificielle sur l’intelligence humaine est vue par Armin Grunwald, chef de l’Office d’évaluation des technologies au Bundestag allemand, dans son livre : Der unterlegene Mensch : L’avenir de l’humanité face aux algorithmes, à l’intelligence artificielle et aux robots [riva premium], comme un danger pour l’humanité car avec la numérisation et la surveillance totale de l’esprit humain, toute démocratie est éliminée, avec la citation suivante [page ] Que se passerait-il si la démocratie était remplacée par une dictature dans notre pays ? L’infrastructure numérique resterait entièrement en place. Il pourrait alors être utilisé par les nouveaux dirigeants sans aucun contrôle démocratique. Et pour quoi faire, si ce n’est pour soutenir la dictature par une surveillance totale ! C’est effrayant : jamais dans l’histoire de l’humanité les conditions techniques d’une dictature totale n’ont été aussi bonnes qu’aujourd’hui. Comparé à nos technologies de surveillance numérique, tout ce qu’Hitler, Staline ou Mao avaient à offrir n’était guère plus que des jouets d’enfants, et toute banalisation est extrêmement éloignée de mon esprit. Au dos du livre d’Armin Grunwald, le principal évaluateur d’impact technologique d’Allemagne, figure le texte suivant : Tout le monde parle de la numérisation. De merveilleuses perspectives d’avenir s’esquissent. Le confort et la prospérité, une meilleure santé et peut-être l’immortalité numérique nous attendent. Mais ces nouvelles commodités ne sont qu’un côté de la médaille. La dépendance croissante à l’égard des technologies numériques, le risque d’une surveillance totale, le rachat massif d’emplois humains par des robots, la manipulation de l’opinion publique, la perte menaçante du contrôle humain sur la technologie – cet autre côté présente des caractéristiques menaçantes. Il s’agit d’un avertissement très sérieux de la part d’un expert et d’un véritable connaisseur de la numérisation aux partisans irresponsables de la dictature de la numérisation.

1  Terrible développement d’idées du Prof. Dr. José Delgato à Elon Musk

Les informations sur la nouvelle invention d’Elon Musk, Neuralink, me rappellent l’appel d’origine sur ce sujet, le neurophysiologiste Prof. Dr. Delgado et ses expériences sur les singes Delgado [ ] était professeur à l’université de Yale dans les années 1960. Avec ses idées de recherche, il a défendu l’idée suivante : pourquoi adapter l’environnement à l’homme, alors que l’homme peut s’adapter à son environnement ! Son principe de base : la télécommande électrique ou électromagnétique pour les pensées et les sentiments doit être. Il s’est inspiré du physiologiste suisse Rudolf Hess, qui a reçu le prix Nobel pour cela en 1949. Il a pu prouver, lors d’expériences sur des animaux, que de faibles stimulations électriques placées dans certaines régions du cerveau par le biais d’électrodes à aiguille implantées pouvaient déclencher des émotions, par exemple par une stimulation électrique dans les régions du cerveau que sont l’hippocampe et l’amygdale. Ces recherches ont d’abord servi à élucider les fonctions du cerveau.

Ces expériences de Rudolf Hess ont contribué à l’état actuel des connaissances sur les émotions. Voici un bref aperçu pour la compréhension.

Les neurosciences, qui s’intéressent aux fonctions du cerveau, ont permis d’élargir considérablement notre connaissance des émotions au cours des dernières décennies. Ainsi, nous connaissons aujourd’hui les processus structurels et fonctionnels des émotions (figure 1).

Figure 1 : Processus cérébraux au cours des émotions (représentation schématique)

Au cours des émotions, les lobes frontaux du cerveau, l’hippocampe, l’amygdale et l’hypothalamus sont les structures les plus importantes. Tout stimulus libère des transmetteurs (substances messagères) au niveau des synapses. Ils activent ou inhibent la fonction de l’hippocampe, de l’amygdale et, à travers ces deux-là, de l’hypothalamus. Au cours de ce processus, nous faisons l’expérience du bonheur, de la colère, de la joie ou de la peur. Puis l’excitation passe à l’autonomie.

le système endocrinien et les muscles. De cette façon, les processus de régulation des fonctions vitales importantes sont déclenchés dans tout le corps. Le terme « émotions » est dérivé du mot latin movere = se déplacer. Le préfixe e ajoute dans le sens d’aller vers. Cette traduction littérale signifie que la fonction d’agir et de réagir est inhérente aux émotions.

La stimulation électrique du cerveau a également été utilisée à des fins thérapeutiques.

La stimulation par de fines électrodes à aiguilles implantées a été utilisée dans les années 1960 dans les cliniques neurologiques des États-Unis et de l’Union soviétique pour les patients atteints de la maladie de Parkinson souffrant d’une grave paralysie par secousses et pour les patients souffrant de crises d’épilepsie.

Figure 2 : En complément de la figure 1, cette section du cerveau est destinée à montrer les régions du cerveau qui régulent et contrôlent normalement les émotions. Les émotions peuvent être stimulées électriquement à l’aide d’électrodes à aiguilles.

Personnellement, j’ai eu l’occasion de découvrir cette option thérapeutique à la clinique neurologique de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Bechterewa, la fille du neurologue Bechterev, qui a donné son nom à la maladie, a mené cette action pendant un certain temps avec de bons résultats. Ces patients ont été équipés d’électrodes très fines placées dans les zones cérébrales correspondantes par des méthodes stéréotaxiques. Lorsque des crises se produisaient, par exemple une grave paralysie par tremblement ou des crises d’épilepsie, de faibles impulsions de courant étaient émises par cette connexion d’électrodes dans les zones cérébrales correspondantes. En quelques secondes, ces crises ont cessé. Cette thérapie a été utilisée pour les patients pour lesquels les médicaments n’ont pas aidé. Les épileptiques étaient principalement ceux qui avaient des épilepsies qui avait été causée par des blessures de guerre. Cette thérapie n’était donnée que par des neurologues hautement qualifiés. Ces personnes qui avaient été blessées au cerveau par des éclats d’obus ou des balles avaient jusqu’à 20 crises d’épilepsie par jour sans ce traitement. C’est une charge très lourde. On peut les aider avec cette méthode.

2 Stimulation du cerveau également possible par télécommande avec des ondes radio électromagnétiques

Delgado a prouvé qu’il pouvait modifier complètement la pensée et l’état émotionnel de ses cobayes en changeant la fréquence, l’intensité du champ, l’amplitude et la forme d’onde à distance.

Figure 3 : Le livre de Delgado, Physical Control of the Mind [1971], décrit le contrôle des processus mentaux et neuronaux par des ondes radio électromagnétiques

2.1 Comment j’ai (Karl Hecht) vécu l’expérience de Delgado

En 1968, le Congrès mondial de physiologie se tenait à Washington. Lors d’une conférence filmée, Delgado y a présenté son expérience impressionnante mais aussi controversée sur les singes. Dans ce film, Delgado a montré un troupeau de singes avec un chef agressif. Lorsque ce singe leader se mettait en colère, il mettait sa patte dans sa bouche, criait et battait ensuite les animaux de son troupeau. Delgado a expérimenté ce troupeau de la manière suivante. Le singe principal avait sur la tête la puce du stimulateur, qui était déjà à l’époque une interface entre le cerveau (avec le stimulateur) et un émetteur. Ce stimulateur pouvait être activé par des ondes radio électriques en appuyant sur un grand levier. Cela se faisait au moyen d’un émetteur qui, lorsqu’on appuyait dessus, envoyait des ondes radio à la puce de stimulation implantée dans le singe de tête, qui pouvait alors stimuler certaines régions du cerveau. Lorsque le singe de tête se mettait en colère et criait, un singe du troupeau courait vers le levier, l’actionnait et transformait le singe de tête en colère en un état paisible de domestication des agneaux. En quelques secondes, le comportement émotionnel du singe principal a été complètement transformé. Delgado a ensuite utilisé sa télécommande sur des taureaux en colère dans les arènes espagnoles, les transformant en créatures pacifiques grâce à sa méthode. Cependant, Delgado a ensuite travaillé en partie sans sa puce stimulateur car les résultats de la recherche ont montré que l’on pouvait pénétrer directement dans les fonctions du cerveau avec des fréquences d’ondes radio électromagnétiques via l’activité bioélectrique (ondes de courant cérébral). Il suffisait de mettre en résonance la fréquence, l’intensité du champ, l’amplitude et la forme d’onde des ondes cérébrales ou d’utiliser les ondes cérébrales comme ondes porteuses pour les ondes électromagnétiques. L’homme, en tant qu’être vivant électromagnétique, peut entrer en résonance avec les ondes électromagnétiques présentes dans l’environnement.

 

3 L’électromagnétosphère, l’environnement naturel de notre planète

L’homme est, comme décrit, un être électrique vivant dans une enveloppe électromagnétique sur la planète Terre. La magnétosphère de la Terre (champ géomagnétique), située à des kilomètres au-dessus de la surface de la Terre, est vitale pour les humains et pour toute vie sur notre planète. Le champ géomagnétique émet naturellement des ondes de Schumann (dans la gamme 7-12 Hz sous forme de variabilité de fréquence). Ces fréquences correspondent au rythme alpha de l’EEG. Le champ géomagnétique et la lumière sont quasi-stationnaires et constamment présents et sont soumis à des fluctuations diurnes correspondantes. Les fréquences extrêmement basses, c’est-à-dire les micropulsations, ont une gamme de fréquences d’environ 1-30 Hz. La plus grande force de ces pulsations se situe entre 7 et 12 Hz. Or, il s’agit de la gamme de fréquences du rythme intrinsèque des assemblées de cellules, notamment des cellules nerveuses. (L’onde de Schumann est donnée comme une valeur moyenne de 7,8 Hz.)

 

4 Les investigations sensationnelles de Rütger Wever sur les interrelations entre les rythmes circadiens chez l’homme et la fréquence de 10 Hz du champ géomagnétique dans le bunker d’Andechs près de Munich.

Prof. Dr. Rütger Wevers Aufgabenstellung. Les facteurs physiques non perçus peuvent-ils influencer la périodicité circadienne ?

Selon Wever, il était nécessaire de clarifier comment des facteurs physiques qui ne sont pas perçus consciemment, par exemple les CEM, peuvent affecter la périodicité circadienne des fonctions corporelles. Selon Wever [1968], il s’agit des champs électriques et magnétiques présents dans notre atmosphère ; et ici le champ électro-magnétique d’une fréquence d’environ 10 Hz de Schumann et König [1954] est particulièrement intéressant, car ce champ a un cycle diurne prononcé dans son intensité et pourrait donc éventuellement contribuer à la synchronisation à une période de 24 heures – conclusions de Wever : La preuve de l’effet des champs de 10 Hz sur la périodicité circadienne de l’homme répond en même temps à la question de l’effet possible de ces champs sur l’homme. La fréquence d’environ 10 Hz est également intéressante pour cette question : Les composantes d’onde de l’électroencéphalogramme ont une fréquence moyenne de 10 Hz [Berger 1929]. En outre, toute la surface du corps des animaux à sang chaud vibre mécaniquement à une fréquence d’environ 10 Hz, de manière variable selon la fréquence [Rohracher 1949] ; Après la découverte du rayonnement atmosphérique de 10 Hz (la surface de la terre vibre également à une fréquence de 10 Hz [Rohracher 1949]), la question d’un effet des vibrations terrestres sur l’homme en influençant les vibrations humaines à la même fréquence [König et Ankermüller 1960]. Pour répondre à cette question, la mesure de la période circadienne dans des conditions constantes s’est avérée être un test particulièrement sensible.

Dans une cage de Faraday, l’influence de la résonance de Schumann sur les humains a été éliminée.

La preuve est faite : la résonance de Schumann agit sur l’horloge interne (rythme circadien) via le noyau supachiasmatique du cerveau et sur la glande pinéale, qui régule le système de la mélatonine.

La mélatonine est l’hormone du sommeil qui est amenée dans la circulation sanguine par la glande pinéale lorsqu’il fait nuit et qui induit ainsi le sommeil.

Figure 4 : Représentation schématique de la connexion de la résonance de Schumann dans la structure et le fonctionnement du cerveau humain

igure 5 : Représentation schématique des résultats de Rütger Wever après avoir éteint la fréquence de Schumann dans la cage de Faraday (bunker d’Andechs)

 

Ces fréquences vitales sont appelées résonances de Schumann, du nom de leur découvreur, le professeur Winfried Otto Schumann, professeur titulaire d’électrophysique à l’Université technique de Munich (1952,1954). Les découvertes de Schumann dans les années 1950 et 1970 sont devenues une condition préalable à la réussite de tout programme spatial. Son élève et successeur, le professeur Herbert L. König, a été le premier à mettre en évidence la correspondance entre la résonance de Schumann et les ondes cérébrales humaines (1974, 1975). Il a découvert le phénomène cosmique du couplage des fréquences de notre cerveau à la résonance Schumann du champ géomagnétique. Bien que les ondes de Schumann n’aient qu’une intensité minimale de 0,3 picowatts/cm², elles déterminent profondément notre vie. Sans eux, notre vie n’est pas possible. Comme toutes les ondes électromagnétiques naturelles ELF (extrêmement basse fréquence), elles pénètrent toutes les formes de matière, de la roche aux tissus organiques. Elles correspondent au schéma des ondes cérébrales dans l’électroencéphalogramme (EEG), plus particulièrement aux ondes alpha et thêta. Le rythme alpha-thêta est prédominant dans nos phases de relaxation et de rêve. C’est également là que se déroulent les processus d’autoguérison et le renforcement du système immunitaire de notre corps, ainsi que les phases de réparation des cellules. Les fréquences de nos ondes cérébrales sont accordées à la résonance de l’univers et du champ magnétique de la terre (géomagnétosphère). Ce champ géomagnétique protège la vie sur notre planète et empêche les radiations mortelles provenant du cosmos et du soleil. Toutefois, il peut être temporairement perturbé par les tempêtes solaires, ainsi que par les ondes radio CEM en cas d’exposition continue. Les orages magnétiques provenant du soleil peuvent désactiver temporairement la résonance de Schumann. Les orages magnétiques provenant du soleil provoquent des perturbations du champ magnétique terrestre et des perturbations associées dans la régulation du cerveau, en particulier la régulation de la mélatonine. La mélatonine est l’hormone du sommeil qui est amenée dans la circulation sanguine par la glande pinéale dans l’obscurité et induit ainsi le sommeil. Le sommeil est perturbé pendant les tempêtes solaires. Les ondes radioélectriques provoquent également le même effet [Schliepharke 1932].

Figure 6 : Les orages magnétiques du soleil et les systèmes d’ondes radio électromagnétiques puissants interrompent également la connexion naturelle entre les humains et les champs géomagnétiques vitaux (résonance de Schumann)

Tout comme les orages magnétiques du soleil, toutes les ondes radio électromagnétiques produites par les humains peuvent affecter les humains, et ce à des intensités de champ très faibles. Cela est particulièrement vrai pour le réseau mondial 5G, car les ondes radio sont des supports d’information et peuvent stimuler les processus cérébraux, mais aussi les détruire. Si le projet d’Elon Musk de déployer 10 000 satellites proches de la terre, afin de construire un réseau radio 5G mondial se réalise, l’humanité sera privée d’un facteur environnemental vital, avec au moins des effets tels que ceux que provoqueraient les orages magnétiques du soleil. En conséquence, les personnes vont subir un stress oxydatif [Yakymenko et al. 2014 ; Warnke et Hensinger 2013], des troubles du sommeil et donc un affaiblissement considérable du système immunitaire. Les virus et les bactéries disposent ainsi d’une base pour développer des maladies infectieuses, telles que la grippe et les infections coronaires. Depuis plus de 100 ans, les découvertes physiopathologiques (par exemple, Claude Bernard, ) ont montré que trois facteurs jouent généralement un rôle dans le déclenchement des maladies infectieuses :

1. l’environnement (par exemple, le manque d’hygiène, le rayonnement électromagnétique des ondes radio, la pollution de l’environnement)

2. le manque de résistance et de résilience, la faiblesse du système immunitaire

3. les germes de la maladie

Ce fait a également été souligné par les médecins de l’Initiative de compétence dans une lettre ouverte adressée à la chancelière allemande et à d’autres politiciens de premier plan en rapport avec la maladie corona, montrant que l’exposition permanente à la radio mobile affaiblit le système immunitaire. S’il existe un environnement naturel correspondant à l’homme et que celui-ci possède une résistance et une résilience prononcées, les bactéries et les virus ne peuvent pas devenir pathologiquement efficaces. C’est ce qu’a prouvé de manière convaincante le professeur Max Pettenkofer dans son expérience personnelle. Max Pettenkofer ( ), hygiéniste et médecin de l’environnement (du point de vue actuel), était un adversaire acharné de Robert Koch ( ), qui a prouvé de façon célèbre que les bactéries étaient la cause des maladies. Pour prouver le contraire, Max Pettenkofer a bu un verre de liquide contenant des millions de bactéries du choléra devant l’auditorium de l’université de Munich en 1892. Sa force physique et psychologique était si forte lors de la confrontation avec les bactéries qu’il a pu les vaincre. Il est resté en bonne santé.

L’irradiation à long terme par des ondes radio électromagnétiques (WLAN, radar, 5G, DECT, etc.) affaiblit la résistance et la résilience [Hecht 2012, 2019 ; Warnke 2004 ; Warnke et Hensinger 2013]

5 Les fonctions neurophysiologiques du cerveau offrent les meilleures conditions suivantes pour le contrôle de la pensée et de la conscience

L’influence des ondes radio électromagnétiques sur les pensées humaines peut déjà se produire à des intensités de champ très faibles (< 0,05 mv/cm²). À 10 mv/cm² (correspond à la valeur limite valable en Allemagne, en Europe et aux États-Unis), des modifications de l’activité bioélectrique sont détectées dans les études cliniques et épidémiologiques (électroencéphalogramme EEG). On peut supposer que des champs particulièrement faibles sont efficaces pour le contrôle mental, car des champs plus intenses peuvent déjà provoquer des perturbations dans le fonctionnement du cerveau (par exemple, dépression, changements de perception). Le docteur en sciences techniques Igor Orzhelskyi, qui avait pour tâche de fournir aux cosmonautes soviétiques des systèmes permettant de lutter contre les différents problèmes de santé des voyageurs de l’espace, a dressé une liste des intensités de champ électromagnétique auxquelles les changements dans l’organisme humain peuvent se produire. Les résultats sont issus d’une connaissance précise des études épidémiologiques cliniques réalisées à grande échelle dans l’ancienne Union soviétique. Une attention particulière a été accordée à l’intensité des champs électromagnétiques et à la durée de leur effet.

Ces paramètres n’ont pas été pris en compte lors de la fixation des valeurs limites en Europe et en Allemagne.

Intensité EMF (mW/cm2)

Changements observés

600

Sensations de douleur avec une courte durée d’irradiation

200

Suppression des processus de régénération de l’acide dans le tissu

100

Augmentation de la pression artérielle avec sa diminution ultérieure ;en cas d’influence – hypotension stable. Bilatéral. Cataracte

40

Sensation de chaleur, vasodilatation. Avec une irradiation de 0,5-

1 h augmentation de la pression à 20-30 Torr

20

Stimulation des processus redox dans les tissus (stress oxydatif)

10

Asthénie après 15 min. d’irradiation, changement de l’activité bioélectrique du cerveau.

8

Déplacements indéterminés du côté du sang avec un

temps d’irradiation total de 150 h, l’altération de la

Coagulation du sang

6

modifications électrocardiographiques, modifications dans l’appareil récepteur

4-5

Modifications de la pression artérielle avec répétition Rayonnement, leucopénie non permanente, érythropénie

3-4

Réaction vagotonique avec des symptômes de bradycardie, ralentissant la conductivité électrique du cœur

2-3

Baisse prononcée de la pression artérielle, tendance pour augmenter le pouls, des vibrations insignifiantes du Volume cardiaque

1

Diminution de la pression artérielle, tendance à augmenter la fréquence cardiaque, fluctuations insignifiantes du volume cardiaque. acceptation du tonus ophtalmique avec influence quotidienne au cours de 3,5 mois

0,4

Effet auditif en cas d’utilisation d’un CEM à impulsion.

0,3

Certaines modifications du système nerveux en cas d’exposition chroniqueinfluence sur 5-10 ans

0,1

Modifications électrocardiographiques

Bis 0,05

Tendance à la baisse de la pression artérielle chez les patients chroniques

 

Catégories
General

MK-Ultra : la fin du silence (documentaire)

« Il y a 60 ans, un docteur américain financé par la CIA utilisait ses patientes et patients québécois comme cobayes. Les proches de ses victimes, qui ont vu leur vie brisée, entament aujourd’hui une poursuite contre le gouvernement canadien. Le documentaire MK-ULTRA : la fin du silence raconte un épisode honteux de la guerre froide qui s’est joué à Montréal et fait état des conséquences des expériences secrètes de lavage de cerveau menées à l’Institut Allan Memorial.

https://odysee.com/@MKWhiteRabbit:3/MK-Ultra-La-Fin-du-Silence-(HD)-Documentaire-1-Mai-2021:f

https://open.lbry.com/@elby1984:0/MK-Ultra—la-fin-du-silence:5

Catégories
General

Neurodroits: Le Chili veut protéger le cerveau de ses citoyens contre les technologies

En inscrivant des « droits du cerveau » dans sa Constitution, le Chili veut empêcher les nouvelles technologies d’être utilisées pour perturber l’intégrité des individus.

TECHNOLOGIE – Le Chili est en passe de devenir le premier pays au monde à légiférer sur les neurotechnologies et à inscrire dans sa Constitution des droits du cerveau ou “neurodroits” qui pourraient être le germe d’une jurisprudence à venir en matière de droits humains.

Le projet de loi a déjà été voté à l’unanimité au Sénat et doit maintenant être approuvé par la Chambre des députés.

La réforme constitutionnelle en cours d’examen entend préserver “l’intégrité physique et psychologique” du citoyen, de sorte qu’“aucune autorité ou individu” ne puisse, par le biais des nouvelles technologies sur le cerveau humain, “augmenter, diminuer ou perturber cette intégrité individuelle sans le consentement approprié”.

Protéger “l’esprit” des Chiliens  à l’avenir

Le sénateur Guido Girardi, l’un des promoteurs du texte qui transcende les clivages politiques, explique qu’il vise à protéger la “dernière frontière” de l’être humain: son esprit.

Les législateurs chiliens estiment que les neurotechnologies sont capables de mettre en place des procédés “de lecture” et “d’écriture” dans le cerveau permettant d’enregistrer les données mentales d’une personne et, dans un avenir proche, les modifier ou en ajouter de nouvelles.

“Si cette technologie peut lire (vos pensées), avant même que vous ne soyez conscients de ce que vous pensez, elle peut écrire dans votre cerveau des émotions, des pensées, des histoires de vie qui ne sont pas les vôtres et que votre cerveau ne sera pas capable de distinguer comme vôtres ou d’une pure création” artificielle, souligne le sénateur.

D’où “l’importance”, selon lui, de légiférer dès maintenant sur une réalité future qui pourrait menacer “l’essence de l’être humain, son autonomie, sa liberté et son libre arbitre”.

Un futur pas si lointain

La réalité aurait donc-t-elle déjà rattrapé la science-fiction? Interrogé par l’AFP, un des experts mondiaux en la matière, le scientifique espagnol Rafael Yuste, assure que des chercheurs sont déjà parvenus à implanter dans le cerveau de souris des images de choses qu’ils n’ont jamais vues, qu’ils assimilent à leurs propres idées et incorporent dans leur comportement naturel.

“Si vous pouvez entrer là-dedans”, dans les processus chimiques du cerveau, “les stimuler ou les inhiber, vous pouvez changer les décisions des gens. C’est quelque chose que nous faisons déjà avec les animaux”, assure ce chercheur de l’université Columbia de New York, aux États-Unis.

Mais il rassure: “La neurotechnologie peut faire peur si l’on pense à des scénarios dystopiques, mais pour chacun il y a dix scénarios bénéfiques”. Il cite en exemple les possibilités dans un avenir proche de guérir la surdité avec des implants, ou la cécité après des essais probants réalisés en laboratoire sur des chimpanzés. Ou même d’implanter des stimulateurs cérébraux capables d’améliorer la vie de patients atteints de la maladie de Parkinson, d’Alzheimer ou de schizophrénie.

Dans un autre domaine, il rapporte que le réseau social américain Facebook “est en train de développer une interface cerveau-ordinateur connectée directement à l’écran” et destinée à “remplacer les claviers”. “Je leur donne au moins cinq ans pour mettre sur le marché un dispositif qui peut écrire 100 mots par minute avec 1.000 mots de vocabulaire”, dit-il. Cette neurotechnologie serait “non seulement capable de déchiffrer les mots que vous voulez écrire, mais peut-être aussi d’autres types de pensées ou d’états mentaux”.

Légiférer avant l’arrivée d’humains “augmentés”

Face à ces découvertes, le projet de loi chilien entend légiférer dans quatre domaines fondamentaux: la sauvegarde des données de l’esprit humain ou “neurodonnées”, l’établissement des limites de la neurotechnologie de la lecture et surtout de l’écriture dans le cerveau, la détermination d’une distribution équitable de l’accès à ces technologies et la fixation des limites des “neuroalgorithmes”.

Car, selon Rafael Yuste, d’ici une décennie pourraient apparaître des humains hybrides, augmentés cognitivement grâce aux neurotechnologies, avec des idées ou connaissances qui seraient le fruit d’algorithmes.

“Pour éviter une situation à deux vitesses avec des humains augmentés et d’autres qui ne le sont pas, nous pensons que ces neurotechnologies devraient être réglementées d’un point de vue de principe universel de justice, dans l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’Homme”, estime-t-il.

Lors du 27e sommet ibéro-américain fin avril en Andorre le président chilien Sebastian Piñera a d’ailleurs proposé aux pays participants de légiférer conjointement sur ces droits d’un nouveau genre.

Catégories
General

Le Chili prépare une loi pour protéger les cerveaux humains de la technologie

C’est en passe d’être le premier pays au monde à instaurer des « neurodroits » pour protéger l’identité des individus, leur conscience et leur libre-arbitre face aux avancées des neurotechnologies.

Elon Musk potasse ses implants cérébraux Neuralink, Facebook dévoile un prototype de bracelet pour contrôler un clavier par la pensée… Et le Chili ne compte pas rester les bras ballants face au développement de ces interfaces cerveaux-machines. Le pays est sur le point d’inscrire dans sa constitution un droit des cerveaux ou « neurodroit »  et de légiférer sur les neurotechnologies. Le 22 avril, le Sénat a approuvé à l’unanimité le projet de réforme constitutionnelle. Il doit maintenant être approuvé par la Chambre des députés.

L’idée de cette initiative, portée par le sénateur Guido Girardi, est de préserver l’« intégrité physique et psychologique » des individus, et de faire en sorte qu’il ne soit pas possible d’« augmenter, diminuer ou perturber cette intégrité individuelle sans le consentement approprié ».

L’une des avancées qui inquiète particulièrement les législateurs chiliens est la possibilité de lire des pensées, voire de modifier et d’« écrire » des pensées et souvenirs. La chose a déjà été réalisée en laboratoire sur des souris, affirme Rafael Yuste, neurobiologiste américain proche du sénateur Guido Girardi, à l’AFP. Le chercheur ne nie pas pour autant l’espoir que représentent ces technologies pour traiter des maladies comme Parkinson et la schizophrénie.

Les législateurs tiennent par ailleurs à ce que les neurotechnologies se développent de manière égalitaire, de sorte à ne pas créer une double société avec d’un côté des humains augmentés et de l’autre ceux qui n’auront pas accès à ces nouvelles capacités.

La loi en retard sur les données personnelles, peut-être pas sur les données cérébrales

L’objectif est aussi de ne pas laisser la technologie aller plus vite que la loi, comme c’est souvent le cas. « Nous avons raté le train de la protection des données personnelles sur Internet et celui des données cérébrales est sur le point de quitter la gare », expliquait Rafael Yuste à Ouest France en décembre 2020. Le Chili apparaît comme un pionnier, explique le journal La Tercera. La communauté internationale, et notamment la France, l’Espagne et les États-Unis, pourraient suivre son exemple.

 

 

Source

Catégories
General

Dr. Karl Hecht : Les pensées sont libres – mais avec la digitalisation mondiale, c’est fini !

Encore un témoignage d’un neurologue et chercheur en neuroscience concernant le contrôle social et individuel via les ondes électromagnétiques.


Jamais auparavant les conditions technologiques pour une dictature totale n’ont été aussi mûres qu’aujourd’hui. À l’ère de la digitalisation, la manipulation de la pensée et le contrôle de l’esprit, notamment par le biais des ondes électromagnétiques, sont devenus une réalité omniprésente. Selon le Professeur Karl Hecht 96 ans, c’est seulement en renonçant consciemment à l’idéologie de la digitalisation qu’on peut éviter d’être réduit à l’état de robots humains totalement contrôlés. Voyez et écoutez dans cette interview, l’appel au réveil du célèbre médecin et chercheur en neuroscience.


 

https://www.kla.tv/18322

La belle chanson populaire allemande « Les pensées sont libres – qui peut les deviner ? » est malheureusement devenue une illusion à l’ère de la digitalisation. C’est ce qu’affirme et ce que prouve le Dr. Karl Hecht., médecin et professeur de neurophysiologie renommé, chercheur en neuroscience et médecin de l’environnement. Le spécialiste, âgé de 96 ans, décrit de façon très claire le fonctionnement technique de la manipulation et du contrôle de l’esprit, notamment par le biais des ondes électromagnétiques. Il nous fait ainsi découvrir les débuts des expériences technologiques sur le contrôle des esprits dans les années 1950 et 1960, qu’il qualifie de « vieux jeu » dans la perspective d’aujourd’hui. Car jamais auparavant les conditions technologiques d’une dictature totale n’ont été aussi mûres qu’aujourd’hui. Le professeur Hecht demande instamment que ce processus inhumain soit arrêté, afin que l’humanité ne se supprime pas elle-même par la digitalisation. Il est grand temps de revenir à la nature divine si nous ne voulons pas être dépouillés de toute humanité par l’idéologie de la digitalisation et être dégradés en robots humains totalement contrôlés. Regardez maintenant l’interview du professeur Dr. Karl Hecht, que Kla.TV a réalisée pour vous en décembre 2020. Interview: Modérateur : Professeur Hecht, merci de nous permettre d’être avec vous aujourd’hui, de nous inviter et de nous permettre de parler du thème de la « digitalisation de l’humanité ». Professeur, en cette année marquée presque exclusivement par la crise de la Covid-19, vous avez écrit un article académique en août qui semble être un réveil urgent. Son titre : « Les pensées sont libres, mais avec la digitalisation mondiale, c’est fini. » Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire un article aussi complet et percutant à l’âge de 96 ans ? Professeur Hecht : C’est mon habitude, je veux transmettre à l’humanité la vérité fondée sur la science. L’idéologie de la digitalisation crée une euphorie, c’est-à-dire un enthousiasme pour cette technologie, et il y a beaucoup de promesse. Prospérité, confort, voire santé et même immortalité grâce à l’intelligence artificielle. Mais la vérité est ailleurs. La digitalisation apporte une surveillance totale. La digitalisation entraîne une diminution des emplois et rend les humains superflus. La digitalisation entraîne ou provoque la manipulation de l’opinion publique, et finalement nous vivons une situation où l’homme perd lentement le contrôle sur la technologie. Ces derniers temps, les médias ont diffusé l’information selon laquelle Elon Musk a inventé ou est même en train d’expérimenter un implant Neuralink, qui est une interface entre l’ordinateur et le cerveau. Il décrit que c’est assez simple. Cet implant Neuralink n’est pas plus grand qu’une pièce d’euro et vous pouvez le mettre sur le crâne en incisant le cuir chevelu, puis il y a une connexion, une interface entre le cerveau et ce Neuralink, puis l’ordinateur ou le téléphone portable, etc. Il disait encore que la connexion entre le cerveau et l’ordinateur est nécessaire pour que les humains, ou l’humanité dans son ensemble, puissent bénéficier du développement de l’intelligence artificielle. Et c’est bien sûr un message choquant et c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’ai écrit cet article. Modérateur : Professeur, l’implant cérébral Neuralink d’Elon Musk a fait l’objet d’une large publicité dans les médias. Comment le Neuralink d’Elon Musk est-il censé fonctionner ? Et quels dangers y voyez-vous ? Prof. Hecht : Oui, je voudrais tout d’abord vous expliquer comment cela va fonctionner, et pour que vous puissiez comprendre tout cela je dois vous donner une petite leçon de neurophysiologie. Voici le cerveau humain – ici une coupe transversale. Je tiens à dire à ce propos que notre cerveau compte 100 milliards de cellules nerveuses, et que chaque cellule nerveuse peut se connecter à toutes les autres, c’est-à-dire à 10 000 autres, c’est alors comme un organe à part entière ; c’est la caractéristique de l’être humain. Vous voyez ici le cerveau antérieur, et Mme Teuchert-Noodt pense que le plus important c’est qu’il arrive à maturité, et cela ne se produit que jusqu’à l’âge de 18 ans, et il ne doit pas être irradié par des ondes ou par des facteurs externes ou être endommagé. Vous voyez ici au milieu ce qu’on appelle l’hippocampe, ce qu’on appelle le système limbique, et ici l’amygdale, qui est le centre émotionnel. Et dans les années 1940, le neurophysiologiste suisse Walter Rudolf Hess a découvert que s’il insère une électrode très fine et la stimule électriquement, des émotions sont générées dans cette zone. Par exemple, le rire, les pleurs, la colère, l’agacement. Donc on a constaté que dans cette région se reflètent nos émotions. C’était une grande découverte pour l’époque, il a reçu le prix Nobel pour cela. Et on a également partiellement appliqué ça en médecine, de telle sorte que des électrodes ont été insérées dans certaines zones du cerveau chez des patients souffrant d’épilepsie et de la maladie de Parkinson. J’ai moi-même vu la professeure Bechtereva travailler avec des épileptiques dans la clinique de Saint-Pétersbourg. Mme Olga Bechtereva est la fille du Bechterev dont une maladie porte le nom. Et il s’agissait surtout de blessés de guerre qui avaient des balles dans le cerveau ou des éclats d’obus. Et ils avaient jusqu’à 20 crises d’épilepsie et quand ils ont mis l’appareil dans une certaine région, l’appareil a produit une courte et légère stimulation électrique, et la crise n’a pas eu lieu. Cela n’a pas été fait en masse, mais ça a été répété souvent. Et chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, les tremblements se sont arrêtés. Voilà comment ça a commencé. Ensuite, deuxième chose : Tout ce traitement de l’information entre les centaines de milliards de cellules nerveuses se fait par des moyens électriques et nous pouvons mesurer l’électricité. C’est ce qu’on appelle l’EEG, l’électroencéphalogramme, et vous pouvez voir ici que nous avons des ondes différentes et aussi des fréquences différentes. Par exemple, le rythme alpha de 7-12 Hz, ou le rythme bêta de 13 Hz et plus. Ou ici le rythme thêta de 4-7 Hz, qu’on voit par exemple dans la méditation. Et puis le rythme delta qui est, par exemple, le rythme du sommeil profond, mais aussi d’autres fonctions, il est inférieur à 4 Hz. Et sur la base de cette configuration, de cette amplitude et aussi de la fréquence, on peut déterminer certaines fonctions. C’est là le point de départ pour les micro-ondes, les ondes radio qui sont introduites dans le cerveau Cela se produit donc lorsque, à partir d’un émetteur ou d’un téléphone portable, on intervient dans les ondes cérébrales et ainsi on peut influencer le cerveau, selon les fréquences utilisées et selon comment vous l’appliquez. Et aujourd’hui, comme [Armin] Grunwald l’a également dit, tout est possible avec la modulation de fréquence. Ça déjà été fait dans les années 70 aux États-Unis, des expériences ont été faites pour influencer l’électroencéphalogramme avec des micro-ondes, et donc aussi manipuler le cerveau. Il y a aussi d’autres études, nous avons le champ magnétique de la terre, appelé onde de Schumann qui nous protège. Et cela passe également par le cerveau et constitue en fait une fonction vitale et les ondes radio peuvent également perturber cette fonction vitale. Et maintenant Musk a fait la chose suivante : il apporte cette interface et grâce à cela, si j’ai maintenant un téléphone portable, par exemple, ou un ordinateur, cela va à l’interface et l’interface se transforme alors en cerveau. Il s’agit donc en fait d’une sorte de petit ordinateur qui peut également stocker des données. Et à partir du cerveau, l’information peut alors revenir à l’interface et retourne au téléphone portable ou à l’ordinateur. Et bien sûr, vous pouvez également l’influencer en conséquence et ainsi, un cerveau de robot est créé, qui peut alors influencer le vrai cerveau. Modérateur : Est-ce que j’ai bien compris ? On a comme une application pour téléphone portable, et ensuite on peut en pratique influencer la conscience, etc., c’est très dangereux ! Prof. Hecht : Oui. Et vous pouvez même, si quelqu’un téléphone, influencer la conscience par le biais du téléphone portable. Vous pouvez donc manipuler comme vous le souhaitez et guider réellement la personne ou même lui donner des instructions, pour qu’elle tire sur quelqu’un par exemple, ou qu’elle fasse ceci ou cela. Il est alors en fait un « tenu en laisse par la digitalisation », si je peux le présenter ainsi. Modérateur : On a à peine perçu une réaction publique critique à l’implant cérébral Neuralink d’Elon Musk. Le fait que ce soit sous-estimé pourrait-il avoir un rapport avec le fait que le contrôle des esprits, c’est-à-dire le contrôle mental ou le contrôle des pensées, est connu dans les romans ou les films de science-fiction, mais qu’on dit généralement qu’il s’agit d’une théorie de conspiration ? Prof. Hecht : C’est possible. Mais un scientifique américain, dont je viens d’oublier le nom, a dit un jour qu’on ne peut garder que les petits secrets. Les grands secrets sont gardés secrets par l’incrédulité du peuple. Et c’est précisément cela : le peuple croit plus au mensonge qu’à la vérité et à la science. Il existe des enquêtes à ce sujet. Mais beaucoup de choses se passent dans le plus grand secret ou à l’arrière-plan. Je voudrais rappeler dans ce contexte comment j’ai découvert ce contrôle des esprits et ces influences. Modérateur : Oui, avec plaisir. Prof. Hecht : En 1968, il y a eu le Congrès mondial de physiologie à Washington, et à ce congrès, il y a eu une nouveauté. Un professeur, le Dr José Delgado, un Espagnol, qui a travaillé en Amérique à l’Université de Yales, a mené une expérience sensationnelle. Il avait un groupe de singes, dans ce groupe, le singe dominant était un colérique, c’est-à-dire qu’il se mettait très vite en colère. Et quand il se mettait en colère, il mettait sa patte dans sa bouche, rugissait, puis s’en prenait aux singes, les mordant et les frappant. Ensuite M. Delgado a fait ce qui suit : il lui a mis sur la tête une interface, similaire à la courbe du cerveau antérieur, attachée avec un récepteur. Et dans la salle se trouvait un émetteur qui s’activait lorsqu’on appuyait sur un levier. Et quand ce singe dominant mettait la main dans sa bouche, un singe du troupeau courait vers le levier pour le descendre et ce singe dominant devenait tout de suite doux comme un agneau. M. Delgado a ensuite effectué ces recherches dans des arènes de tauromachie en Espagne. Il a également mis cette interface sur les taureaux qu’on avait rendus colériques, et lorsqu’il appuyait sur le bouton, le taureau était complètement calme et n’était plus agressif. C’est-à-dire qu’à l’aide de cette technique il était possible, par exemple, de rendre les personnes agressives complètement paisibles. Mais bien sûr, les services secrets ont immédiatement pris conscience de ce phénomène et ont travaillé avec cela. Et M. Delgado a ensuite approfondi le tout, puis a découvert, comme je l’ai déjà dit, à l’aide des micro-ondes, des ondes radio, qu’il pouvait entrer directement dans l’électroencéphalogramme. Et il a ensuite écrit un livre : « Le contrôle physique de l’esprit », en fait des pensées… Mais nous voyons que le contrôle de l’esprit est en partie fait sous le couvert d’agir pour la médecine… peut-être est-ce le cas. Il est toujours difficile dans ce domaine de séparer le bon et le mauvais. Et puis je voudrais parler d’un événement qui m’a également étonné : À l’Université de Tübingen, une étude est en cours intitulée « L’interface pour améliorer l’enseignement ». Là, les enfants reçoivent une sorte de bandeau, avec lequel l’électroencéphalogramme est enregistré. Et l’électroencéphalogramme reflète alors trois états, trois « émotions », c’est-à-dire : « attentif », « indifférent» et « inattentif », ce qui est déjà critique. Donc, trois lampes s’allument : le bleu « inattentif », le jaune « attentif » et le rouge « très concentré ». Modérateur : Comme un feu tricolore sur le front, que l’enseignant est… Prof. Hecht : Oui, et pas seulement cela. L’institutrice a comme un ordinateur ou un téléphone portable où elle voit chaque élève par ondes radio : « Aha, là ça s’allume en rouge, là ça s’allume en bleu » etc. et elle peut ainsi contrôler. Ça va même plus loin : une moyenne est calculée et elle voit quels élèves sont inattentifs et quels élèves sont attentifs et concentrés. Et je trouve que c’est une intrusion terrible dans le cerveau de l’enfant. Mais cette étude est soutenue par la ministre de l’éducation du Bade-Wurtemberg et présentée comme un progrès dans l’enseignement. Modérateur: Mais prenons un peu de temps pour approfondir ce sujet, car il est aussi question de la 5G : son extension progresse de plus en plus. Et Elon Musk a également prévu de mettre en orbite autour du globe des satellites qui sont aussi équipés de rayonnement 5G. Cela signifierait donc qu’il peut pratiquement contrôler le monde entier si les gens sont prêts à faire installer l’un de ces dispositifs. Mais c’est… et surtout avec la 5G… Prof. Hecht : Exactement. Que ce soit avec la 5G ou avec le WiFi, cela peut être fait avec n’importe quel… Mais la 5G c’est surtout la mise en réseau du monde entier. Et avec ça, on peut influencer tout le monde. Et je reviens encore une fois sur le Neuralink de Musk : c’est exactement avec ça qu’on peut contrôler chaque personne à tout moment, on peut la tuer et on peut faire toutes sortes de choses. Modérateur : Dans votre article, vous mentionnez également une série de brevets pour le contrôle de l’esprit et de la pensée, qui peuvent être utilisés ou ont été utilisés depuis longtemps à des fins militaires et aussi pour les services secrets. Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement de cette technique à l’aide d’un exemple ? Prof. Hecht : Oui. Ici, j’ai un brevet, un brevet allemand de 2002. C’est de la « transmission de pensée ». Et les domaines d’application sont, par exemple, les suivants : pouvoir communiquer avec les pensées, mais aussi pouvoir transmettre des informations discrètement. En outre, on dit qu’on peut écouter les criminels avec cette application, ce qui permet de savoir quelles sont leurs pensées. Ou à l’aide de ces micro-ondes, on peut stabiliser les pensées – si quelqu’un est en négociation et a besoin de soutien, on peut le soutenir. Et puis vous avez la possibilité d’influencer le métabolisme du cerveau et tout le reste à l’aide de ces pensées. Et ça fonctionne dans la gamme des gigahertz – on ne précise pas ici d’intensité de champ. Mais je sais que la fonction cérébrale réagit à un champ, le champ magnétique, de 0,3 picowatt (pW) par centimètre carré. Donc à des stimuli très faibles. Et c’est ce que la plupart des gens ne savent pas ou ne reconnaissent pas, le fait que notre cerveau réagit particulièrement à des champs électromagnétiques très faibles, et que ces stimuli peuvent soit causer des maladies, soit être utilisés pour manipuler. Et j’ai ici quelques vues de ce brevet, que je voudrais vous montrer brièvement. Ainsi, à l’aide d’un système de radar, on peut irradier chaque être humain de manière appropriée. Il est montré ici qu’on peut également le faire à travers des murs, des murs en béton, à partir de n’importe où. Ici, prochain exemple, à l’intérieur d’une maison ; ainsi par exemple je peux, du premier au dernier étage, influencer les pensées d’une personne ou les lire, etc. Modérateur: Au moyen d’un canon à ondes ou d’une antenne ou… ? Prof. Hecht : Et c’est possible, même s’il y a une quelconque protection, les ondes peuvent passer à travers. Et enfin, encore une très mauvaise chose : depuis un avion ou un drone, je peux aussi influencer avec cette technique et ensuite causer des dégâts ou donner des ordres, etc. Ça fonctionne à nouveau selon le principe suivant, je le répète : si les micro-ondes sont émises depuis ces endroits, ça va dans le cerveau et le cerveau traite cela de manière appropriée. Il existe des preuves à cela. Et il s’agit d’un brevet allemand, c’est pourquoi je tiens à le dire. En Amérique, il y en a encore beaucoup plus. J’ai trouvé dans un livre 27 sources de brevets, qui vont dans le même sens d’une influence sur les émotions. Ainsi, par exemple, vous pouvez influencer l’être humain comme José Delgado a influencé les singes, comme il a influencé le singe dominant. Par ces méthodes on peut aussi provoquer l’agressivité. Tout est donc possible. Modérateur: Cela signifie donc que nous avons affaire ici à une technologie qui déshumanise l’homme concrètement. L’homme est transformé en machine contrôlable, en robot. Prof. Hecht : C’est exactement ce qu’ [Armin] Grunwald a dit : Nous sommes en train de nous digitaliser et la société technologique qui se développe ne fera aucun bien à l’humanité. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai écrit cet article. Nous devons faire bouger les choses. Nous devons réduire l’enthousiasme pour la digitalisation et revenir à la nature. Modérateur : Pensez-vous donc qu’il soit possible, à notre époque, que les micro-ondes générées techniquement puissent fonctionner non seulement pour contrôler les esprits, mais aussi comme une arme, pour chasser ou éliminer pratiquement les masses indésirables ? Et puis, comment peut-on, tout d’abord, se défendre contre ces armes ou contre tout cela, en tant que citoyen ordinaire ? Prof. Hecht : Se protéger… Modérateur : Oui, se protéger. Prof. Hecht : Oui, eh bien, je dirai presque que l’arme à micro-ondes est « vieux jeu ». Paul Brodeur, un Américain, a écrit un livre. Il est sorti en 1980, « Le danger dissimulé » et avec ce livre il a tout décrit, les effets néfastes des micro-ondes – en 1980 ! – et il a également fait état des armes qui sont développées aux Etats-Unis, par exemple. À l’époque, c’était encore les micro-ondes qui étaient liées à la chaleur… je dois dire qu’on fait une distinction entre les rayonnements ionisants et les rayonnements non ionisants. Et avec les rayonnements non ionisants, on a des effets thermiques et athermiques. En Allemagne, par exemple, la valeur limite est fixée en fonction de la notion thermique, c’est-à-dire qu’elle nous protège juste de ne pas nous faire griller. Et aux États-Unis, selon M. Brodeur, des armes développées à cette époque pouvaient tuer les gens en les chauffant. Mais il ne s’agit là que d’une seule sorte. M. Brodeur décrit également un événement que je voudrais raconter. Il écrit que, par exemple, des équipages de sous-marins américains et soviétiques se sont rencontrés en mer, et ils sont tous immédiatement rentrés à l’intérieur parce qu’ils s’irradiaient les uns les autres. Mais il existe des armes psychotropes. Et par exemple, pour que je puisse présenter beaucoup de rapports, voici un rapport du conseil scientifique consultatif de l’armée de l’air américaine. Il y est dit qu’à l’aide des champs électromagnétiques, on peut influencer les gens à la manière d’un psychotrope. On peut ainsi les faire dormir, par exemple, on peut provoquer des hallucinations, ils peuvent provoquer de la peur, de l’agressivité, ou même des troubles de la mémoire. Tout cela est possible, c’est en train de se passer. Modérateur : Ce qui est possible dans le cadre militaire est également possible pour nous citoyens. Prof. Hecht : Oui. Ou bien ici, le major soviétique Tchernishev, il a écrit un article en 1997 dans une revue militaire en Russie, où il parle des armes psychotropes et il dit que c’est commun et il dit qu’il y a des générateurs assez puissants pour influencer le cerveau et le psychisme des êtres humains de manière appropriée. Et il énumère toute une série de générateurs de ce type qui rendent cela possible. C’était en 1997. Ça fait maintenant plus de 20 ans. Il y en a donc certainement d’autres aujourd’hui. Mais je voudrais parler d’une autre chose, ce n’est peut-être pas une arme, mais indirectement, c’est une arme. C’est ce qu’on appelle le « signal de Moscou ». Il y avait notamment dans l’ambassade américaine de la rue Tchaïkovski à Moscou, un émetteur de 1 000 watts installé pour espionner. C’était courant à l’époque, c’est probablement le cas encore aujourd’hui. Et les Soviétiques avaient installé un émetteur de l’autre côté de la route, à 70 m de distance, mais avec une intensité de champ magnétique de 0,001 mW par cm2. Modérateur : C’est moins que la limite actuelle. Prof. Hecht : Oui, à l’époque la limite en Amérique et en Europe était de 10 mW par cm² et en Russie, en Union soviétique, mais aussi dans d’autres pays à l’époque du bloc socialiste, elle était de 0,01 mW par cm2. C’était donc 10 000 fois inférieur à la limite applicable en Europe, aux États-Unis, je dois dire. Et puis, il y a eu une discussion ou une rencontre entre le président Johnson et Kossyguine de l’Union soviétique, et ils en ont parlé. Mais Kossyguine a dit, nous sommes dix fois en dessous de la valeur limite, de votre valeur limite, alors est-ce qu’il peut arriver quelque chose ? Oui, quelque chose est arrivé. En 17 ans, sur les 4 ambassadeurs, les ambassadeurs américains qui étaient à Moscou, deux sont morts d’un cancer –Thompson et Pullan, et Stoessel d’une leucémie. C’est-à-dire que, par cette irradiation faible et constante, ces hommes ont eu le cancer et leur organisme tout entier a été détruit. Maintenant, je fais le lien avec la 5G d’aujourd’hui. La 5G est conçue en basse fréquence, pour qu’elle puisse rayonner partout dans les maisons. Et si maintenant on a ces ondes 5G, ça peut durer des années avant que le cancer se développe. Mais c’est possible même avec des valeurs aussi faibles. Il faut sans cesse se rappeler cela : ça produit des effets et la valeur limite en Allemagne et en Europe ne vaut rien du tout. Ça produit des effets. Modérateur : Hmm, donc beaucoup trop haut. Prof. Hecht : Mais je voudrais dire autre chose, une dernière chose, qui est aussi très grave. Il y a eu une conférence à Genève en 2018, à laquelle plus de 70 pays ont participé, et là ils ont parlé et ils se sont disputés à propos de l’interdiction des robots-tueurs ! Ça signifie donc qu’aujourd’hui, vous pouvez constituer une armée de robots-tueurs qui va ensuite contre les humains ou qui est dirigée d’une manière ou d’une autre. Une telle chose est planifiée et, bien sûr, je dis que ce n’est pas croyable de faire de telles choses. L’astronaute Gerst, l’astronaute allemand Gerst, qui était dans la Station Spatiale Internationale [ISS – Station Spatiale Internationale], il voulait diriger le robot Justin, parce qu’ils veulent éventuellement coloniser Mars avec des robots ; et tout le temps qu’il était là-haut, pendant trois mois, Justin a réagi complètement d’une autre manière que ce que l’astronaute voulait. Cela signifie donc que les robots ont aussi leur propre intelligence artificielle et qu’ils ne peuvent pas être contrôlés du tout. L’idée même de créer une telle armée ou même de produire une telle chose est, à mon avis, un crime de guerre, et ça doit donc être interdit. Je n’ai pas eu plus d’informations sur le déroulement de la réunion. Mais le fait que cela ait eu lieu m’a choqué. Ainsi, il y a un très vaste travail en cours qui consiste à fabriquer des armes à micro-ondes et des armes digitalisées ou à travailler sur ce projet. Bien sûr, d’une certaine façon c’est gardé secret, et c’est qualifié de théorie de conspiration. Mais le fait est qu’une telle chose existe, et je voudrais protester contre ça en tant que médecin et appeler le gouvernement à interdire de tels projets de recherche et à ne pas dépenser d’argent pour cela. Donc, et pour conclure, je voudrais dire que j’ai donné comme titre « Les pensées sont libres », et j’aimerais qu’en stoppant cette folie de digitalisation, nous ayons à nouveau les pensées libres. Que nous puissions chanter la chanson « Les pensées sont libres, qui peut les deviner, elles passent comme des ombres dans la nuit. Aucun chasseur ne peut les abattre, personne ne peut les connaître. Je m’y tiens, les pensées sont libres. » C’est ce que nous devons réaliser ! Et je voudrais citer Bertolt Brecht, qui est bien connu ici au théâtre de Berlin. Il a dit : « Penser est le plus grand plaisir de la race humaine. » Et c’est exactement ce que nous devons poursuivre. Nous ne pouvons pas faire cela avec la digitalisation, nous ne pouvons le faire qu’avec la libre pensée. Et nous devons maintenant nous battre pour ces pensées libres, nous devons les diffuser à travers la science, à travers le savoir, à travers la vérité scientifique, et c’est pourquoi j’ai écrit cet article. Modérateur : Très bien. On peut sentir votre cœur. Il est évident que vous êtes très engagé dans ce domaine. Oui, merci beaucoup de nous avoir donné l’occasion de vous interviewer. Malgré votre âge, vous êtes encore si éveillé et si déterminé pour un monde meilleur, pour un monde plus pacifique. Et je souhaite aussi que nous puissions continuer à penser librement à l’avenir. Merci beaucoup.

Catégories
General

James Giordano : militarisation des neurosciences

Le Doc James Giordano spécialiste des applications militaires dans les neurosciences, mais aussi spécialiste des questions éthiques dans la recherche  en neurosciences, s’inquiète de ce que les gouvernements étrangers pourraient faire sous couvert de recherche médicale. C’est drôle cette manière d’accuser les autres de ce pourquoi on est passé maître. C’est quand même le type qui nous dit que le cerveau est accessible en lecture et en écriture comme un vulgaire disque dur… Il est d’ailleurs question dans l’article ci-dessous de scientifiques « chapeau noir », parce qu’il est clairement question de hacker le cerveau. Chose que dénoncent les TI (Targeted Individuals). Personnellement cela fait plus de 30 ans que je suis victime de science criminelle. Hier en France, a été condamné un ancien ministre (Georges Tron) pour viol, à 5 ans de prison dont 3 ans ferme. Il fera 6 mois dans une cellule 5 étoiles puis le reste de sa peine avec un bracelet électronique. Quand je compare la peine que des salauds m’ont infligée et vu la manière dont je suis traité, avec mon casier judiciaire vierge, il faut qu’ils soient persuadés d’avoir, pire qu’un nazi à punir, tous les jours que Dieu fait.

Et, comme l’indique le rapport 2008 de l’Académie nationale des sciences, les produits destinés au marché de la santé peuvent – et sont souvent – étudiés et développés en vue d’un éventuel emploi dans des applications militaires. Aux États-Unis, toute activité de ce type dans le cadre de programmes financés par le gouvernement fédéral serait soumise à une surveillance conformément aux politiques de double usage, reflétant la teneur générale des conventions internationales actuelles sur les armes biologiques et chimiques.

Mais cela laisse un vide que les gouvernements étrangers pourraient exploiter en utilisant la recherche en santé comme un voile pour poursuivre de nouvelles neurosciences et technologies militaires, et en protégeant leurs activités derrière des normes commerciales protégeant les intérêts des propriétaires et la propriété intellectuelle.militariser des progrès des neurosciences


Traduction d’un article du Doc James Giordano

James Giordano, PhD, est professeur aux départements de neurologie et de biochimie, chef du programme d’études neuroéthiques et co-directeur du programme O’Neill-Pellegrino en science du cerveau et en droit et politique de la santé mondiale au Georgetown University Medical Center, Washington, D.C. Son dernier livre est intitulé Neurotechnology in National Security and Defense : Practical Considerations, Neuroethical Concerns. Les opinions exprimées dans cet essai ne reflètent pas nécessairement celles du EU Human Brain Project, de la DARPA, des chefs d’état-major des armées ou du ministère de la défense, dont il a été le conseiller.


https://www.nationaldefensemagazine.org/articles/2017/5/11/weaponizing-the-brain-neuroscience-advancements-spark-debate

Les progrès rapides des neurosciences et des technologies correspondantes ont suscité un intérêt renouvelé et croissant tant pour leur développement que pour les préoccupations éthiques liées à l’utilisation de ces techniques et outils dans des contextes militaires et de sécurité.

En 2008, le Conseil national de la recherche des Académies nationales des sciences a signalé que les sciences du cerveau présentaient un potentiel pour des applications militaires et de guerre, mais qu’elles n’étaient pas encore totalement viables pour une utilisation opérationnelle. Cependant, en 2014, un rapport ultérieur des académies nationales, « Emerging and Readily Available Technologies and National Security : A Framework for Addressing Ethical, Legal and Societal Issues » (Un cadre pour aborder les questions éthiques, juridiques et sociétales), a rejoint une série de livres blancs du groupe d’évaluation stratégique multicouche de l’état-major interarmées, ainsi qu’un rapport du Conseil Nuffield de 2013, indiquant que les développements dans ce domaine avaient progressé au point de rendre les sciences du cerveau viables, d’une valeur définitive et d’une préoccupation réaliste pour les militaires.

Ce calendrier est important, car il reflète la capacité rapide et itérative plus sophistiquée de créer et d’exploiter des méthodes et des technologies neuroscientifiques pour accéder au cerveau, et évaluer et affecter ses fonctions de cognition, d’émotion et de comportement.

Les progrès des neurosciences pourraient être utilisés pour créer des « super soldats », relier des cerveaux à des systèmes d’armes pour le commandement et le contrôle, voire manipuler des groupes ou des dirigeants pour qu’ils prennent des mesures qu’ils ne feraient pas normalement.

De toute évidence, les nouveaux développements dans le domaine de la science du cerveau peuvent être exploités pour améliorer les soins neurologiques et psychiatriques au sein de la médecine militaire, et un certain nombre de programmes en cours du ministère de la défense le font. L’Agence des projets de recherche avancée de la Défense, le Commandement de la recherche médicale et du matériel de l’armée de terre et le Bureau de médecine et de chirurgie de la marine génèrent de nouvelles techniques et technologies pour le traitement des lésions cérébrales, des maladies neurodégénératives telles que les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, et de certaines affections psychiatriques, comme le stress post-traumatique et la dépression.

Toutefois, il existe également un potentiel considérable pour les applications à double usage des méthodes et outils neuroscientifiques qui vont au-delà du chevet du malade. Nombre d’entre elles pourraient atteindre les champs de bataille.

Il s’agit notamment de l’utilisation de divers médicaments et formes de neurotechnologies telles que le neurofeedback, la stimulation électrique et magnétique transcrânienne, et peut-être même des dispositifs implantables pour la formation et l’optimisation des performances du personnel de renseignement et de combat. Des interfaces cerveau-ordinateur pourraient être utilisées pour contrôler des avions, des bateaux ou des véhicules sans pilote. Les utilisations militaires et de guerre impliquent également le développement et l’engagement d’agents – tels que des drogues, des microbes, des toxines – et de « dispositifs en tant qu’armes », également appelés « neuroarmes », pour affecter le système nerveux et modifier les pensées, les sentiments, les sens, les actions, la santé des adversaires ou – dans certains cas – pour encourir des conséquences mortelles.

L’utilisation des neurosciences et de la technologie pour optimiser les performances du personnel militaire pourrait potentiellement conduire à la création de « super soldats ». Cette question reste provocatrice et controversée.

Considérées sous un angle positif, de telles approches pourraient – et devraient sans doute – être utilisées pour prévenir la guerre. Par exemple, les services de renseignement et le personnel militaire qui ont des capacités cognitives, émotionnelles et/ou comportementales accrues pourraient être en mesure de détecter plus facilement et plus efficacement les menaces, de fonctionner dans des conditions difficiles avec moins de stress, et d’être plus sensibles aux indices et nuances socioculturels et physiques dans des environnements étrangers. Ils pourraient être plus efficaces pour réduire le risque de violence.

Ces objectifs ont conduit à des efforts tels que le programme de contenu socioculturel dans le langage de l’activité Intelligence Advanced Research Projects et le programme Métaphore, qui ont tous deux cherché à améliorer la compréhension des normes culturelles linguistiques et émotionnelles. Le programme Narrative Networks de la DARPA visait à utiliser la science et la technologie neurocognitives pour améliorer les récits dans des contextes socioculturels.

D’autre part, on s’inquiète des effets négatifs que ce domaine pourrait avoir sur la santé des personnes « neuro-modifiées ». On s’inquiète de l’utilisation de telles approches pour transformer les combattants en automates amoraux et combatifs et on se demande quelles responsabilités et quelles charges pourraient être encourues pour – et supportées par – l’armée, et peut-être la société dans son ensemble, lorsqu’elle doit faire face à de tels effets.

Mais si ces questions et préoccupations peuvent suggérer la nécessité d’une pause de réflexion, il est important de noter que la recherche sur le cerveau et les technologies correspondantes s’internationalisent de plus en plus, et qu’un certain nombre de pays comme la Chine et la Russie, et certains alliés des États-Unis, sont engagés dans ces poursuites et s’intéressent à leur viabilité et à leur utilisation militaire. Cela crée une situation qui tend à soutenir, voire à faire progresser le rythme et l’étendue de la recherche, du développement et de l’incorporation des neurosciences et des technologies dans les initiatives de renseignement et militaires.

L’internationalisation de la science du cerveau, conjuguée à la rapidité de ses progrès, suscite des préoccupations supplémentaires quant au développement et à l’utilisation des armes neurologiques.

Si les accords internationaux existants sur les armes biologiques et chimiques, tels que les conventions de La Haye, le protocole de Genève et la convention sur les armes biologiques et à toxines, limitent la recherche institutionnelle, le stockage et le commerce international de certaines toxines et substances neuro-microbiologiques telles que la ricine et l’anthrax, certaines substances et technologies neurobiologiques développées pour des produits médicaux facilement disponibles sur le marché commercial pourraient ne pas relever des règles internationales existantes.

Il s’agit notamment des médicaments neurotropes créés dans les laboratoires pharmaceutiques, des biorégulateurs – définis comme des substances qui affectent les processus biologiques, comme les opioïdes et autres peptides – et des technologies neuromodulatrices telles que les dispositifs de stimulation transcrânienne ou cérébrale profonde.

Et, comme l’indique le rapport 2008 de l’Académie nationale des sciences, les produits destinés au marché de la santé peuvent – et sont souvent – étudiés et développés en vue d’un éventuel emploi dans des applications militaires. Aux États-Unis, toute activité de ce type dans le cadre de programmes financés par le gouvernement fédéral serait soumise à une surveillance conformément aux politiques de double usage, reflétant la teneur générale des conventions internationales actuelles sur les armes biologiques et chimiques.

Mais cela laisse un vide que les gouvernements étrangers pourraient exploiter en utilisant la recherche en santé comme un voile pour poursuivre de nouvelles neurosciences et technologies militaires, et en protégeant leurs activités derrière des normes commerciales protégeant les intérêts des propriétaires et la propriété intellectuelle.

Une autre préoccupation est que des substances neurobiologiques et neurochimiques et certaines neurotechnologies peuvent être obtenues ou développées avec une relative facilité par des acteurs non étatiques. Il convient de noter l’existence d’une communauté mondiale croissante de scientifiques « chapeau noir », qui peuvent être soutenus par du capital-risque approuvé par l’État dans l’intention explicite de perturber la sécurité, la stabilité et la santé publiques, et qui peuvent opérer sans tenir compte des réglementations définies par les traités et conventions signataires actuels.

La disponibilité croissante d’outils de neurobiologie de bricolage, tels que les kits d’édition de gènes qui peuvent être utilisés pour modifier génétiquement des microbes et des toxines existants et les rendre plus puissants ou mortels, augmente la probabilité de leur utilisation, ainsi que les risques et les menaces que ces techniques et leurs produits représentent pour la sécurité nationale.

L’ancien directeur du renseignement national, James Clapper, a déclaré l’année dernière que l’édition génétique devrait être considérée pour son potentiel de création d’armes biologiques.

Il est tout aussi important de tenir compte de l’impact des armes neurochimiques. Si les agents neurotoxiques comme le sarin ou les agents pathogènes comme l’anthrax peuvent avoir des effets assez étendus, d’autres armes neurotoxiques plus sophistiquées ne devraient pas être considérées comme des armes de destruction massive, mais plutôt comme des « armes de perturbation massive », dont les effets sont souvent subtils, bien qu’ils s’intensifient.

Par exemple, les médicaments à action neurologique peuvent être utilisés pour cibler de manière sélective les pensées, les sentiments et les actions d’un individu, tel qu’un dirigeant politique ou militaire, afin d’évoquer un changement dans ses idées, ses émotions et son comportement. Cela pourrait avoir un effet sur ceux qu’ils dirigent, en influençant leurs opinions et leurs actions dans un sens de conformité ou de dissonance.

Certaines drogues, toxines et/ou microbes neuroactifs peuvent également être utilisés contre des cibles à plus grande échelle pour provoquer des « conséquences en cascade » au sein d’un groupe, d’une communauté ou d’une population. Par exemple, ces agents pourraient être dispersés pour produire des « cas sentinelles » d’individus qui présentent des signes et symptômes neuropsychiatriques et autres signes et symptômes physiques. L’attribution d’une action terroriste et la désinformation qui l’accompagne sur les signes et symptômes saillants et croissants – tels que l’anxiété, l’insomnie et la paranoïa – pourraient être propagées sur Internet.

Cela tendrait à amplifier les réactions d’un nombre croissant de membres du groupe ou de la population, qui chercheraient alors à se faire soigner, et à faire peser ainsi une charge croissante sur le système de santé publique – même si ce n’est qu’à court terme.

La diffusion ultérieure sur Internet de récits visant à dénigrer toute réponse gouvernementale en essayant d’apaiser les inquiétudes et la réaction du public face à la « menace », pourrait être utilisée pour favoriser la dissolution de la confiance du public et accroître la perturbation sociale croissante. Il suffit de se rappeler la réaction du public à la distribution très limitée de l’anthrax dans les semaines qui ont suivi les attaques du 11 septembre pour se rendre compte de la viabilité et des effets possibles de telles tactiques.

Il est certain que la science du cerveau n’est pas la seule à pouvoir développer de nouveaux outils et de nouvelles armes. Pourtant, elle confère de puissantes capacités à affecter « les esprits et les cœurs » et offre donc un levier clair et présent dans les opérations militaires et de guerre.

La reconnaissance et une évaluation réaliste de ces capacités – et de leurs limites – sont des étapes cruciales pour la préparation et la réaction. En ces temps de réduction rapide des budgets et de ressources limitées, il devient donc de plus en plus important d’estimer avec précision les avantages, la charge, les risques et les menaces relatifs que certains types et applications de neurosciences et de technologies subiront, ainsi que de développer et de maintenir une attitude proactive pour garantir les possibilités de ces développements à la fois maintenant et à l’avenir.