Categories
General

Livre Bleu N°2 – Le Contrôle Du Comportement Par Micro-Ondes

Livre Bleu N°2 – Le Contrôle Du Comportement Par Micro-Ondes extraits

 

 

 

 

 

 

 

 

Categories
General

BiblioTI : A lire ! Neuro-Esclaves.

Dans la même veine qu’un « Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens », il présente l’intérêt d’éclairer le plus grand nombre sur les mécanismes du cerveau et d’attirer notre attention sur ses faiblesses pour mieux nous préserver d’éventuelles manipulations. Un livre d’utilité public.

Paolo Cioni est neuropsychiatre, professeur de psychopathologie, ancien responsable du service de santé mentale auprès de la ASL de Florence, enseignant à l’Ecole de spécialisation en psychiatrie de Florence. Il est l’auteur de divers traités ainsi que de monographies de psychologie et de psychiatrie. Il est également le co-auteur, avec Marco Della Luna, de Neuro-Esclaves. Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse.

Au menu du chapitre 11 quelques raffinements notables


J’avais commencé à compiler un tas de passages intéressants en relation avec le sujet de ce site. Devant la complexité, j’ai finalement abandonné. C’est un ouvrage à lire par tous les TI et le gens s’intéressant au phénomène.

Le bouquin est régulièrement mis à jour et augmenté, j’ai la seconde version en pdf.

Marco-Della-Luna_Paolo-Cioni-Neuro-Esclaves

 


Extrait 1

Concernant les acouphènes des TI, je pense pour avoir à les subir de manière intense depuis que j’ai découvert le forum Peace Pink (PP), qu’il s’agit en fait d’un bruit blanc auquel on ajoute un sifflement. Une fois de plus ce qui est utilisé pour de la privation sensorielle (bruit blanc) sera perçu pour qui aurait à diagnostiquer (médecin, enquêteur, journaliste…) la situation comme un problème d’acouphène et non d’agression extérieure.

Categories
General

George Orwell, Aldous Huxley : « 1984 » ou « Le meilleur des mondes » ? | ARTE


@6min :  « Huxley imagine un monde où la science devient un instrument de contrôle visant à conditionner et asservir l’humanité.
Huxley vivait à une époque ou les gens parlaient d’élevage sélectif, d’ eugénisme, de la possibilité de conditionner les être humains en induisant chez eux des comportements, en leur parlant durant leur sommeil, Huxley a extrapolé ses histoires, ces technologies, en y ajoutant les drogues et les médicaments, pour en faire une fable sur le contrôle ultime. »

On dirait la définition d’un programme MK-Ultra ayant eu lieu dans un HP Canadien dirigé par le sinistre Dr Ewen Cameron… Voir un extrait de l’émission « The Fifth Estate » (CBS) sur le tournage du film « The Sleep Room », ce dernier révèle les liens entre la CIA et les travaux du Dr Ewen Cameron qui se déroulèrent entre 1957 et 1964 à l’institut « Allen Memorial » au Canada.


@38min  :  « Les mécanismes de propagande les + grossiers sont toujours d’actualité. Politiquement parlant, la manipulation de l’information est plus importante que jamais pour garder le pouvoir. La tactique est de désorienter les gens, de leur faire refuser la vérité qu’ils voient pourtant de leurs propres yeux. » J’ajouterai en appelant cela du complotisme… Que dire du sujet de ce blog ?


Diffusé le 16 nov. 2020

Categories
General

Surveillance neurale à distance : Comment ils espionnent vos pensées

Combien de fois avez-vous eu des pensées que vous n’avez jamais voulu partager avec quiconque et vous êtes constamment inquiet à l’idée que quelqu’un puisse jamais découvrir ces pensées ?

Nous sommes tous passés par là, et les nouvelles technologies améliorées qui sont développées dans le monde entier, soi-disant pour lutter contre la criminalité et le terrorisme, et qui, par inadvertance, empiètent sur la vie privée de chacun, devraient probablement nous amener tous au bord de la paranoïa. Ces technologies sont financées par les gouvernements au plus haut niveau et certains des pays concernés comprennent les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne et la France.

Récemment, la tristement célèbre Agence de sécurité nationale (NSA) des États-Unis a mis au point une méthode très efficace pour contrôler le cerveau humain.
Cette technologie, appelée « Remote Neural Monitoring » (R.N.M.), devrait révolutionner la détection et l’investigation des crimes.

La R.N.M. fonctionne à distance (on ne s’est jamais demandé pourquoi nous avons tous été poussés sans relâche vers les systèmes sans fil ?) pour contrôler le cerveau dans le but de détecter toute pensée criminelle se déroulant dans l’esprit d’un éventuel coupable.

L’inévitable question : Comment peut-on isoler une pensée criminelle si l’on ne dispose pas d’une mesure comparative des pensées non criminelles ?

Cet engagement repose sur deux principes :

Les recherches ont montré que l’intellect humanoïde pense à une vitesse d’environ 5 kilobits par seconde et, par conséquent, n’a pas la capacité de rivaliser avec les superordinateurs agissant via les satellites, les implants et la bio-télémétrie.
Le cerveau humain possède un ensemble caractéristique de structure de résonance bioélectrique. En utilisant des superordinateurs, le système R.N.M. peut s’en emparer et envoyer des messages par le biais du système nerveux d’un individu intégré afin d’affecter ses performances de manière préférentielle.

Le système entier a été développé après environ 50 ans ( !) d’expérimentations neuro-électromagnétiques sur l’homme, prétendument involontaires, mais il n’y a pas de preuves pour appuyer cette affirmation.

Selon de nombreux scientifiques impliqués dans ce programme (leurs noms ne sont pas révélés pour des raisons évidentes), d’ici quelques années, on s’attend à ce que des micropuces à ADN, sous le couvert de percées médicales qui seront présentées pour lancer les processus de guérison de la maladie sur la vitesse et l’efficacité, soient implantées dans le cerveau humanoïde, ce qui le rendrait intrinsèquement contrôlable. La R.N.M. aura alors la capacité de lire et de régir les procédures mentales émotionnelles d’une personne ainsi que les visions et les involontaires.

Actuellement, dans le monde entier, des superordinateurs surveillent des millions de personnes en même temps, à la vitesse de 20 térabits par seconde, en particulier dans des pays comme les États-Unis, le Japon, Israël et un certain nombre de pays européens. Un programme similaire est censé être en cours en Russie.

Comment fonctionne la R.N.M. ? Elle utilise un ensemble de programmes fonctionnant à différents niveaux, comme :

  • Le système d’intelligence des signaux qui applique des fréquences électromagnétiques (EMF), pour exciter le cerveau pour le système et le lien électronique du cerveau (EBL).
  • Le système de stimulation du cerveau qui a été conçu comme une intelligence d’émission de particules, ce qui signifie qu’il reçoit des informations provenant d’ondes électromagnétiques créées involontairement dans l’environnement. Cependant, il n’est pas lié à la radioactivité ou à la détonation nucléaire.
  • Les machines d’enregistrement qui disposent d’un équipement électronique permettant d’examiner à distance l’action électrique chez les êtres humains. Cette cartographie cérébrale générée par ordinateur peut toujours enregistrer tous les événements électriques dans le cerveau.
  • Le système d’aide à l’enregistrement déchiffre les cartes cérébrales individuelles à des fins de sécurité.

La technologie sous-jacente de ce système prend en considération le fait que l’activité électrique dans le centre de la parole du cerveau, peut être traduite dans les pensées verbales du sujet. Le R.N.M. peut envoyer des signaux cryptés au cortex audio du cerveau en contournant directement l’oreille.

Ce codage aide à détecter la communication audio. Il peut également effectuer une cartographie électrique de l’activité du cerveau à partir du centre visuel, ce qui est réalisé en évitant les yeux et les nerfs optiques, projetant ainsi les images de l’esprit du sujet sur un écran vidéo. Grâce à cette mémoire visuelle et audio, les deux peuvent être visualisées et analysées.

Les machines concernées peuvent, à distance et de manière non invasive, détecter des informations en décodant numériquement les potentiels évoqués dans les émissions électromagnétiques de 30 à 50 Hz, 5 mW du cerveau.

Les potentiels évoqués sont appelés « pics » et motifs créés par les nerfs, car ils produisent un motif électrique changeant avec une instabilité magnétique en constante évolution, qui émet alors une quantité constante d’ondes électromagnétiques. Ce qui est intéressant dans tout cela, c’est que l’exercice est effectué sans aucun contact physique avec le sujet.

Les émissions de CEM peuvent être décodées en pensées actuelles et en perception audiovisuelle, dans le bon sens du sujet. Il envoie des chiffres compliqués et des signaux d’impulsions électromagnétiques pour activer les potentiels évoqués à l’intérieur de l’esprit, générant ainsi des entrées sonores et visuelles dans les circuits neuronaux.

Grâce à ses réseaux de communication vocale, auditive et visuelle, la R.N.M. permet une connexion audiovisuelle complète entre l’esprit et l’ordinateur ou une association entre l’esprit et l’ordinateur.
Le mécanisme doit décrypter la fréquence de résonance de chaque site spécifique afin de moduler l’entrée d’informations à cet endroit précis du cerveau.

De plus, la R.N.M. peut détecter le son par le biais des micro-ondes et permet la diffusion de directives précises dans le subconscient, produisant des troubles visuels, des illusions et l’instillation de mots et de nombres dans le cerveau par le biais d’ondes de rayonnement.

Avec tous les bénéfices que l’on peut tirer de la recherche des activités illégales et traîtresses, les défenseurs des droits de l’homme et les scientifiques soulignent de nombreux dangers et alarmes. Les organismes de défense des droits de l’homme, dans le monde entier, ont critiqué le système comme étant un affront aux droits fondamentaux de l’homme parce qu’il viole la vie privée et la dignité des considérations et des événements de la vie.

Plusieurs pays s’y sont opposés et le considèrent comme une atteinte à leurs droits humains et civils. Avec d’autres préoccupations biologiques exprimées par les scientifiques, la R.N.M. reste une technologie controversée, qui est utilisée dans de nombreux pays pour le maintien de la sécurité et la surveillance.

References:

  1. Robert C. Gunn, PhD, Arbor, Michigan, NSA clinical psychologist currently indicted for human and Constitutional rights violations of Mind Control. Extracts from the passage of the affidavit of the indictment.
  2. Declassified documents by NSA of the MKULTRA project
  3. R.G. Malech Patent #3951134  “Apparatus and method for remotely monitoring and altering brain waves” USPTO granted 4/20/76

Source

 

Categories
Armes electroniques General

Une expérience de stimulation (TMS) cérébrale soulage la dépression

 


Tu ne supportes plus qu’on tue/asservisse/torture… l’humain en masse partout dans le monde, tu ne supportes plus la marche forcée que t’impose le monde.
Tu es en dépression mais on va te rendre compatible avec ce cauchemar ! Tu seras heureux, tu pourras enfin t’intégrer dans cette société malade. Une vraie thérapeutique Orwellienne digne du meilleur soma. Et en plus, on peut même te rendre heureux à distance et potentiellement à « l’insu de ton plein gré » (une véritable fabrique de psychopathes), comme le démontre le brave Dr James Giordano à l’académie militaire de West Point. Pendant ce temps, au lieu de s’unir, les noirs s’opposent aux « privilèges blancs » dans un combat d’un autre siècle (je ne dis pas inutile), suite au décès de George Floyd (et ici en France avec adama Traoré) qui n’a pas été traité avec les égards qu’aurait dû lui assurer la démocratie (il y a des vidéo de blancs qui meurent de la même manière sur internet). Ce qu’il faut bien comprendre avec de telles armes, toujours présentées par les médias comme avancée médicale positive, c’est que peu importe la couleur de peau, nous sommes 99% à avoir le profil pour devenir les « nègres » du 21 siècle. Il y a plus urgent et actuel que les guerres raciales horizontales, il est temps de comprendre(et d’agir en sorte) que l’élite dirigeante et financière mène la guerre au peuple quelle que soit sa couleur de peau.


 

Stimuler des zones clés du cerveau avec un champ magnétique pulsé pourrait représenter une solution pour certaines personnes souffrant de dépression chronique qui n’a pas pu être traitée à l’aide d’autres techniques ou médicaments conventionnels.

Les résultats très encourageants d’une expérience effectuée sur un petit groupe de volontaires suggèrent qu’un traitement stimulant certaines parties clés du cerveau avec un champ magnétique pulsé pourrait soigner la dépression chronique chez certaines personnes qui souffrent d’une dépression résistante à d’autres traitements conventionnels.

La base de ce traitement non invasif, appelé stimulation intermittente par rupture thêta (iTBS), a déjà été approuvée comme thérapie pour la dépression grave par la U.S. Food and Drug Administration (FDA).

Des chercheurs de l’Université de Stanford et de l’Université de Palo Alto aux États-Unis ont montré, lors d’un essai effectué sur 21 personnes, qu’administrer cinq fois la dose globale de pulsations sur un nombre plus élevé de séances quotidiennes semble non seulement sûr, mais pourrait permettre d’obtenir de bien meilleurs résultats.

Des impulsions magnétiques pour établir de meilleures connexions entre les neurones
Ce traitement implique de diriger des centaines d’impulsions magnétiques intenses dans une partie spécifique du cerveau, durant quelques minutes par jour pendant six semaines, ce qui permet d’encourager les neurones à établir lentement des connexions plus solides qui peuvent aider à atténuer les symptômes de la dépression chronique. Cette procédure s’est avérée suffisamment efficace pour donner de l’espoir aux 10 à 30% des patients souffrant de dépression, qui ne répondent pas facilement aux autres thérapies.

Une étude publiée en 2018 a révélé qu’un peu moins de la moitié des personnes diagnostiquées avec une dépression ont montré au moins une certaine amélioration après ce traitement, avec environ un tiers des individus en rémission. Et lorsque rien d’autre ne fonctionne, il s’agit de chiffres plutôt attrayants.

Cependant, les chances de succès pourraient être meilleures, d’autant plus que la tentative de stimulation magnétique transcrânienne n’est pas nécessairement exempte d’effets secondaires, qui peuvent inclure des maux de tête et d’autres inconforts légers. Cette dernière étude suggère fortement que de bons résultats sont possibles, mais il est important de garder à l’esprit que l’expérience a été menée sur une très petite quantité d’individus, et sur une très courte durée. D’autant plus que l’étude n’avait pas de groupe témoin pour mesurer les résultats.

Après cinq jours comprenant 10 séances iTBS à haute dose par jour, 19 des 21 volontaires ont exprimé une amélioration suffisante de leur dépression, pour compter comme étant en rémission.

Les chercheurs estiment que si les essais continuent à démontrer de tels résultats positifs, cette technique pourrait bien un jour aider jusqu’à 90% des personnes souffrant de dépression. « Il n’y a jamais eu de théra­pie pour les dépres­sions résis­tantes aux trai­te­ments qui ont présenté plus de 55% de rémis­sion dans des condi­tions simi­laires », a expliqué le psychiatre de Stanford, Nolan Williams.

Le trouble dépressif majeur est une maladie complexe que nous n’avons pas encore pleinement comprise et qui peut être provoquée par de nombreux facteurs (biologique, psychologique, social, fonctionnement du cerveau), qui ne sont eux-mêmes pas encore bien compris. Selon les chercheurs, une fraction de ces derniers ne pourrait pas être traitée à l’aide de produits pharmaceutiques conventionnels.

Source

Categories
General

Le mobbing

 

Chaque jour, des employés compétents, travailleurs et engagés subissent des violences psychologiques sur leur lieu de travail. Certains fuient des emplois qu’ils aiment, chassés par des collègues, des subordonnés ou des supérieurs mesquins – souvent avec l’approbation tacite de la direction.

Les auteurs, le Dr Noa Davenport, Ruth Distler Schwartz et Gail Pursell Elliott, ont écrit un livre pour chaque employé et manager en Amérique. Le livre traite de ce qui est devenu un mot courant en Europe : Le mobbing.

Le mobbing est un « rassemblement » de plusieurs individus, pour forcer quelqu’un à quitter son lieu de travail par des rumeurs, des insinuations, de l’intimidation, du discrédit et surtout de l’humiliation. Le mobbing est une forme grave de harcèlement non sexuel et non racial. Il a été légalement décrit comme un harcèlement aveugle au statut. Le mobbing affecte la santé mentale et physique des victimes. Il entraîne des coûts exorbitants pour les victimes, leurs familles et les organisations.

Avec ce nouveau livre, Mobbing : Emotional Abuse in the American Workplace, il y a un nom pour le problème et une aide pour les victimes. Le livre aide les lecteurs à comprendre ce qu’est le mobbing, pourquoi il se produit, comment il affecte une victime et les organisations, et ce que les gens peuvent faire. Les auteurs ont interviewé des victimes de tous les États-Unis et le livre contient de nombreuses citations qui illustrent de façon poignante la gravité de l’expérience du mobbing. Un aperçu de la littérature et de la recherche est fourni ainsi que de nombreuses stratégies pratiques pour aider les victimes, les gestionnaires, les professionnels de la santé et du droit. Des dessins originaux de Sabra Vidali expriment la profondeur de l’expérience et mettent en valeur le travail des auteurs.

Categories
General

MK-ULTRA : L’histoire étonnante de Fort Detrick

Par Ceng Jing. traduit par Réseau International

Depuis que l’administration Trump a déclaré l’urgence nationale à la mi-mars au sujet de la propagation rapide du COVID-19, la tâche de développer un vaccin est tombée sur le principal laboratoire de recherche sur les virus de l’Armée Américaine à Fort Detrick, situé dans la banlieue du Maryland à quelque 80 km de Washington, D.C.

Au cours des dernières décennies, des recherches de pointe sur un large éventail de virus et de bactéries ont été menées à l’intérieur de ce complexe tentaculaire. Ses installations de pointe stockent également certaines des toxines les plus dangereuses connues de l’humanité, notamment le virus Ebola, l’anthrax et le coronavirus du SRAS.

L’obscure base militaire a été mise sous les feux de la rampe en 2008 après qu’un de ses scientifiques ait été soupçonné d’avoir perpétré l’attaque à l’anthrax de 2001, où plusieurs lettres contenant le germe mortel ont été envoyées aux médias et aux bureaux gouvernementaux américains.

L’année dernière, l’un des plus importants laboratoires de haute sécurité à l’intérieur du campus a été fermé par les autorités sanitaires en raison de violations de la sécurité. Outre quelques incidents ici et là, Fort Detrick semble être un lieu ordinaire pour la science médicale moderne. Mais en remontant un peu plus loin dans l’histoire, une période de l’histoire purement effrayante commence à émerger.

Après la Seconde Guerre Mondiale, Fort Detrick est devenu un site d’expériences scientifiques horribles menées dans le cadre d’une quête top-secrète de la CIA pour contrôler l’esprit humain, connue sous le nom de « Project MK Ultra ». Après plus de 20 ans, le projet s’est soldé par un échec lamentable ( Question de point de vue, là c’est clairement ce qu’on aimerai nous faire croire) et a entraîné un nombre inconnu de morts, dont un scientifique qui a participé au projet, et au moins des centaines de victimes américaines et canadiennes soumises à des tortures mentales et physiques. Les expériences ont non seulement violé le droit international, mais aussi la propre charte de l’agence qui interdit toute activité sur le plan national.

Le projet MK Ultra a été mis sur pied par le parrain de l’empire du renseignement américain, le directeur de la CIA Allen Dulles, dont la rhétorique toujours aussi effrénée sur la menace soviétique l’a aidé à mettre en place un appareil de sécurité nationale omnipotent qui allait définir la politique américaine. En 1953, après avoir capturé des pilotes américains qui ont admis avoir déployé de l’anthrax pendant la Guerre de Corée, Dulles a commencé à vanter les théories selon lesquelles ils avaient subi un lavage de cerveau par les Communistes de la République Populaire Démocratique de Corée de l’époque. Pour assurer la sécurité nationale, a-t-il soutenu, les États-Unis doivent concevoir leur propre programme de lavage de cerveau.

La revendication de Dulles s’est avérée n’être basée sur rien d’autre qu’une pure fantaisie de la Guerre Froide, car un rapport qu’il a commandé plus tard a rejeté les revendications de lavage de cerveau par les Communistes. Pourtant, le rusé maître espion Dulles, qui était connu pour avoir activement sauvé plusieurs hauts fonctionnaires nazis contre la volonté de son propre gouvernement, a poursuivi le programme pour une raison bien plus néfaste.

Comme l’explique David Talbot dans son livre « L’Échiquier du Diable », de nombreux espions recrutés au début de la Guerre Froide étaient des personnages sommaires et peu fiables, motivés par des vulnérabilités intérieures telles que l’avidité, la luxure ou la vengeance. Pendant ce temps, l’agence cherchait des moyens d’éliminer ces variables psychologiques en créant des machines humaines qui agiraient sur commande, même contre leur propre conscience.

En termes officiels, l’objectif principal du programme était « la recherche et le développement de matériaux chimiques, biologiques et radiologiques pouvant être utilisés dans des opérations clandestines pour contrôler le comportement humain », selon un mémo déclassifié produit par l’Inspecteur Général de la CIA. Il a rapidement pris de l’ampleur, se ramifiant en 149 sous-projets impliquant au moins 80 institutions dont des universités, des hôpitaux, des prisons et des compagnies pharmaceutiques à travers les États-Unis et le Canada.

Pour maîtriser le contrôle des esprits, un groupe de scientifiques malhonnêtes a testé librement des méthodes extrêmes sur des humains qui auraient fait atterrir n’importe qui en prison si ce n’était pas dans les paramètres de Fort Dertrick. (Genre créer des loups solitaires ? Ou des types qui dégoupillent et tirent dans le tas comme aux USA ?) Ces méthodes comprennent l’administration forcée de drogues psychoactives, des électrochocs forcés, des abus physiques et sexuels, ainsi qu’une myriade d’autres tortures, toutes effectuées en silence derrière les hauts murs de la « sécurité nationale ».

Dulles tenait particulièrement à savoir si des hallucinogènes comme le LSD pouvaient inciter certaines personnes à commettre « des actes de sabotage importants ou des actes de violence, notamment des meurtres », a rappelé Sidney Gottlieb, le principal expert en poisons de l’agence qui a dirigé le programme.

Des documents déclassifiés examinés par CGTN ont montré que les expériences dans le cadre du programme, allaient du bizarre aux extrêmes de la science-fiction : Des drogues qui « provoquent une confusion mentale », « procurent un maximum d’amnésie », « produisent une euphorie pure sans déception ultérieure », « abaissent l’ambition et l’efficacité générale du travail des hommes », et bien d’autres encore.

Tout au long de ses deux décennies d’existence, MK Ultra a été mené dans le plus grand secret, car l’agence s’attendait à un contrecoup politique important si le projet était porté à la connaissance du public. En fait, il était si secret que seuls quelques hauts responsables de l’agence étaient au courant de son existence. Probablement que la suite de ces programmes Top Secret  (Voir Gang stalking/V2K/no touch torture…, en bref le sujet de ce site) a été verrouillée de la sorte, en prenant bien garde de ne plus s’y faire reprendre. 

À l’insu de la Maison Blanche et du Congrès, les habitants des quartiers oubliés des États-Unis – les prisonniers, les prostituées et les sans-abri – ont été enlevés dans les rues pour participer involontairement à la science folle de Fort Derrick : « Des gens qui ne pouvaient pas se défendre », selon les mots de Gottlieb. Cependant, le programme s’appuyait également sur des personnes qui le pouvaient, y compris des soldats américains et des patients sans méfiance qui sont tombés par inadvertance dans les hôpitaux et cliniques associés à MK Ultra à travers l’Amérique du Nord.

En juillet 1954, l’aviateur Jimmy Shaver, de la base aérienne de Lackland, a été accusé d’avoir violé et tué une fillette de trois ans à San Antonio. Tout au long de l’épisode, il était souvent dans un état d’étourdissement et de transe. Lors de son arrestation, Shaver semble également avoir perdu une grande partie de ses souvenirs, y compris ceux concernant sa femme. Quatre ans plus tard, il a été exécuté le jour de son 33e anniversaire. Ce n’est que plus tard que le public a appris que Shaver, qui n’avait pas de casier judiciaire, était l’un des cobayes utilisés par MK Ultra. Selon The Intercept, le projet de contrôle de l’esprit avait joué un rôle important dans l’envoi de Shaver à la chaise électrique. (Vous avez dit Démocratie ?)

D’autres personnes ayant survécu aux expériences brutales ont révélé les terribles conséquences du lavage de cerveau pratiqué par la CIA. Linda McDonald, 25 ans, mère de cinq jeunes enfants, a déclaré qu’elle s’était pratiquement transformée en enfant après avoir subi les fameuses expériences de la Sleep Room, dont on lui avait dit qu’elles permettraient de traiter sa schizophrénie aiguë inexistante. Pendant 86 jours, McDonald est restée dans un coma provoqué par de puissants narcotiques et des électrochocs qui lui ont fait frire le cerveau 102 fois.

« Il fallait que je sois aidé pour les toilettes », a déclaré McDonald. « J’étais un légume. Je n’avais pas d’identité, pas de souvenir. Je n’avais jamais existé dans le monde auparavant. Comme un bébé ».

Pourtant, parmi les 180 médecins et chercheurs qui ont participé à ces expériences illégales, peu avaient exprimé des doutes ou des remords. Le seul qui l’ait fait est mort. (Glaçant)

Frank Olson était un biochimiste et père de trois enfants qui travaillait dans les laboratoires de guerre biologique de Fort Detrick. Il était l’un des scientifiques de MK Ultra qui voyageait régulièrement entre les « sites noirs » d’Europe pour observer différentes expériences humaines. Après une visite en 1952 au Camp King, un célèbre refuge de la CIA en Allemagne, il a été particulièrement secoué par la cruauté dont les prisonniers soviétiques étaient victimes, selon Talbot.

« Il a eu beaucoup de mal après l’Allemagne … la drogue, la torture, le lavage de cerveau », aurait déclaré l’ancien collègue d’Olson à Detrick, le chercheur Norman Cournoyer. À son retour d’Allemagne, Olson a subi une « crise morale » et était prêt à abandonner sa carrière scientifique pour devenir dentiste, selon la famille d’Olson. Pourtant, avant qu’il ne puisse changer de vie, le scientifique lui-même était devenu, sans le savoir, l’une des nombreuses victimes involontaires de MK Ultra.

Une semaine avant Thanksgiving, Olson a été invité à un week-end de retraite dans une installation isolée de la CIA à Deep Creek Lake dans le Maryland. Un soir après le dîner, Olson et d’autres scientifiques sans méfiance ont reçu des boissons contenant du LSD, après quoi il a commencé à avoir de fortes hallucinations. L’épreuve s’est terminée une semaine plus tard, lorsqu’il s’est défenestré du 10ème étage de l’hôtel Statler à Manhattan. Les responsables de la CIA ont conclu à la hâte que la mort du scientifique était un suicide. Cependant, les enfants d’Olson ont eu du mal à accepter ce « récit » et ont commencé leur propre enquête sur la fin tragique de leur père.

Après des décennies de procédures avec le gouvernement américain et l’enquête menée par Eric et Nils Olson, les fils de Frank, et après une exhumation pour autopsie, des preuves substantielles ont été mises en place pour déterminer l’éventualité du meurtre du scientifique. Après avoir examiné la dépouille d’Olson, le médecin légiste James Starrs a relevé plusieurs incohérences importantes qui contredisent le récit officiel du suicide. Bien qu’il ait atterri sur le dos, le crâne au-dessus de l’œil d’Olson s’était fissuré, ce qui suggère qu’il a reçu un coup violent à la tête avant de traverser la fenêtre.

« La mort de Frank Olson le 28 novembre 1953 est un meurtre, pas un suicide », a déclaré Eric Olson. « Ce n’est pas une histoire d’expérience sur la drogue LSD, telle qu’elle a été représentée en 1975. C’est une histoire de guerre biologique. Frank Olson n’est pas mort parce qu’il était un cobaye expérimental qui a vécu un « bad trip ». Il est mort parce qu’on craignait qu’il ne divulgue des informations concernant un programme d’interrogatoire très secret de la CIA au début des années 1950, et concernant l’utilisation d’armes biologiques par les États-Unis pendant la Guerre de Corée ».

source : https://news.cgtn.com

Categories
General

MK-ULTRA : L’histoire secrète de Fort Detrick, la base de la CIA pour les expériences de contrôle de l’esprit

Par Stephen Kinzer. Kinzer a écrit sur le Dr Gottlieb et le programme MK-ULTRA dans son livre, Poisoner in Chief. Voir cet article.

Traduction du site Réseau International

20 septembre 2019Aujourd’hui, c’est un laboratoire de pointe. Dans les années 1950 et 1960, il a été le centre des expériences les plus sombres du gouvernement américain.

En 1954, un médecin de prison au Kentucky a isolé sept détenus noirs et leur a administré des doses « doubles, triples et quadruples » de LSD pendant 77 jours d’affilée. Personne ne sait ce qu’il est advenu des victimes. Elles sont peut-être mortes sans savoir qu’elles faisaient partie du programme très secret de la CIA visant à développer des moyens de contrôler les esprits – un programme élaboré à partir d’une base militaire peu connue au passé sombre, Fort Detrick.

L’expansion des banlieues a englouti Fort Detrick, une base militaire située à 80 km de Washington, dans la ville de Frederick, dans le Maryland. Il y a 73 ans, cependant, lorsque l’armée a choisi Detrick pour développer ses plans super-secrets de guerre bactériologique, la zone autour de la base était bien différente. En fait, elle a été choisie pour son isolement. La raison en est que Detrick, toujours florissante aujourd’hui en tant que base principale de l’armée pour la recherche biologique et comprenant maintenant près de 600 bâtiments sur 13 000 acres, a été pendant des années le centre nerveux de l’empire caché de la CIA pour les armes chimiques et le contrôle des esprits.

Detrick est aujourd’hui un des laboratoires de pointe pour la recherche sur les toxines et les antitoxines, le lieu où sont développées des défenses contre tous les fléaux, du champignon tueur de cultures à l’Ebola. Son rôle de leader dans ce domaine est largement reconnu. Pendant des décennies, cependant, une grande partie de ce qui se passait à la base était un secret bien gardé. Les directeurs du programme de contrôle mental MK-ULTRA de la CIA, qui utilisait Detrick comme base clé, ont détruit la plupart de leurs archives en 1973. Certains de ses secrets ont été révélés dans des documents déclassifiés, lors d’entretiens et à la suite d’enquêtes du Congrès. Ensemble, ces sources révèlent le rôle central de Detrick dans MK-ULTRA et dans la fabrication de poisons destinés à tuer des dirigeants étrangers.

En 1942, alarmée par des rapports indiquant que les forces japonaises menaient une guerre bactériologique en Chine, l’Armée Américaine a décidé de lancer un programme secret pour développer des armes biologiques. Elle a engagé un biochimiste de l’Université du Wisconsin, Ira Baldwin, pour diriger le programme et lui a demandé de trouver un site pour un nouveau complexe de recherche biologique. Baldwin a choisi une base de la Garde Nationale, pour la plupart abandonnée, sous la montagne Catoctin, appelée Detrick Field. Le 9 mars 1943, l’armée a annoncé qu’elle l’avait rebaptisée Camp Detrick, l’a désigné comme quartier général des Laboratoires de Guerre Biologique de l’Armée et a acheté plusieurs fermes adjacentes afin de fournir plus d’espace et d’intimité.

Après la Seconde Guerre Mondiale, Detrick a perdu de son importance. La raison en était simple : Les États-Unis possédaient des armes nucléaires, il ne semblait donc plus urgent de développer des armes biologiques. Cependant, au début de la Guerre Froide, deux événements apparemment sans rapport entre eux, survenus dans des parties opposées du monde, ont stupéfié la jeune Central Intelligence Agency et ont donné à Detrick une nouvelle mission.

Le premier était le procès pour trahison du primat catholique romain de Hongrie, le Cardinal Joseph Mindszenty, en 1949. Lors de ce procès, le cardinal est apparu désorienté, a parlé d’un ton monotone et a avoué des crimes qu’il n’avait manifestement pas commis. Puis, après la fin de la Guerre de Corée, il a été révélé que de nombreux prisonniers américains avaient signé des déclarations critiquant les États-Unis et, dans certains cas, confessant des crimes de guerre. La CIA a fourni la même explication pour les deux cas : le lavage de cerveau. Les communistes, a conclu la CIA, ont dû développer une drogue ou une technique qui leur a permis de contrôler les esprits humains. Aucune preuve de cela n’est jamais apparue, mais la CIA s’est laissée prendre au jeu de la fantaisie.

Au printemps 1949, l’armée a créé une petite équipe super-secrète de chimistes au Camp Detrick, appelée la Division des Opérations Spéciales. Sa mission était de trouver des utilisations militaires aux bactéries toxiques. L’utilisation coercitive des toxines était un nouveau domaine, et les chimistes de la Division des Opérations Spéciales devaient décider comment commencer leurs recherches.

Au même moment, la CIA venait de créer son propre corps de magiciens de la chimie. Les agents de la CIA en Europe et en Asie capturaient régulièrement des agents ennemis présumés et voulaient développer de nouveaux moyens pour soustraire les prisonniers à leur identité lors des interrogatoires, les inciter à révéler des secrets et même éventuellement les programmer pour qu’ils commettent des actes contre leur volonté. Allen Dulles, à la tête de la direction des opérations secrètes de la CIA et bientôt promu à la tête de l’agence, considérait son projet de contrôle des esprits – d’abord appelé Bluebird, puis Artichoke, puis MK-ULTRA – comme étant d’une importance suprême, la différence entre la survie et l’extinction des États-Unis.

En 1951, Dulles a engagé un chimiste pour concevoir et superviser une recherche systématique de la clé du contrôle de l’esprit. L’homme qu’il a choisi, Sidney Gottlieb, ne faisait pas partie de l’aristocratie à la cuillère d’argent dans laquelle la plupart des officiers de la jeune CIA ont été recrutés, c’était un Juif de 33 ans qui boitait et bégayait, issu d’une famille d’immigrants. Il méditait également, vivait dans une cabane isolée sans eau courante et se levait avant l’aube pour traire ses chèvres.

Gottlieb voulait utiliser les ressources de Detrick pour propulser son projet de contrôle de l’esprit vers de nouveaux sommets. Il a demandé à Dulles de négocier un accord qui officialiserait le lien entre l’armée et la CIA dans cette démarche. Selon un rapport ultérieur, les dispositions de l’accord prévoient que « la CIA a acquis les connaissances, les compétences et les installations de l’armée pour développer des armes biologiques adaptées à l’usage de la CIA ».

Profitant de cet arrangement, Gottlieb a créé une enclave cachée de la CIA à l’intérieur de Camp Detrick. Sa poignée de chimistes de la CIA a travaillé si étroitement avec leurs camarades de la Division des Opérations Spéciales qu’ils sont devenus une seule et même unité.

Certains scientifiques en dehors de ce groupe soudé soupçonnaient ce qui se passait. « Savez-vous ce qu’est une ‘opération indépendante standard’ ? » demanda l’un d’entre eux des années plus tard. « La CIA en menait une dans mon laboratoire. Ils testaient des produits psychochimiques et faisaient des expériences dans mes laboratoires mais ne m’en parlaient pas ».

Gottlieb a cherché sans relâche un moyen de faire exploser les esprits humains afin d’en implanter de nouveaux à leur place. Il a testé une étonnante variété de combinaisons de médicaments, souvent en conjonction avec d’autres tortures comme les électrochocs ou la privation sensorielle. Aux États-Unis, ses victimes étaient des sujets involontaires dans des prisons et des hôpitaux, notamment une prison fédérale à Atlanta et un centre de recherche sur la toxicomanie à Lexington, dans le Kentucky.

En Europe et en Asie de l’Est, des victimes de Gottlieb étaient emprisonnées dans des centres de détention secrets. L’un de ces centres, construit dans le sous-sol d’une ancienne villa de la ville allemande de Kronberg, pourrait avoir été la première prison secrète de la CIA. Pendant que les scientifiques de la CIA et leurs anciens camarades nazis étaient assis devant une cheminée de pierre pour discuter des techniques de contrôle de l’esprit, les prisonniers des cellules du sous-sol étaient préparés comme sujets d’expériences brutales et parfois fatales.

Il s’agissait des expériences les plus macabres que le gouvernement américain ait jamais menées sur des êtres humains. Dans l’une d’entre elles, sept prisonniers de Lexington, dans le Kentucky, ont reçu de multiples doses de LSD pendant 77 jours d’affilée. Dans une autre, des Nord-Coréens capturés ont reçu des médicaments dépresseurs, puis des doses de puissants stimulants et ont été exposés à une chaleur intense et à des électrochocs alors qu’ils étaient dans un état affaibli. Ces expériences ont détruit de nombreux esprits et causé un nombre inconnu de morts. Nombre des potions, pilules et aérosols administrés aux victimes ont été créés à Detrick.

L’une des victimes les plus connues des expériences MK-ULTRA était Frank Olson. Olson était un officier de la CIA qui avait passé toute sa carrière à Detrick et connaissait ses plus profonds secrets. Lorsqu’il a commencé à réfléchir à la possibilité de quitter la CIA, ses camarades ont vu une menace pour la sécurité. Gottlieb a convoqué l’équipe à une retraite et s’est arrangé pour qu’Olson soit drogué au LSD. Une semaine plus tard, Olson est mort dans un plongeon d’une fenêtre d’hôtel à New York. La CIA a appelé cela un suicide. La famille d’Olson pense qu’on l’a jeté de la fenêtre pour l’empêcher de révéler ce qui se préparait à l’intérieur de Camp Detrick.

Une décennie d’expériences intenses a appris à Gottlieb qu’il existe effectivement des moyens de détruire un esprit humain. Il n’a cependant jamais trouvé le moyen d’implanter un nouvel esprit dans le vide qui en résulte. Le Graal qu’il cherchait lui a échappé. MK-ULTRA s’est soldé par un échec au début des années 1960. « La conclusion de toutes ces activités », admit-il après coup, « était qu’il était très difficile de manipuler le comportement humain de cette façon ».

Néanmoins, Fort Detrick, tel qu’il a été rebaptisé en 1956, est resté la base d’armes chimiques de Gottlieb. Après la fin de MK-ULTRA, il l’a utilisée pour développer et stocker l’arsenal de poisons de la CIA. Dans ses congélateurs, il conservait des agents biologiques susceptibles de provoquer des maladies comme la variole, la tuberculose et l’anthrax, ainsi qu’un certain nombre de toxines organiques, notamment du venin de serpent et du poison paralysant pour crustacés. Il a développé des poisons destinés à tuer le leader cubain Fidel Castro et le leader congolais Patrice Lumumba.

Durant cette période, le profil public de Fort Detrick s’est étoffé de façon inconfortable. Personne ne savait que la CIA y fabriquait des poisons, mais son rôle en tant que principal centre de recherche du pays dans le domaine de la guerre biologique et de la lutte contre les cultures devenait évident. De la mi-1959 à la mi-1960, les manifestants se réunissaient une fois par semaine aux portes. « Aucune rationalisation de la « défense » ne peut justifier le mal de la destruction massive et des maladies », avaient-ils écrit dans une déclaration.

En 1970, le Président Richard Nixon a ordonné à toutes les agences gouvernementales de détruire leurs réserves de toxines biologiques. Les scientifiques de l’armée s’y sont conformés. Gottlieb hésitait. Il avait passé des années à rassembler cette pharmacopée mortelle et ne voulait pas la détruire. Après avoir rencontré le directeur de la CIA Richard Helms, il a reconnu à contrecœur qu’il n’avait pas le choix.

Un poison extrêmement puissant pour les mollusques, connu sous le nom de saxitoxine, a cependant échappé à la destruction. Deux bidons contenant près de 11 grammes de saxitoxine – assez pour tuer 55 000 personnes – se trouvaient dans le dépôt de Gottlieb à Fort Detrick. Avant que les techniciens de l’armée ne puissent les retirer, deux officiers de la Division des Opérations Spéciales les ont mis dans le coffre d’une voiture et les ont conduits au Bureau de Médecine et de Chirurgie de la Marine à Washington, où la CIA entretenait un petit entrepôt de produits chimiques. Un des assistants de Gottlieb a témoigné plus tard qu’il avait ordonné cette opération sans en informer son patron. Au moment où la saxitoxine a été découverte et détruite en 1975, Gottlieb avait pris sa retraite.

Gottlieb était l’Américain inconnu le plus puissant du 20e siècle – à moins que quelqu’un d’autre n’ait mené des expériences brutales sur trois continents et n’ait obtenu un permis de tuer délivré par le gouvernement américain. Detrick, sa base indispensable, contient encore des histoires inédites sur la cruauté qui a commencé là – à seulement 80 km du centre du gouvernement qui les a maintenues scellées pendant des décennies.

source : https://www.politico.com

 

Categories
General

Des armes à énergie dirigée invisibles utilisées sur des civils dans le monde entier

Un article trouvé par hasard, parce qu’il renvoi sur un document que j’ai mis en lien en 2014 dont voici la traduction.

 

Il s’agit d’une offre de contrat pour la recherche dirigée sur les effets biologiques de l’énergie à effectuer sur les humains … cela parle de lui-même … le corps et la vie sont utilisés par le complexe industriel militaire à des fins lucratives tandis que ces victimes innocentes sont empêchées de gagner un revenu et sabotées de toutes les manières possibles … dans cette proposition, ils parlent de la «prédiction de la dégradation de la santé» alors qu’ils parlent également de la protection du sujet humain…

Il s’agit d’agression avec une arme mortelle … il s’agit de frapper des citoyens innocents avec des armes militaires sophistiquées … cette information est facilement disponible en ligne …

Je voudrais parler à ces entrepreneurs qui font de l’argent avec la misère humaine…

« TITRE: Recherche dirigée sur les bioeffets énergétiques (DEBR)

LE NIVEAU DE CLASSIFICATION DE SÉCURITÉ EST: Top Secret / SCI / SAP / SAR

1. Contexte, portée, buts, objectifs et besoins.

une. Contexte.

Le contrat Directed Energy Bioeffects Research (DEBR) soutient l’US Air Force, l’un des plus grands développeurs et utilisateurs d’appareils émettant des radiofréquences (RF) et des micro-ondes haute puissance (HPM) dans le monde, qui a été à la pointe de la recherche sur les effets biologiques des rayonnements RF / HPM depuis plus de 30 ans. L’utilisation de l’énergie dirigée (DE) s’étend aux applications militaires et commerciales. Alors que les clients ciblés pour cet effort sont principalement concernés par l’utilisation et l’application des technologies de rayonnement RF / HPM, les services conjoints et d’autres comme le Department of Homeland Security ainsi que les clients commerciaux bénéficieront probablement des recherches menées et des découvertes faites dans le cadre de ce programme.

Cet effort comprend la réalisation de recherches pour identifier les avantages, les risques et les capacités pour une large gamme de systèmes de rayonnement RF / HPM militaires. Cela comprend la prévision et l’atténuation des bio-effets du DE sur les performances du personnel et de la mission et l’exploitation des bio-effets du DE pour les applications DEW.
Mener des études protéomiques, génomiques et métabolomiques qui identifient les changements biochimiques ou moléculaires critiques après l’exposition au DE avant ou pendant les opérations de mission qui aident à prédire la dégradation de la santé.

Utilisation humaine.
L’entrepreneur utilisera des sujets humains dans les études de recherche dans le cadre de cet effort. « 

https://dictacrature.noblogs.org/fil…c-IDIQ-SOO.pdf

http://library.constantcontact.com/d…-2013-0002.pdf

Voyons maintenant certains des militants qui luttent contre cette atrocité…

David Voigts est un ancien officier de marine et diplômé de la US Naval Academy. Tout en travaillant sur la guerre électronique pour la Marine, il a pris connaissance des tests d’armes dirigées à l’énergie qui étaient effectués sur des civils innocents. Il parcourt l’Amérique pour faire connaître cette injustice. C’est un vrai héros américain.

Cette histoire a maintenant été publiée dans dix publications dont Bloomberg News…

http://www.bloomberg.com/research/markets/news/article.asp?docKey=600-201605250331M2______EUPR_____0c08000004d7d78a_3600-1

Si vous souhaitez soutenir cet effort, vous pouvez le faire ici:

https://www.gofundme.com/ti-in-america

Karen Stewart est une dénonciatrice de la NSA qui est maintenant harcelée par l’électronique. Vous pouvez lire son histoire ici…

http://www.washingtonsblog.com/2016/04/nsa-whistleblower-karen-stewart-speaks-candidly-illegal-criminal-nsa-fbi-programs-organized-stalking-electronic-harassment-usa-abroad.html

Elle recueille maintenant les noms des victimes pour une campagne de lettres à tous les fonctionnaires du pays… de nombreuses victimes ont déjà signé…

NSA Whistleblower, Karen Stewart: Synopsis of the Silent Holocaust Taking Place in the United States

Cet activisme ne s’arrêtera pas avant la fin de ces attaques contre des civils innocents.

Categories
General

Why Me?

Je suis tombé sur ce morceau pas hasard.

This song is dedicated to everyone who has been and is being bullied. Your not alone / Cette chanson est dédiée à tous ceux qui ont été et sont victimes d’intimidation. Tu n’es pas seul.

https://youtu.be/lffa69QdVTU

I can’t do this anymore if you keep on hurting me
I can see the end and what its going to do to me
You push me down on my knees and keep me asking why its me
And I don’t know why and what I did

And I don’t want to be here screaming
what do you want from me
I don’t want it, I can’t take it so please just leave me be
Let me go, Don’t hurt me please
Don’t beat me to my knees
I can’t hold onto me
I just don’t want to be me

I’m alone and I know I can’t stand up and face you down
All I want is this to stop so I will take my way out
I’m going where you can’t hurt me and where I know that its safe
You can’t hurt me if I’m gone

And I don’t want to be here screaming
what do you want from me
I don’t want it, I can’t take it so please just leave me be
Let me go, Don’t hurt me please
Don’t beat me to my knees
I can’t hold onto me
I just don’t want to be