WikiLeaks‏ : Sonic “Attacks” on US Diplomats in Cuba

 

 

https://archive.fo/dTXsj#selection-6139.0-6139.66

 

Reports of “health attacks” in Cuba which left several American and Canadian diplomats with health problems and hearing loss has led to wide and dramatic speculation.  Several stories have hyped possible “acoustic attacks” that may be related to weapons used by police for riot control, or even weapons developed by the U.S. Navy.  The Associated Press reported that “after months of investigation, U.S. officials concluded that the diplomats had been attacked with an advanced sonic weapon that operated outside the range of audible sound and had been deployed either inside or outside their residences…”  Florida Senator Marco Rubio issued a statement condemning what he concluded was a blatant and intentional attack.  According to Rubio, the Cuban government has been harassing U.S. personnel for decades and, “this has not stopped with President Obama’s appeasement.  Personal harm to U.S. officials shows the extent the Castro regime will go and clearly violates international norms.”  Scary indeed.
There has been no shortage of theories as to the reasons for the attacks, some speculating that it was payback against specific individuals, a possible operation by third parties (the Russians?) to drive a wedge between the U.S. and Cuba, or a means by Cuba to send some sort of message to Washington.
If so, the message is mighty garbled.  No report has provided anything definitive as to what happened, and how.  To date, the State Department has remained relatively mum, only commenting that the administration has an “active investigation” to determine the source of the health problems, many of which resemble concussions.  The affected U.S. diplomats have returned home from Havana. In May, the State Department asked two Cuban diplomats to leave Washington though did not publicly announce this expulsion at the time and has since specifically declined to call it an act of reciprocity.
While I have not served in Cuba, my experience in a number of similar hostile, high counterintelligence threat countries suggests that this is more likely a surveillance effort gone wrong, than the use of an offensive sonic weapon.  We have very little experience anywhere in the world with directed attacks designed to physically harm to our diplomats.  However, the use of intrusive technical collection and surveillance which sometimes causes harm in its own right, is consistent with past practice in Cuba and elsewhere.
Why don’t I believe this was an attack intended to harm diplomats?
First, I don’t think the timing or diplomatic atmosphere accords with such hostile action by the Cuban government.  U.S. and Canadian diplomats reported their symptoms in the fall of 2016.  At that time, the Obama Administration had relaxed diplomatic relations with Cuba, and Obama was the first U.S. President to visit the island only months before.  During the early to mid-fall, most observers assumed that Hillary Clinton would win the Presidential election and continue the warming of relations with Cuba.  If the operations began shortly after the US presidential elections, it would have been irrational for Cuba to start out relations with the incoming administration in this manner.  Further, I suspect if the Trump Administration believed Cuba sought to purposely harm U.S. diplomats, they would have reacted in a more aggressive and public manner.  Indeed, the Cubans who were asked to leave the U.S. were not kicked out “persona non grata” as is usually the case when countries have on-the-ground diplomatic or espionage disagreements.  Conspicuously, the two Cuban diplomats were not prohibited from ever returning to the U.S., and the door was left for them to return depending on the outcome of the FBI/State investigation.
Finally, and more significantly, we have seen too many similar technical “attacks” around the world which caused unintended harm. These efforts, while designed to further surveillance and eavesdropping and not to cause malicious damage, nevertheless risked or resulted in residual physical harm to U.S. diplomats.
During my time overseas, I have had personal experience with several of these “attacks.”  In the 1980s and 1990s, the Soviet and then Russian intelligence services deployed doses of nitrophenyl pentaden (NPPD) against American diplomats whom they suspected of managing espionage operations against Russian interests.  This so-called “spy dust” was an invisible electromagnetic powder with a customized chemical identifier.  It was smeared onto door handles, furniture and cars of suspected American spy handlers.  It was a tagging agent used by Russian security elements to covertly monitor their own community by revealing unreported (and potentially espionage related) contacts between Russian and American officials.  It was somewhat ingenious. After deploying the invisible material on a suspected U.S. intelligence officer, Russian counter-intelligence would snoop after-hours through the offices of Russian government employees looking for traces of the material.  Discovery of the powder in the office of someone who had not reported contact with the American provided significant proof of suspicious activity.
What was not ingenious, however, were the threats to human health. There were concerns at the time that the material was carcinogenic and could be harmful to American diplomats.  Following studies, the United States determined there was no specific evidence of a threat to the U.S. diplomatic community since it was only used against a handful of people.  As someone who was “dusted,” that explanation didn’t really make me feel much better.  However, the substance was at least a step up from earlier Russian tracking devices like radioactive nails hammered into the tires of U.S. diplomatic vehicles, allowing Russian surveillance vehicles to hang back unseen and follow along by using special equipment to track targets’ tire residue.
The Russian security services were also known to flood the U.S. embassy in Moscow with electromagnetic radiation.  They would beam concentrated microwaves and electronic pulses at the Embassy in an attempt to eavesdrop on U.S. typewriters and conversations.  In the 1970s, a U.S. Ambassador contracted and died of a blood disease that many assumed to be a result of the attacks.  The State Department detected high levels of radiation in the embassy staff, and provided hazard pay to personnel who worked in Moscow.  A variety of electronic attacks continued over the years to include mobile Russian vans that acted as a giant x-ray that could be directed at diplomats all over town.  In a similar fashion, high frequency devices can be used to pulse other devices, perhaps turning on or off collection devices in homes or offices.
Similarly, the Russian security services undertook a massive effort to bug the new embassy building in Moscow with all sorts of technical gear, some of which could potentially affect the health of Americans.  Indeed, the new embassy construction was even abandoned in 1985 due to the sheer volume and sophistication of electronic eavesdropping equipment that was found throughout the walls, concrete floors and underground.  A second attempt to improve the security of the building also faltered when the United States found an equally aggressive and sophisticated attack, which included building listening devices directly into the steel beams holding the building upright.  Even the sidewalks and streets throughout the neighborhood were embedded with electronic collection gear which was designed to turn the embassy building into a giant antenna.  The United States lost hundreds of millions of dollars trying to fix the problems, and eventually tore off the top several floors of the Embassy and rebuilt it with specially imported materials put together by American-only labor – an effort the U.S. called the “Top Hat” solution.  The decades-long process displayed the remarkable expertise of the Russians in the use of technical sensors and surveillance gear.  Russian technology was consistently underestimated by the U.S.  and often our best scientists had difficulty understanding what the Russians were up to.
On the U.S. side, the FBI has also deployed sophisticated tracking efforts to monitor foreign spies.  During the waning days of the Cold War, the FBI deployed sophisticated monitoring gear on bridges and highways around Washington to track Russian spies.
The arrest of FBI Special Agent Robert Hanssen also uncovered an elaborate effort by the FBI and NSA to tunnel under the Russian embassy in Washington and place surveillance gear, bugs, and receivers in an effort to attack the embassy’s telecommunication gear.  The U.S. team employed cutting edge technology including directing laser beams through the steel support columns to pick up electronic emanations, and aiming energy beams at the embassy windows to “read” the vibrations in the glass and pick up conversation.  A less high-tech component of the attack reportedly included using a dwarf to scale inside the embassy wall and emplace listening devices.
Given this historical practice, I suspect what happened in Havana was unfortunate but probably a collection/counterintelligence attack gone wrong rather than a directed attack intended to hurt diplomats. As Senator Rubio correctly pointed out, the Cuban government has long harassed U.S. representatives, and engaged in intrusive tracking of our representatives in Havana. However, we have never seen them try to do serious harm to our diplomats perhaps for fear that we could do the same).  Deployment of a weapon across these different times and locations by a third party is possible but highly unlikely without the direct assistance of the Cuban government.  If Cuba or another country was hoping to use a dangerous and sophisticated attack to achieve some goal or send a message, it doesn’t sound like the message was received either. Usually the simplest explanation is the most likely.  Either way, the Cuban government has an obligation under existing treaties to protect foreign diplomats, and harmful effects, whether they result from surveillance or not, should be condemned.
There is also another lesson here. Our diplomats overseas often work in difficult places, sometimes facing harassment, surveillance and other challenges.  That is why President Donald Trump’s thoughtless comments about our diplomats (and by extension their families) in Moscow go over so poorly with our public servants around the world.  Despite the obvious hardships of being away from the United States in difficult environments, there are often hidden or untold challenges which potentially include being monitored day and night and serious health risks from invisible corners.
The story emerging out of Cuba is simply not as bizarre as it might seem at first blush. It is unfortunately all too familiar to those who serve our country in hostile and risky environments.
Photo Credit: Marcos Radicella/Getty Images
[Editor’s note: This essay was originally published at 6:20AM on Aug. 21, 2017 without modification since.]

 

Pont-Saint-Esprit (1951) : un village empoisonné par la CIA

Pas facile d’être crédible avec les symptômes d’une pathologie psychologique induite.( principe de déniabilité- facile de nier)

Mais ceci est un début pour attirer l’attention sur le fait que les pires atrocités sont commises sur les populations. Pas qu’ aux USA, le phénomène TI est mondial.

Cette vidéo ahurissante prouve encore une fois le complot de manière aveuglante. Après avoir vu ce documentaire tout ce qu’il y a de plus officiel, diffusé sur France 3 cette semaine, produit en 2015, vous apprendrez que : les USA (CIA et armée) ont tué leurs concitoyens en les utilisant comme cobayes. Ils les ont irradiés, hypnotisés et drogués pour les transformer en tueurs professionnels, ils parlent du projet MK-Ultra, de l’épandage de LSD et autres drogues dans le ciel, de la libération de virus dans le métro… et bien d’autres horreurs inavouables qui sont pourtant déclassifiées et que l’on trouve dans les archives officielles US (trépanations, électrochocs monstrueux qui ont rendu folles les victimes,…) !!! L’histoire de Pont-Saint-Esprit n’est rien à côté de ce qu’ils ont fait à leur propre peuple. On imagine qu’ils ont testé des milliers de choses du même acabit sur les peuples des pays qu’ils ont bombardés et colonisés depuis un siècle.

Pologne : puces implantées, permis délivrés…

Le policier confirme: « Les puces sont bien implantées, les permis sont délivrés par les plus hautes autorités et nous ne pouvons rien faire pour arrêter cela »

SOURCE http://peacepink.ning.com/group/francophone/forum/topics/le-policier-confirme-les-puces-sont-bien-implant-es-les-permis

Je recopie ici parce que le 1er § résume bien de quoi il s’agit et ce que les TI vivent.

Traduction de l’article se trouvant en dessous de la video sur le site de STOPZET

http://stopzet.org/2017/03/11/policjant-czipy-sa-wlaczone-zezwoleni…

Le policier confirme: « Les puces sont bien implantées, les permis sont délivrés par les plus hautes autorités et nous ne pouvons rien faire pour arrêter cela »

La conversation entre Mme Agata et l’agent de police en service montre que de telles activités sont susceptibles d’avoir lieu avec la permission et l’aval des plus hautes autorités de l’État. Surveillant les pensées de citoyens sans leur consentement, les torturant et les harcelant à distance, parlant dans la tête des victimes au moyen de voix hypnotiques, etc…, c’est-à-dire par l’induction artificielle des symptômes de la schizophrénie paranoïaque. Le pire de tout, c’est que les personnes en bonne santé soumis à ces tortures 24h/7j/365jours sont le plus souvent diagnostiquées et traitées psychiatriquement, détruisant leur vie, leur santé, leur famille. Mais ce qui est le plus irritant, c’est que le ministre Macierewicz ne soit pas au courant au sujet de telles actions, résumant: « Il y a des centaines de victimes et je vous assure qu’il n’y a pas d’autorisations de la sorte et qu’il n’est pas nécessaire d’enquêter sur ce sujet. Une telle déclaration sans enquête, sans preuve, sans entrevues avec les victimes, est incroyable et nous espérons que nos lecteurs nous soutiendront dans à ce sjuet. »

+ La traduction du Premier Ministre Polonais Macierewicz durant son allocution télévisée en Mars 2016.
https://www.youtube.com/watch?v=YgVs4-m0lNY

Au mois de Mars 2016, sur l’une des principales chaînes de TV polonaises, le Ministre de la Défense Nationale s’exprimait à propos de dangers autres que ceux de l’U.E.
A la question : « Est-ce que la Pologne a une stratégie concernant les expérimentations illégales, c’-à-d les tests d’armes électromagnétiques sur des citoyens polonais? »
Monsieur le Ministre répondit : « En ce moment, nous faisons une analyse pour identifier où les personnes qui se plaignent d’une telle affection sont localisées. Dans six mois, je pense être capable de vous en dire plus en ce qui concerne ces questions. Mais d’après les informations limitées dont je dispose, les régions du Sud-ouest (Basse Silésie) et du Nord-Ouest de la Pologne sont les régions d’où nous sont parvenus le plus de plaintes.»
Le commentateur de la chaîne : « Le Ministre de la Défense n’a pas précisé quelle commission préparera le rapport sur l’usage expérimental d’armes électromagnétique contre des citoyens polonais. »

+ La traduction de l’interview télévisée qui a été depuis supprimée sur Youtube de l’ex-vice Premier Ministre Luwik Dorn
https://youtu.be/luQ74XEAcek vidéo supprimée par Youtube.

L’ancien vice-Premier ministre de la Pologne avait reçu de nombreuses plaintes des citoyens concernant le harcèlement électromagnétique.

Dans une interview à la télévision polonaise, l’ancien vice-Premier ministre de Pologne, Luwik Dorn, a mentionné que les gens le contactaient en masse, lui et son assistant, d’abord en tant que membre du Comité de Défense des Travailleurs (KOR), d’une société civile de Pologne , puis en tant que vice-Premier Ministre pour leur dire qu’ils étaient persécutés et délibérément irradiés. Il ajoute: «C’est le cas. Et le ministre de la Défense l’a pris au sérieux. (il ne voulait plus commenter).

Scientists control mouse brain by remote control

Article de Reuters Jul 24, 2015

http://www.reuters.com/article/us-usa-wireless-mouse-brain-idUSKCN0PY24920150724?feedType=RSS&feedName=scienceNews

 

Scientists have successfully altered the neural networks of laboratory mice using a wireless controller; allowing them to study the effects of neural stimulation without invasive procedures and without test subjects tethered by wires.

The tiny implant, smaller than the width of a human hair, let the scientists determine the path a mouse walks using a remote control to inject drugs and shine lights on neurons inside the brain.

Neuroscientists have until now been limited to injecting drugs through larger tubes and delivering photostimulation through fiber-optic cables, both of which require surgery that can damage the brain and restrict an animal’s natural movements.

The optofluidic implant developed by the team from Washington University School of Medicine and the University of Illinois was found to damage and displace much less brain tissue than the metal tubes, or cannulas, scientists typically use to inject drugs.

The device is mounted to the head of the mouse and is powered by a small battery, removing the need for it to be wired, and contains tiny reservoirs filled with the drugs to be administered during tests.

In one such experiment, mice were made to walk in circles after a drug that mimics morphine was injected into the region of the mouse’s brain that controls motivation and addiction.

In other tests the scientists used a technique known as optogenetics, where mice have been modified so that their neurons are lights sensitive, to stimulate the mice’s brain cells with miniature LEDs. The test subjects were made to stay on one side of a cage by remotely making the implant shine pulses of light on the specific cells. The mice were about three feet away from the remote antenna during the experiments.

The research, published recently in scientific journal Cell, could lead to the development of more minimally invasive probes to treat neurological disorders including stress, depression, addiction, and pain.

Les cobayes de la CIA – MK-Ultra sur rtbf.be (Janvier 2017)

Docu de la RTBF :

Quand les puissants décident de prélever des individus dans le troupeau… Continuez de rire jusqu’à ce que ça tombe sur vous ! Ajoutez à cela (Tous les sous programmes MK) la pédo et les attentats sous faux drapeaux…

Zandvoort (Karl Zéro) https://youtu.be/0lRLztD1SEs

Le réseau Gladio (docu Arte) https://youtu.be/nz5Kf0kNauw

Puisqu’on vous dit que ce sont des humanistes bienveillants, faites votre devoir, allez voter ! N’oubliez pas, en glissant votre bulletin dans l’urne, que votre candidat n’hésitera pas, et tant pis si ça tombe sur vous, vos parents ou encore vos enfants. Surtout ne demandez jamais qu’ils rendent des comptes, et continuez à vous moquer des Targeted Individual avec leurs chapeaux en alu, c’est tellement drôle des gens, sans défenses, torturés à distance par le biais d’ armes invisibles !

L’idiot utile, complice des nazis, qui prend la pause…

Soyez conscients qu’une grosse partie des atrocités de ce qui est décrit dans le docu de la RTBF est réalisable à distance, j’ y ai reconnu un certain nombre de techniques décrites qui me sont infligées depuis 26 ans que je suis ciblé. Techniques dont je parle en partie (parce que décrire cette merde c’est pas facile…) dans la section « à propos » du blog.

Comment faire que cela cesse? Allez vous présenter au comico du quartier, pour raconter à Pinot que vous êtes la cible d’armes invisibles, de voix pulsées à distance etc… Principe de déniabilité ! Imparable, ce qu’on ne voit pas, n’existe pas, vous êtes schiso, au mieux on n’enregistrera pas votre plainte. Au pire je vous laisse imaginer…

Ces laboratoires secrets qui mènent leurs expériences sur des humains

Des laboratoires top-secrets mènent depuis des années leurs expériences sur des cobayes humains. Une pratique aussi confidentielle qu’effrayante. Découvrez une séléction des expériences les plus choquants.

Quand la CIA efface la mémoire

La CIA américaine a mené plusieurs projets pour effacer l’identité: Bluebird (ou Artichoke, 1951-1953) et МК ULTRA (MKSEARCH, année 1950-1960). Les principaux cobayes étaient des patients inertes des cliniques neurologiques, dont la plupart ignoraient tout des expériences menées sur eux. Bluebird avait pour but de créer un sérum de vérité infaillible. En utilisant des substances psychotropes et les électrochocs, les chercheurs provoquaient chez les sujets une amnésie artificielle, leur inculquaient de faux souvenirs et « multipliaient » leur identité.

Le projet MK ULTRA était incomparablement plus coûteux et global. Il étudiait toute la diversité des moyens d’impacter la raison (y compris des enfants): de la biologie à la radiologie. Par exemple, dans le cadre d’un des 149 sous-projets, plus de 1 500 soldats américains recevaient avec leur nourriture des produits psychotropes pour évaluer leur opérationnalité « sous l’emprise des substances ». L’information obtenue dans le cadre de MK ULTRA est utilisée aujourd’hui dans le travail des renseignements, même si en 1972 le projet a été fermé après un scandale et qu’une partie de sa documentation a disparu.

 

Pour une poignée de shekels 

L’armée israélienne a également mené des expériences sur ses soldats: on a appris en 2007 qu’entre 1998 et 2006, dans le cadre des projets secrets Omer-1 et Omer-2, des médecins militaires israéliens cherchaient un vaccin « contre une arme bactériologique similaire à l’anthrax ». Les 716 soldats participant aux expériences n’ont pas été informés des risques, des éventuelles conséquences et il leur était interdit d’évoquer les détails des recherches avec leurs proches.

En 2007, un groupe d’anciens sujets souffrant des conséquences de cette expérience – tumeurs, ulcères, bronchite, épilepsie – s’est adressé au ministère de la Défense pour se plaindre de leur mauvais état de santé. Ils ont été soutenus par le syndicat des médecins et l’organisation Médecins pour les droits de l’homme qui sont allés jusqu’à la Cour suprême pour exiger une enquête. Mais ils ont obtenu l’effet inverse: le tribunal n’a pas seulement décliné la requête mais il a interdit de publier une partie des informations sur l’expérience.

L’armée hésitait entre réagir en disant que rien ne s’était produit et mettre en avant que les soldats avaient accepté eux-mêmes. Il a été déclaré à la presse que les participants aux projets Omer étaient uniquement des volontaires qui savaient dans quoi ils s’engageaient et pouvaient quitter la partie à tout moment. Il a été suggéré aux victimes de s’adresser aux établissements médicaux où leur guérison promettait d’être longue, car les victimes ne disposaient pas de la moindre information sur les effets subis.

Le principal concepteur de l’expérience, le docteur Avigdor Sheferman (ancien directeur de l’Institut israélien de biologie), est parti ensuite au Canada pour mener des recherches identiques dans une compagnie médicale. Les résultats des projets Omer ont été remis à l’armée américaine pour plusieurs centaines de milliers de shekels.

 

Une véritable ségrégation médicale

Les États-Unis sont leaders de ce genre d’expériences. C’est dans ce pays qu’entre 1932 et 1972 se déroulait une expérience qu’on pourrait considérer à la fois comme un symbole de ségrégation raciale et de barbarie médicale. A Tuskegee, Alabama, le groupe médical sous la direction du docteur Clark Taliaferro avait pour objectif d’étudier tous les stades de la syphilis.

L’étude consistait à suivre un groupe de Noirs déjà contaminés. Pourquoi? Car à cette époque ils étaient encore considérés comme moins instruits et plus influençables. La plupart ignoraient leur maladie – c’était une condition de l’expérience. Toutes les manipulations étaient présentées comme des « soins du mauvais sang ». 76 des 399 participants sont restés en vie à l’issue de l’expérience. 128 personnes sont décédées de la syphilis et de ses complications. 40 hommes ont infecté leur femme et 19 enfants sont nés avec la syphilis.

En 1946 l’expérience a été élargie: une partie des médecins a été envoyée au Guatemala où pendant deux ans ils infectaient sciemment des soldats, des prostituées, des prisonniers, des mendiants ou des malades mentaux – jusqu’à 5 000 personnes au total.

C’est seulement en 1972 après la tribune d’un médecin dans le Washington Star qu’une commission spéciale s’est penchée sur les recherches à Tuskegee pour reconnaître leur illégitimité. Le gouvernement américain a alloué 9 millions de dollars pour aider les survivants, et 25 ans plus tard leurs proches ont entendu les excuses du président Bill Clinton. La trace latino-américaine n’a été découverte qu’en 2010 grâce à la publication des notes du docteur Cutler – l’un de ceux qui travaillaient pour ce programme au Guatemala. 750 victimes guatémaltèques ont porté plainte contre l’université Jones Hopkins, et Barack Obama a présenté ses excuses au peuple du Guatemala en la personne du président Alvaro Colom.

Des épidémies artificielles introduites dans le métro

Les chercheurs américains ne ménageaient pas vraiment leur grande nation. Des chimistes testaient sur les recrues l’effet toxique de l’ypérite (pour améliorer les masques à gaz), ou encore pulvérisaient des composants toxiques sur plusieurs villes canadiennes et américaines. Dans les années 1950, des épidémies artificielles ont été provoquées en Floride et en Géorgie. A la fin des années 1960, on a testé dans le métro de New York et de Chicago la vulnérabilité des passagers aux attaques biochimiques cachées en envoyant sous terre la bactérie Bacillus subtilis. En 1963-1969, le Pentagone a lancé sans avertissement sur les navires de sa marine plusieurs types d’armes chimiques et bactériologiques.

Les analystes de la radiation soignaient à différentes époques les adénoïdes avec des barres de radium et le cancer de l’estomac (les diagnostics étaient faux) avec des injections de plutonium, nourrissaient des futures mères avec des sels de fer radioactif sous la forme d’une boisson de vitamines, faisaient exploser des bombes atomiques dans le Nevada et sur les îles Marshall, testaient l’iode radioactif sur les femmes enceintes et en nourrissaient les nouveau-nés.

 

Des orphelins-cobayes

Les enfants ont toujours été les sujets les plus convoités par les chercheurs. « L’étude de l’effet des jugements de valeur sur la fluidité verbale des enfants » réalisée en 1939 à l’université de l’Iowa, connue comme « Monster study », est une expérience horrible même si elle n’a pas provoqué de nombreuses morts ni d’invalidités et impliquait seulement une influence verbale.

Le psychologue Wendell Johnson et son aspirante Mary Tudor ont sélectionné dans un orphelinat 22 enfants de différents âges, et dans les cinq mois qui ont suivi Tudor rendait régulièrement visite à chacun d’entre eux pour une conversation de 45 minutes. Certains appréciaient ces échanges car Mary les félicitait pour leur capacité de lecture et leur élocution. Mais d’autres enfants, après quelques visites, ont commencé à éprouver des problèmes d’élocution, de comportement et de réussite à l’école parce que Tudor se moquait d’eux et leur reprochait de faire des fautes verbales.

Il faut dire que Johnson était guidé par un intérêt tout à fait scientifique: les véritables causes du bégaiement n’ont toujours pas été établies. Il supposait qu’il était possible de provoquer un bégaiement même en l’absence de prédispositions physiologiques.

Les successeurs de Johnson et de Tudor jugent que les travaux de ces derniers sont les plus exhaustifs sur le bégaiement, y compris les premières informations qu’ils ont pu recueillir sur le rôle des sentiments et des pensées du bégayant. Par contre, les enfants traumatisés ont vécu avec leurs complexes toute leur vie.

A l’issue de l’expérience, Mary Tudor est revenue plusieurs fois à l’orphelinat pour se repentir, espérant redonner aux enfants leur estime de soi. L’université, pour sa part, a tenu secrètes ces recherches jusqu’en 2001, date à laquelle la presse en a pris connaissance: l’établissement a alors présenté des excuses officielles aux victimes. En 2003, six d’entre elles ont saisi le parquet de l’État pour exiger de les indemniser pour préjudice moral. Quatre ans plus tard, ils ont obtenu 925 000 dollars pour tous les plaignants.

 

Une expérimentation pour éradiquer l’homosexualité dans un pays

Les victimes des expériences homophobes d’Aubrey Levin pourront difficilement compter sur une indemnité ou même une enquête officielle. Entre 1970 et 1989, l’armée sud-africaine faisait l’objet d’un « nettoyage » des recrues homosexuels. Les données officielles parlent de milliers de victimes mais nul ne connaît le chiffre réel. L’information sur ce programme a été révélée en 1995 dans le journal sud-africain Daily Mail and Guardian. Dans une interview le responsable du projet, ex-psychiatre en chef d’un hôpital militaire Aubrey Levin, affirmait: « Nous ne considérions pas les gens comme des cobayes. Nous avions seulement des patients qui voulaient guérir et venaient de leur plein gré ». Il disait également pratiquer une « thérapie d’aversion sur les soldats homosexuels, sans pour autant recourir au choc électrique ». Alors que s’est-il passé en Afrique du Sud à cette époque?

Près de 900 opérations de « réorientation sexuelle » ont eu lieu dans des hôpitaux sud-africains dans les années 1970-1980 dans le cadre de programmes pour éradiquer l’homosexualité. Certains patients étaient « soignés » à l’aide de drogues et d’hormones, d’autres ont subi des méthodes radicales – un traitement d’aversion. Dans le cadre de ce dernier on reproduisait une forme « inadmissible » de conduite (par exemple, l’excitation de l’homosexuel avec des images pornographiques) tout en provoquant des sentiments désagréables (par exemple, un électrochoc), avant de montrer une image positive (photo d’une femme nue) sans électrochoc.

La pratique traditionnelle admet le traitement d’aversion uniquement en dernier recours, et même dans ce cas le sentiment désagréable doit être équivalent à la piqûre d’une aiguille, et non faire voler en l’air les chaussures de l’individu, comme ce fut le cas dans les expériences de Levin. La mesure extrême du projet Aversion était la castration ou un changement forcé de sexe, et beaucoup de ceux qui l’ont subi ont choisi le suicide plutôt que de vivre dans un corps étranger. Finalement, la partie « scientifique » du projet fut un fiasco mais les seuls ennuis que ses instigateurs ont connu étaient avec leur propre conscience.

 

La conscience par intraveineuse

Certains ignorent que les exploits des chercheurs soviétiques dans l’élaboration de poisons ont même dépassé le niveau atteint par les expériences des nazis. Le « Cabinet spécial » (Laboratoire 1, Laboratoire X, Cellule), laboratoire toxicologique créé en 1921 par la direction du NKVD dirigé par le professeur Grigori Maïranovski, procédait à la recherche de poisons impossibles à identifier. Les expériences étaient menées sur des détenus condamnés à la peine capitale: 10 personnes pour chaque produit (sans compter les expériences sur les animaux).

L’agonie de ceux qui ne mourraient pas immédiatement était suivie pendant 10-14 jours avant de les achever. Le poison recherché a été finalement trouvé: le carbylamine-choline-chloride ou K-2, qui tuait en 15 minutes et sans traces (les médecins légistes indépendants diagnostiquait un décès pour insuffisance cardiaque). Grigori Maïranovski travaillait également sur le « problème de sincérité » pendant les interrogatoires avec des produits médicaux et élaborait des poisons en poussière qui tuaient quand on les respirait…

Au total, le Laboratoire 1 a fait entre 150 et 300 victimes (des criminels mais également des prisonniers de guerre), parmi lesquelles on peut également compter les médecins de la Cellule: des années plus tard Maïranovski, finalement condamné, écrivait que deux de ses collègues avaient mis fin à leur vie, que deux autres avaient perdu la capacité de travailler et que trois étaient devenus alcooliques.

 

Les testicules de jeunesse éternelle

La création d’un poison idéal sera probablement toujours d’actualité, tout comme la recherche de la pierre philosophale et de la fontaine de jeunesse. Par exemple, le professeur Preobrajenski du Cœur de chien écrit par Mikhaïl Boulgakov, pratiquait une méthode de rajeunissement assez répandue pour les années 1920: son homologue vivant aurait pu être le docteur américain Leo Stanley – à l’exception de leur mentalité. Ce médecin en chef d’une prison de San Quentin (Californie) était un adepte de l’eugénisme et testait différentes méthodes de purification de la race humaine: la chirurgie plastique (car la laideur extérieure provoque la laideur intérieure et inversement), les manipulations des glandes génitales et, pour finir, la stérilisation.

Il a commencé à mener des expériences sur le rajeunissement en 1918 en transplantant aux détenus âgés les testicules de jeunes criminels exécutés. La « matière première » a rapidement commencé à manquer et le docteur s’est alors orienté vers les animaux en utilisant des testicules de boucs, de sangliers et de cerfs. D’après ses rapports, les sujets éprouvaient un « gain de forces et se sentaient mieux » – on ignore s’il s’agissait d’un effet placebo ou d’un véritable rajeunissement mais le docteur promettait la seconde variante.

Un autre but de l’étude était de confirmer l’hypothèse selon laquelle le comportement criminel dépendait des problèmes hormonaux. Pour régler les deux problèmes, il fallait donc stériliser le sujet — 600 détenus ont subi ce traitement jusqu’en 1940. Certains d’entre eux ne voulaient pas avoir d’enfants, d’autres voulaient rajeunir: le docteur Stanley présentait la stérilisation comme un moyen permettant de rajeunir et de guérir, il avait promis à certains un régime de détention plus souple. Cependant, son véritable objectif était de pacifier les gènes « criminels » et l’instinct sexuel qui poussait selon lui le criminel à récidiver. Il a poursuivi ses recherches jusqu’en 1951, et compte tenu de sa contribution à la réforme des établissements médicaux cette activité ne paraît pas absolument insensée.

 

L’hôpital du docteur Cotton

Contrairement aux recherches d’Henry Cotton, l’élève d’Alzheimer en personne à 30 ans déjà (à partir de 1907) dirigeait un hôpital psychiatrique à Trenton (New Jersey). Le poste de médecin en chef lui accordait de vastes opportunités pour tester en pratique son hypothèse sur l’origine des troubles psychiques. Il estimait que les gens devenaient fous par infection et que le foyer de cette dernière se trouvait avant tout dans les dents malades — très proches du cerveau. Par conséquent, la première procédure subie par les patients de Cotton était l’arrachage de dents.

Si cela ne fonctionnait pas, on continuait de chercher l’infection au hasard (ou par ablation): dans les amygdales, la vésicule biliaire, l’intestin, l’estomac, les testicules, les ovaires… Même la famille de Cotton n’a pas échappé à cette « chirurgie bactériologique » (nom donné par l’auteur de la méthode): il a arraché les dents de son épouse, de ses deux fils et même les siennes. Ce dernier acte avait été précédé par une dépression nerveuse suite à l’ouverture d’une enquête dans sa clinique par une commission du sénat local.

Malgré les données reflétant une efficacité élevée de sa méthode (85% de guérison) diffusées activement par le docteur dans ses discours et ses articles, ainsi que la forte popularité de l’hôpital de Trenton (même les hommes aisés et les célébrités y envoyaient leurs proches pour une grande somme d’argent), en 1924 le conseil de tutelle a senti que quelque chose ne tournait pas rond et a consulté l’université Jones Hopkins. La docteure Phyllis Greenacre envoyée à l’hôpital pour vérifier les statistiques a découvert que seulement 8% des patients de Cotton guérissaient, 41,9% ne ressentaient aucune amélioration et 43,4% mourraient. Sachant que les 8% n’avaient pas subi de soins et que les 43,4% décédés avaient fait les frais de la pratique de Cotton.

L’enquête de la commission créée par le sénat local avait précisément pour but de découvrir les causes de cet état de fait mais elle a à peine eu le temps d’entamer son travail: des collègues de renommée et même des hommes politiques ont pris la défense de Cotton, qui a tranquillement repris son travail pour prendre sa retraite cinq ans plus tard. Personne n’a voulu poursuivre ses recherches.

 

Les bonnes nouvelles

Au courant de l’été 2014, les utilisateurs anglophones de Facebook ont été surpris d’apprendre que 689 003 d’entre eux avaient joué le rôle de cobayes contre leur gré dans une expérience conjointe des chercheurs américains et du réseau social. Les résultats parus dans le magazine Proceedings of the National Academy of Sciences stipulaient: « Les états émotionnels peuvent être transmis à d’autres individus à travers une infection émotionnelle, après quoi, sans en être conscients, ils peuvent éprouver les mêmes émotions ». Cela signifie que la bonne et la mauvaise humeur sont contagieuses de la même manière que l’absence d’un contact direct n’empêche pas cette infection. L’expérience était simple: un groupe de sujets recevait dans son fil d’actualité des posts positifs, l’autre des messages négatifs. Les utilisateurs ont immédiatement réagi: les « heureux » ont commencé à publier des commentaires optimistes et le groupe attaqué par des posts négatifs a commencé à écrire des choses négatives.

Les militants ont critiqué les méthodes des chercheurs et ont même supposé que pour certains, le contenu négatif avait pu être « la dernière goutte » — mais avec autant de probabilité le contenu positif a aussi pu redonner espoir à quelqu’un. Dans l’ensemble, les deux manipulations peuvent être perçues comme un petit pas vers la sophistication des méthodes pour influencer le public. Par conséquent, il faut remettre en question et analyser tout ce qui tombe dans le champ de votre attention, sans oublier la probabilité qu’à chaque instant vous faites peut-être partie d’une expérience.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201609281027963256-laboratoires-secrets-experiences-humains/

Hackers may soon target your BRAIN

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3756140/Hackers-soon-target-BRAIN-Criminals-control-thoughts-feelings-attacking-implants.html

 

Criminals could control your thoughts and feelings by attacking implants.

  • Oxford University expert says we need to be prepared for ‘brainjacking’
  • Examples of possible attacks include altering stimulation settings so that patients with chronic pain are caused to be in even greater pain
  • A sophisticated attacker could potentially even induce behavioural changes such as hypersexuality or pathological gambling

We live in an interconnected age where wirelessly controlled computing devices make almost every aspect of our lives easier.

But they are also making us vulnerable to cyber-security attacks. 

Today, nearly everything can be hacked, from cars to lightbulbs. But perhaps the most concerning threat is the one posed by brain implants.

Writing for The Conversation, Laurie Pycroft a PhD candidate at the University of Oxford discusses how hackers could someday remotely control humans by taking over these devices. 

Experts have demonstrated the ease with which security on pacemakers and insulin pumps can be breached, potentially resulting in lethal consequences.

In a recent paper that I and several of my colleagues at Oxford Functional Neurosurgery wrote, we discussed a new frontier of security threat: brain implants.

Unauthorised control of brain implants, or ‘brainjacking’, has been discussed in science fiction for decades.

But with advances in implant technology it is now starting to become possible.

The most common type of brain implant is the deep brain stimulation (DBS) system.

It consists of implanted electrodes positioned deep inside the brain connected to wires running under the skin, which carry signals from an implanted stimulator.

The stimulator consists of a battery, a small processor, and a wireless communication antenna that allows doctors to program it.

In essence, it functions much like a cardiac pacemaker, with the main distinction being that it directly interfaces with the brain.

DBS is a fantastic tool for treating a wide range of disorders.

It is most widely used to treat Parkinson’s disease, often with dramatic results (see video below), but it is also used to treat dystonia (muscle spasms), essential tremor and severe chronic pain.

It is also being trialled for conditions such as depression and Tourette’s syndrome.

Targeting different brain regions with different stimulation parameters gives neurosurgeons increasingly precise control over the human brain, allowing them to alleviate distressing symptoms.

However, this precise control of the brain, coupled with the wireless control of stimulators, also opens an opportunity for malicious attackers to go beyond the more straightforward harms that could come with controlling insulin pumps or cardiac implants, into a realm of deeply troubling attacks.

Examples of possible attacks include altering stimulation settings so that patients with chronic pain are caused even greater pain than they would experience without stimulation.

WE COULD ALL SOMEDAY HAVE BRAIN IMPLANTS

Presidential candidate Zoltan Istvan believe that in a few decades, we could all be plugged into an AI ‘matrix’ using brain implants.

‘Eventually, this type of technology will allow us to be connected 24/7 to the internet and on social media,’ he told MailOnline.

‘This is the beginning of the hive mind, where everyone is interconnected to one another.’

The technology works by using the basics of electroencephalogram (EEG), which can read electrical signals produced by the brain.

‘But it will also have technology that can stimulate your brain back, likely through tiny electrical signals it can administer, that allows one to « feel » what the device’s input is,’ said Istvan.

‘If a machine creates this input, then true communication with a machine – or AI -in this case has been created.’

‘It’s rudimentary right now, but in 5 or 10 years, this type of technology could become widespread.’

A sophisticated attacker could potentially even induce behavioural changes such as hypersexuality or pathological gambling, or even exert a limited form of control over the patient’s behaviour by stimulating parts of the brain involved with reward learning in order to reinforce certain actions.

Although these hacks would be difficult to achieve as they would require a high level of technological competence and the ability to monitor the victim, a sufficiently determined attacker could manage it.

There are proposed solutions to making implants more resistant to cyber-attacks, but makers of these devices are in a difficult position when trying to implement security features.

There’s a trade off between designing a system with perfect security and a system that is actually usable in the real world.

Implants are heavily constrained by physical size and battery capacity, making many designs unfeasible.

These devices must be easily accessible to medical staff in an emergency, meaning that some form of ‘back-door’ control is almost a necessity.

New and exciting features, such as being able to control implants using a smartphone or over the internet, have to be balanced against the increased risk that such features can provide.

Brain implants are becoming more common.

As they get approved for treating more diseases, become cheaper, and get more features, increasing numbers of patients will be implanted with them.

This is a good thing overall but, just as a more complex and interconnected internet resulted in greater cyber-security risks, more advanced and widespread brain implants will pose tempting targets to criminals.

Consider what a terrorist could do with access to a politician’s mind or how coercive blackmail would be if someone could alter how you act and think.

These are scenarios that are unlikely to remain purely in the realm of science fiction for much longer.

It’s important to note that there’s no evidence to suggest that any of these implants has been subjected to such a cyber-attack in the real world, nor that patients with them currently implanted should be afraid.

Still, this is an issue that device makers, regulators, scientists, engineers and clinicians all need to consider before they become a reality.

The future of neurological implants is bright, but even a single high-profile incident could irreparably damage public confidence in the safety of these devices, so the risk of brainjacking should be taken seriously before it’s too late.

source : http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-3756140/Hackers-soon-target-BRAIN-Criminals-control-thoughts-feelings-attacking-implants.html

LE PROJET ABRAHAM

Je ne sais pas trop quoi en penser, surtout concernant les sources, c’est très vague. Mais ça approche le phénomène TI. Puis il y a un article du new scientist donné en fin d’article très intéressant sur les armes à énergie dirigé.  Je pose ça là, pour y revenir plus tard…

 

Les services secrets américains liés à la CIA et leurs équivalents français, ont un département spécial tenu secret appelé originalement « ABRAHAM PROJECT » chargé des assassinats politiques ou de personnes « qui dérangent » par des malades mentaux téléguidés pour accomplir ces crimes.

Le processus est simple: des malades mentaux, principalement des schizophrènes, sont répertoriés, qui vivent généralement seuls. Ensuite des systèmes audio sont installés en secret et en leur absence chez ces malades qui vont soit pendant leur sommeil, soit quand ils sont éveillés leur permettre « d’entendre des voix » se prétendant être « dieu » et qui leur demandent de tuer quelqu’un et qu’ensuite leur maladie sera terminée. Le propre des schizophrènes étant justement d’entendre des voix, on est bien évidemment la sur un terrain propice. Les malades mélangent leurs réels symptômes avec lesquels ils ont l’habitude de vivre et qu’ils traitent plus ou moins bien par de lourdes médications, avec ces messages qui sont eux bien réels et qui leur sont envoyés par les services secrets.

Ensuite lorsque le conditionnement est jugé suffisant, il est nécessaire de pousser le malade a passer a l’acte par un évènement physique. Car les pauvres schizophrènes sont habitués a négliger les voix qu’ils entendent et a les mettre sur le compte de leur maladie. A ce moment la un agent des services secrets les rencontre physiquement, en leur rappelant les messages qu’ils entendent chez eux et en leur disant que ce n’est pas leur maladie mais bien un message de « Dieu »… et qu’eux même sont les envoyés de ce même « dieu » qui leur confie une mission. Les agents sont déguisés pour renforcer l’impact avec par exemple des lentilles de contact fluorescentes, des perruques blanches, ou des pierres lumineuses semblant incrustées dans leur peau, tout cela pour que le malade soit fortement impressionné et pense réellement avoir a faire a un envoyé céleste. Il leur parle même de leur famille et leur révèle des choses que seul un proche de leurs parents a pu connaître, chose facile pour les services secrets qui on collecté ces informations pendant des mois voire des années. Ils leurs remettent enfin une arme provenant des stocks d’armes saisies dans les affaires de drogue ou de banditismes, et leur disent que la maladie qui les fait tant souffrir va disparaître dés qu’ils auront accompli la mission que « dieu » leur confie, et qu’ils seront acquittés lors du procès qui suivra car étant des malades mentaux reconnus… mais qu’étant guéris par »dieu » pour avoir accompli leur mission, au bout de quelques mois ils seront libres et guéris, sans compter leur récompense ultime qui sera d’être les bienvenus au paradis pour avoir accompli une mission divine et débarrassé la terre d’un agent du diable!

De telles perspectives pour des individus malades et souffrant épouvantablement tous les jours de leur vie, associées a un conditionnement savant, sont pratiquement toujours suivies de succès. Que se passe t il ensuite ? La cible est abattue… la police arrête le criminel… il raconte son histoire: que c’est dieu qui lui a demandé de tuer un agent du diable, qu’il a même rencontré un de ses anges qui lui a remis l’arme etc… et les médias et la police rapporte exactement les propos du tueur télécommandé qui, étant donné son passé psychiatrique sera acquitté et interné pour très longtemps en ne comprenant pas pourquoi la « guérison promise par dieu » qui devait lui permettre de sortir au bout de quelques mois ne se produit pas… et il raconte son histoire, encore et encore aux psychiatres ce qui lui garantit de finir ses jours a l’hôpital comme incurable…

Cet article est donné en source https://www.newscientist.com/article/dn13513-us-army-toyed-with-telepathic-ray-gun/

A recently declassified US Army report on the biological effects of non-lethal weapons reveals outlandish plans for “ray gun” devices, which would cause artificial fevers or beam voices into people’s heads.

The report titled “Bioeffects Of Selected Nonlethal Weapons” was released under the US Freedom of Information Act and is available on this website (pdf). The DoD has confirmed to New Scientist that it released the documents, which detail five different “maturing non-lethal technologies” using microwaves, lasers and sound.

Released by US Army Intelligence and Security Command at Fort Meade, Maryland, US, the 1998 report gives an overview of what was then the state of the art in directed energy weapons for crowd control and other applications.

A word in your ear

Some of the technologies are conceptual, such as an electromagnetic pulse that causes a seizure like those experienced by people with epilepsy. Other ideas, like a microwave gun to “beam” words directly into people’s ears, have been tested. It is claimed that the so-called “Frey Effect” – using close-range microwaves to produce audible sounds in a person’s ears – has been used to project the spoken numbers 1 to 10 across a lab to volunteers’.

In 2004 the US Navy funded research into using the Frey effect to project sound that caused “discomfort” into the ears of crowds.

The report also discusses a microwave weapon able to produce a disabling “artificial fever” by heating a person’s body. While tests of the idea are not mentioned, the report notes that the necessary equipment “is available today”. It adds that while it would take at least fifteen minutes to achieve the desired “fever” effect, it could be used to incapacitate people for almost “any desired period consistent with safety.”

Less exotic technologies discussed include laser dazzlers and a sound source loud enough to disturb the sense of balance. Both have been realised in the years since the report was written. The US army uses laser dazzlers in Iraq, while the Long Range Acoustic Device has military and civilian users, and has been used on one occasion to repel pirates off Somalia.

However, the report does not mention any trials of weapons for producing artificial fever or seizures, or beaming voices into people’s heads.

Potentially torturous

Steve Wright, a security expert at Leeds Metropolitan University, UK, warns that the technologies described could be used for torture. In 1998 the European Parliament passed a motion banning potentially dangerous incapacitating technologies that interfere with the human brain.

“The epileptic seizure inducing device is grossly irresponsible and should never be fielded,” says Steve Wright “We know from similar [chemically] artificially-induced fits that the victim subsequently remains “potentiated” and may spontaneously suffer epileptic fits again after the initial attack.”

The acoustic energy device that affects the ear canals, disrupting the motion sense, may require dangerously loud sound levels to be effective, points out Juergen Altmann, a physicist at Dortmund University, Germany, who is interested in new military technologies.

“[There is] inconsistency between the part that says “interesting” effects occur at 130-155 dB and the Recovery/Safety section that says that 115 dB is to be avoided – without commenting on the difference.”

Weapons Technology – Keep up with the latest innovations in our cutting edge special report.

Focus on America – Delve into the science and technology questions facing the USA in our special report.

Secret CIA Files on MK-ULTRA Public

There are also many thousands of documents released on MK-ULTRA. In the fifties, the CIA secretly experimented on unwitting subjects with the aim of finding a way to brainwash people.

In 1974, the New York Times reported that the CIA between 1953 and 1963, and possibly longer, conducted under the headings Artichoke and MK-ULTRA had experimented on unsuspecting people. The newspaper discovered that the CIA developed brainwashing methods.

The then head of the CIA, Richard Helms, had the scandal already provided in 1973 and then burned all the evidence. A stack of documents, however, was misfiled and was found intact.

MK-ULTRA had branches in more than 150 sub-projects with experiments in more than 80 hospitals and universities. The documents on this secret program can be downloaded here or if you want to view them piece by piece click here. All together is about 90,000 documents.

On crowdfunding site Kickstarter there is launched a project to get the nearly 13 million pages of CIA documents public, that are currently still secret.

Les écrans TV et moniteurs peuvent être utilisés pour manipuler votre système nerveux

US Patent #6,506,148

Nervous system manipulation by electromagnetic fields from monitors

AbstractPhysiological effects have been observed in a human subject in response to stimulation of the skin with weak electromagnetic fields that are pulsed with certain frequencies near 1/2 Hz or 2.4 Hz, such as to excite a sensory resonance. Many computer monitors and TV tubes, when displaying pulsed images, emit pulsed electromagnetic fields of sufficient amplitudes to cause such excitation. It is therefore possible to manipulate the nervous system of a subject by pulsing images displayed on a nearby computer monitor or TV set. For the latter, the image pulsing may be imbedded in the program material, or it may be overlaid by modulating a video stream, either as an RF signal or as a video signal. The image displayed on a computer monitor may be pulsed effectively by a simple computer program. For certain monitors, pulsed electromagnetic fields capable of exciting sensory resonances in nearby subjects may be generated even as the displayed images are pulsed with subliminal intensity.

 

I claim:

1. A method for manipulating the nervous system of a subject located near a monitor, the monitor emitting an electromagnetic field when displaying an image by virtue of the physical display process, the subject having a sensory resonance frequency, the method comprising: creating a video signal for displaying an image on the monitor, the image having an intensity; modulating the video signal for pulsing the image intensity with a frequency in the range 0.1 Hz to 15 Hz; and setting the pulse frequency to the resonance frequency.

2. A computer program for manipulating the nervous system of a subject located near a monitor, the monitor emitting an electromagnetic field when displaying an image by virtue of the physical display process, the subject having cutaneous nerves that fire spontaneously and have spiking patterns, the computer program comprising: a display routine for displaying an image on the monitor, the image having an intensity; a pulse routine for pulsing the image intensity with a frequency in the range 0.1 Hz to 15 Hz; and a frequency routine that can be internally controlled by the subject, for setting the frequency; whereby the emitted electromagnetic field is pulsed, the cutaneous nerves are exposed to the pulsed electromagnetic field, and the spiking patterns of the nerves acquire a frequency modulation.

3. The computer program of claim 2, wherein the pulsing has an amplitude and the program further comprises an amplitude routine for control of the amplitude by the subject.

4. The computer program of claim 2, wherein the pulse routine comprises: a timing procedure for timing the pulsing; and an extrapolation procedure for improving the accuracy of the timing procedure.

5. The computer program of claim 2, further comprising a variability routine for introducing variability in the pulsing.

6. Hardware means for manipulating the nervous system of a subject located near a monitor, the monitor being responsive to a video stream and emitting an electromagnetic field when displaying an image by virtue of the physical display process, the image having an intensity, the subject having cutaneous nerves that fire spontaneously and have spiking patterns, the hardware means comprising: pulse generator for generating voltage pulses; means, responsive to the voltage pulses, for modulating the video stream to pulse the image intensity; whereby the emitted electromagnetic field is pulsed, the cutaneous nerves are exposed to the pulsed electromagnetic field, and the spiking patterns of the nerves acquire a frequency modulation.

7. The hardware means of claim 6, wherein the video stream is a composite video signal that has a pseudo-dc level, and the means for modulating the video stream comprise means for pulsing the pseudo-dc level.

8. The hardware means of claim 6, wherein the video stream is a television broadcast signal, and the means for modulating the video stream comprise means for frequency wobbling of the television broadcast signal.

9. The hardware means of claim 6, wherein the monitor has a brightness adjustment terminal, and the means for modulating the video stream comprise a connection from the pulse generator to the brightness adjustment terminal.

10. A source of video stream for manipulating the nervous system of a subject located near a monitor, the monitor emitting an electromagnetic field when displaying an image by virtue of the physical display process, the subject having cutaneous nerves that fire spontaneously and have spiking patterns, the source of video stream comprising: means for defining an image on the monitor, the image having an intensity; and means for subliminally pulsing the image intensity with a frequency in the range 0.1 Hz to 15 Hz; whereby the emitted electromagnetic field is pulsed, the cutaneous nerves are exposed to the pulsed electromagnetic field, and the spiking patterns of the nerves acquire a frequency modulation.

11. The source of video stream of claim 10 wherein the source is a recording medium that has recorded data, and the means for subliminally pulsing the image intensity comprise an attribute of the recorded data.

12. The source of video stream of claim 10 wherein the source is a computer program, and the means for subliminally pulsing the image intensity comprise a pulse routine.

13. The source of video stream of claim 10 wherein the source is a recording of a physical scene, and the means for subliminally pulsing the image intensity comprise: pulse generator for generating voltage pulses; light source for illuminating the scene, the light source having a power level; and modulation means, responsive to the voltage pulses, for pulsing the power level.

14. The source of video stream of claim 10, wherein the source is a DVD, the video stream comprises a luminance signal and a chrominance signal, and the means for subliminal pulsing of the image intensity comprise means for pulsing the luminance signal.

[…]

Les conclusions : Il est donc évident que le système nerveux humain peut être manipulé par les émissions d’  impulsions d’image subliminales sur les écran de télévision.