Cinq minutes de la peau d’un TI

Je me souviens du temps où, après une journée bien remplie, j’appréciais de me retrouver au calme… Décompresser est le terme . C’est juste ce qui nous permet de nous recharger.

Aujourd’hui ce n’est plus possible. Imaginez que du matin au soir, il n’y ait plus la possibilité de trouver un moment sans bruit. Pas possible de couper la radio ou la TV, que ces engins tournent dans toutes les pièces ou vous vous trouvez, vous accompagnant partout, sans la possibilité de les éteindre. Pas drôle hein ? On ne peut pas vivre ainsi ! Et pourtant vous seriez étonnés, l’humain peut endurer bien pire encore. C’est le quotidien des TI (targeted individual). Encore moins drôle si la TV se payait votre tête, vous harcelait, surveillait le moindre de vos gestes, décidait de quand vous pouvez dormir, quand vous réveiller, comment insuffler le doute sur tout et tous, mais surtout sur vos proches. Juste pour le plaisir, juste pour vous mettre dans un état de fatigue intense, juste pour rire à vos dépends… Juste pour vous détruire à petit feu. Et si tout ça ne passait pas par un appareil acoustique connu et s’adressait directement à votre fort intérieur ? Vous diriez ce que j’aurai dit avant que ça ne me prenne, c’est un schizo, qu’il se fasse soigner. Ou bien encore, qu’il enfile son chapeau en aluminium ! Et pourtant en fouillant un peu vous trouverez des brevets (électromagnétique, micro-ondes, voice to skull…), et des législations peu médiatisées, qui vous mettront le doute, ce n’est pas suffisant pour apporter une preuve irréfutable, mais peut-être qu’à force de témoigner, qui sait ? Aussi, il suffirait d’un scientifique en phase terminale, ne craignant plus rien pour lui ou pour ses proches, morts d’un accident ou disparus, victimes d’un quelconque malheur. Visiblement ça fait beaucoup de conditions à réunir… Cependant, il existe des précédents. Le MKULTRA, ce sont des faits reconnus officiellement par l’administration US. Des faits de tortures et d’expérimentations non consensuelles sur des humains, des ressortissants Américains, notamment en milieu psychiatrique (HP), certaines victimes ont même étés dédommagées, tout en recevant l’assurance bienveillante, par la voix de Bill Clinton (me semble t-il) , le président, que ces choses appartiennent désormais au passé.

« On ira les buter jusque dans les chiottes » disait V. Poutine, au sujet des terroristes. Et bien voilà la vie de TI, pas un moment de tranquillité, jusque dans les chiottes. La douche ? Idem. L’intimité ? Un souvenir ! D’ailleurs me concernant, dans ces deux endroits, la pression y est toujours extrêmement plus forte, certainement parce qu’il est facile d’employer le shaming sur une personne qui défèque. Peut-être aussi pour te tenir à l’écart de la douche, quand tu sais ce que tu va prendre, tu t’en éloigne, progressivement, inconsciemment. Être malpropre participe à la désocialisation, c’est sans doute le but. De toute façon il peut se passer des semaines sans sortir, prisonnier d’une prison sans porte, parce que rendu agoraphobe ou vidé de toute force vitale. Mais quand bien même, on ne croise personne, c’est tomber bien bas que de négliger son hygiène. Ce sentiment que progressivement on se voit déclassé au rang d’animal, tant par le traitement qui nous est réservé que par la puanteur qu’on dégage. Alors certes, je ne sors jamais sans être lavé, mais il ne se passe pas moins des journées où je n’ai plus de force pour rien, même pour le minimum. Me préparer un repas en 24 heures, des fois, c’est le maximum de ce que je peux produire comme effort. Heureusement tous les jours ne sont pas ainsi faits. Il y a la résilience, ça permet de ne pas sombrer totalement. Mais pour combien de temps ?

Sommes nous condamnés à vie ? Il semblerait à l’écoute de certains témoignage. Le canevas est prêt, si l’on en parle, ce sera les petites boules roses… Puisque ce sont les symptômes médicaux décrits dans le DSM, ce sera donc l’asile, ou le RSA si tu la fermes.

Ayez à l’esprit que ce que l’on nous fait vivre s’ apparente à une des méthodes éprouvées par la Stasi, connue sous le non de zersetzung, un joli mot à passer par Google pour les curieux et les amoureux des « belles histoires ». Méthode augmentée d’une technologie inconnue du grand publique et verrouillée par le principe de ‘déniabilité’, offert par les définitions de certaines maladies psy du DSM. Imparable.

Clinatec l’avenir de l’humanité

A lire : 4 Articles qui ressortent avec la recherche de nom « Delgado » http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=recherche&recherche=+delgado

Extrait du pdf Clinatec : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Clinatec.pdf

En réalité, Alim-Louis Benabid n’est pas l’inventeur de cette technique, contrairement à ce que laisse croire son abondant dossier de presse. Le Grenoblois a remis au goût du jour les expériences menées trente ans plus tôt par le physiologiste hispano-américain José Delgado. Puisqu’il ne le fait pas lui-même, rendons hommage au prédécesseur de Benabid.
À l’université de Yale, dès 1950, Delgado teste la « stimulation électrique du cerveau » chez l’animal et l’homme. D’abord avec des électrodes reliées à l’extérieur par des fils électriques, puis avec un appareil de son invention, le « stimoceiver », à la fois stimulateur cérébral et récepteur d’ondes, capable d’envoyer des impulsions au cerveau par commande radio. La plus fameuse prouesse de Delgado est l’arrêt d’un taureau en pleine charge par un signal radio. On sait moins qu’il manipulait couramment le comportement de singes. « Sous l’influence de la stimulation électrique, les animaux se comportent comme des jouets électriques, » écrit la journaliste du New York Times qui visite le labo de Delgado en 1970, décrivant des singes et des chats « télécommandés ». 24 Des expériences qui sont depuis poursuivies, notamment au Downstate Medical Center de New York, où John K. Chapin pilote à distance des roborats équipés d’électrodes cérébrales. 25 Delgado s’amuse aussi avec les humains, se plaisant à raconter le cas d’une patiente jouant tranquillement de la guitare, quand une impulsion de son « stimoceiver » l’enrage au point de briser son instrument contre un mur, ou celui d’une autre patiente, que la stimulation rend amoureuse de son thérapeute – le temps de
la séance -, ou encore celui d’un patient dont le poing se ferme automatiquement, sans possibilité de le rouvrir. « Je crois, docteur, que votre électricité est plus forte que ma volonté », dit-il à son médecin ravi. Delgado assure créer des hallucinations, comme l’audition d’un morceau de musique complet, ou la sensation de déjà-vu. Et de conclure que ses travaux « amènent à la conclusion déplaisante que les mouvements, les émotions, et l’humeur, peuvent être contrôlés par des signaux électriques et que les
humains peuvent être contrôlés comme des robots en appuyant sur des boutons ». Ce qui, en vérité, ne lui déplait pas du tout.
Dès 1970, le physiologiste américain envisage de traiter la maladie de Parkinson par une sorte de « pacemaker cérébral ». Ce que fera Benabid. À la différence de celui-ci, Delgado annonce la couleur : ce stimulateur permettra aussi, selon lui, de traiter l’anxiété, la peur, les obsessions, les comportements violents. 26 Ayant testé – avec succès – la stimulation électrique des amygdales pour diminuer l’agressivité d’un singe, il conclut : « certaines formes indésirables de l’activité cérébrale – par exemple liées à des
comportements agressifs ou antisociaux – pourraient être reconnues par l’ordinateur avant même d’atteindre la conscience pour déclencher la pacification du sujet. » Telle est la « société psychocivilisée » que Delgado appelle de ses vœux. 27 On comprend que ses travaux soient co-financés par le Pentagone (l’Office de recherches navales). Devant le Congrès américain, il déclare : « Nous avons besoin d’un programme de psychochirurgie pour le contrôle politique de notre société. Le but est le
contrôle physique de l’esprit. Chacun qui dévie de la norme donnée peut être chirurgicalement mutilé. L’individu peut penser que la réalité la plus importante est sa propre existence, mais c’est seulement son point de vue personnel. Même si cette attitude libérale est très séduisante, ceci manque de perspective historique. L’homme n’a pas le droit de développer sa propre façon de penser. Nous devons contrôler le
cerveau électriquement. Un jour, les armées et les généraux seront contrôlés par stimulation électrique du cerveau. » 28 Au moins Delgado assume-t-il ses convictions totalitaires – au point d’accepter l’invitation du régime franquiste à revenir travailler en Espagne en 1974, après avoir combattu auprès des Républicains
durant la guerre civile.

Revue de presse Février 2016

Alors comme d’habitude ceci est présenté de manière à toujours mettre en avant les merveilleuses applications médicales de ces découvertes…D’autres fois, au milieu, un petit paragraphe traitant des aliens, histoire de décrédibiliser l’ensemble de l’article, technique bien souvent employée mais suffisante pour détourner les esprits rationnels du reste du texte.

Do You Really Want to Live in a World Where Computers Read Your Mind?

http://www.activistpost.com/2016/02/do-you-really-want-to-live-in-a-world-where-computers-read-your-mind.html

NY Times Reporter Murdered in Dominican Republic Spoke about Psychotronic Warfare and MK-ULTRA

http://www.abreureport.com/2016/02/ny-times-reporter-murdered-in-dominican.html

Psychotronic Warfare Legal Against US Citizens

http://www.abreureport.com/2013/08/psychotronic-warfare-legal-against-us.html

Un pas de plus vers le décodage automatique des pensées

http://www.science-et-vie.com/2016/02/un-pas-de-plus-vers-le-decodage-automatique-des-pensees/

Ce système fait entendre tout haut ce que notre cerveau raconte

http://www.science-et-vie.com/2015/06/ce-systeme-fait-entendre-tout-haut-ce-que-notre-cerveau-raconte/

LES TECHNOLOGIES DU MIND CONTROL APPLIQUÉES A L’HUMANITÉ !

http://www.morpheus.fr/spip.php?article376

Les pensées humaines dévoilées en temps réel par un ordinateur

http://fr.sputniknews.com/sci_tech/20160130/1021342173/pensees-humaines-devoilees-ordinateur.html

Un implant cérébral se connectera avec 1 million de neurones

http://iatranshumanisme.com/2016/01/27/un-implant-cerebral-se-connectera-avec-1-million-de-neurones/

DARPA looks to revolutionize neural interface implants

http://www.gizmag.com/darpa-neural-interface/41434/

DARPA develops “Terminator” vision implant, plugs directly into a person’s DNA, visual cortex

http://theantimedia.org/darpa-terminator-vision-dna-visual-cortex/

Notre humeur influencée par le son de notre propre voix

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/sentiments-notre-humeur-influencee-son-notre-propre-voix-61324/#xtor=RSS-8

Surveiller le cerveau avec un implant soluble

http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/technologie-surveiller-cerveau-implant-soluble-61301/#xtor=RSS-8

La DARPA poursuit ses travaux sur la mémoire humaine

http://fr.ubergizmo.com/2015/10/14/darpa-memoire-humaine-projet-ram.html

scientists-use-transcranial-magnetic-stimulation-to-make-you-stop-believing-in-god

http://truthstreammedia.com/2015/10/14/scientists-use-transcranial-magnetic-stimulation-to-make-you-stop-believing-in-god/

Des scientifiques affirment pouvoir changer l’opinion sur Dieu ou les « migrants » en magnétisant les cerveaux.

http://reinformation.tv/magnetiser-cerveaux-changer-opinion-dieu-migrants-keize-izuma-romee-44135-2/

 

Obama l’avait promis, des scientifiques Britanniques et Américains l’ont fait. Des chercheurs de l’Université de York se sont penchés sur la manière dont le cerveau résout les problèmes idéologiques abstraits… dans le but de modifier ses réponses. Les exemples qu’ils ont pris ont déjà de quoi frapper l’opinion : ils affirment pouvoir changer l’idée que les gens se font de Dieu ou des migrants, riens de moins. Il suffit pour cela de magnétiser les cerveaux, assurent-ils.

Le docteur Keise Izuma, l’un des auteurs de l’étude, explique la démarche : « Les gens se tournent souvent vers l’idéologie quand ils sont confrontés à des problèmes. Nous voulions savoir si la région du cerveau qui est liée à la résolution des problèmes concrets, là où se prend par exemple la décision de déplacer son corps pour enjamber un obstacle, était également impliquée dans la résolution des problèmes abstraits abordés par le biais de l’idéologie. »

Magnétiser les cerveaux pour changer l’opinion sur Dieu

En utilisant la technique de la stimulation magnétique transcrânienne (TMS), les scientifiques sont parvenus à désactiver des groupes de neurones dans le cerveau des volontaires : un processus qui permet en réalité de changer la manière dont pensent les personnes. Les chercheurs ont découvert que la technique changeait radicalement les perceptions religieuses ainsi que les « préjugés » des personnes testées. La croyance en Dieu a été réduite d’un tiers, tandis que la préoccupation des participants à propos du nombre de migrants a chuté de 28,5 % !

Après s’être assurés que les volontaires avaient des convictions religieuses, les chercheurs leur ont demandé d’évaluer leur croyance en Dieu, leur idée du paradis, du diable ou de l’enfer.

Keize Izuma poursuit : « Nous avons décidé de faire penser ces personnes à la mort parce qu’une recherche précédente avait montré que les gens se tournent vers la religion pour se réconforter face à la mort. Comme prévu, nous avons constaté que les gens sont moins enclins à s’attacher à des idées religieuses lorsque nous désactivons le cortex préfrontal, malgré le fait que nous leur rappelons la mort. »

L’expérience des scientifiques, explique Keize Izuma, permet de changer l’opinion sur les migrants

Les « cobayes » ont également été soumis à une autre expérience. Deux textes leur ont été présentés sur l’arrivée récente des migrants : l’un fortement élogieux, l’autre extrêmement critique. Le docteur Izuma commente : « Lorsque nous avons désactivé la région du cerveau qui permet généralement de détecter et de résoudre les problèmes, nous avons observé une réaction moins négative, moins idéologiquement motivée. »

L’auteur principal du rapport de l’étude, le docteur Colin Holbrook, a affirmé : « ces découvertes sont vraiment saisissantes. Elles concordent avec l’idée que les mécanismes cérébraux qui se sont développés pour des fonctions relativement simples de problèmes-réponses jouent également sur les réactions idéologiques. »

Il y a quelques semaines, Barack Obama faisait comprendre qu’il espère pouvoir utiliser les sciences comportementales pour changer la vision du monde qu’ont certains Américains, et la faire ainsi correspondre à l’idéologie qu’il sert. Voilà un outil qui pourrait l’intéresser.

On notera le matérialisme fondamental de l’étude des chercheurs anglo-saxons : toute croyance, toute foi, toute pensée politique y sont réduites à l’« idéologie » (des idées détachées de la réalité) et présentées comme résultant de l’activité cérébrale.

Leurs résultats sont pourtant liés à une diminution des capacités cérébrales puisqu’ils reposent sur la désactivation d’une partie du cerveau.

Béatrice Romée

 

Source : http://www.express.co.uk/news/uk/611992/Scientists-experiment-magnets-immigrants-God-magnetic-waves

Votre cerveau bientôt contrôlé grâce aux ultrasons?

Source : http://fr.sputniknews.com/sci_tech/20150920/1018275083.html

 

1018257955

Des biologistes moléculaires et des neurophysiologistes ont créé une nouvelle sous-espèce de vers ronds transgéniques, dont on peut contrôler le système nerveux par le biais d’ultrasons, écrit la revue Nature Communications.

« Contrairement à la lumière, l’ultrason de basse fréquence est capable de se propager à travers un corps animal sans se dissiper. Cela présenterait un avantage considérable dans le cas où on voudrait stimuler une partie profonde du cerveau sans impliquer d’autres parties du système nerveux », explique Stuart Ibsen, chercheur de l’Institut Salk pour les études biologiques (Etats-Unis).

M. Ibsen et son équipe sont parvenus à « commander » des vers ronds (nématodes) grâce à des ultrasons et à des boules d’air dissoutes dans leur milieu nutritionnel tout en modifiant le génome des invertébrés de façon à ce que leurs neurones soient en mesure de percevoir des « ordres » ultrasonores.

Cette transformation est due à l’insertion d’un gène spécial dans l’ADN des vers. Celui-ci contient des instructions sur la biosynthèse d’une protéine assurant le transport des ions de calcium à travers la membrane cellulaire. Agissant sur les molécules de cette protéine, l’ultrason incite les cellules nerveuses à émettre une petite décharge électrique.

Tout cela permet de contrôler le fonctionnement de neurones isolés ainsi que du ganglion cérébral tout entier grâce à une source d’ultrasons et à des boules d’air spéciales couvertes d’une couche de lipides et de colorant, permettant aux scientifiques de focaliser à leur gré les signaux sonores sur certaines cellules nerveuses.

A présent, cette méthode destinée à « contrôler le cerveau », connue sous le nom de sonogénétique, n’est utilisable que pour les vers ronds. Selon M. Ibsen, rien n’empêche toutefois les scientifiques de l’adapter aux neurones d’un cerveau humain ou à d’autres animaux. A ces fins, il suffirait d’insérer le gène dans l’ADN de certains neurones et d’injecter quelques boules dans le sang du patient. Les scientifiques espèrent que ces systèmes aideront les médecins à soigner l’épilepsie et d’autres maladies mentales.

« La question principale est d’appréhender si la méthode est applicable aux mammifères. On a déjà entamé des recherches sur des souris de laboratoire. Si nous parvenons à faire une percée et que nous réussissions à adapter la sonogénétique aux besoins humains, nos collègues pourront trouver les moyens de contrôler « sans contact » le fonctionnement des neurones », conclut Sreekanth Chalasani, un des scientifiques chargés des recherches.

Clinatec : cette discrète clinique où l’on implante des nanos dans le cerveau

arton2681-76ea8

 

Source Basta ! http://www.bastamag.net/Clinatec-cette-discrete-clinique

Un centre de recherche d’un nouveau genre s’apprête à mener ses premières expériences. Implants de nanotechnologies dans le cerveau, neuro-stimulation, « médecine régénérative », jusqu’à des technologies pouvant changer le comportement : telles seront les recherches menées à Clinatec, à Grenoble, sur des patients volontaires. Une certaine opacité entoure ce projet, résultat d’une alliance entre industrie nucléaire, « start-up » de nanotechnologies et neurochirurgiens. Comment seront encadrées ces recherches ? Quel contrôle sera exercé sur leurs applications commerciales et industrielles ? Basta ! a mené l’enquête.

C’est une « clinique expérimentale » où l’on teste des dispositifs électroniques implantés dans le cerveau. Baptisée Clinatec, cette neuro-clinique, pilotée par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Grenoble, travaille sur les applications des nanotechnologies dans le champ des neurosciences, en particulier sur les maladies neurodégénératives, comme Parkinson. Mais difficile de savoir ce qui s’y passe vraiment : une certaine opacité entoure ses activités. Cas unique en France, l’établissement est situé en dehors du milieu hospitalier, sur un terrain du CEA dont certains bâtiments sont soumis au secret défense.

Au sein de Clinatec, on parle interface cerveau-machine, neuro-stimulation profonde, nano-implants dans le crâne. Ces dispositifs médicaux inédits seront testés d’ici quelques mois sur des patients. Cette alliance entre l’industrie nucléaire, celle des nanotechnologies et des chercheurs en neurosciences augure mal du nécessaire contrôle démocratique qui devrait encadrer le périlleux usage de ces sciences pour le moins futuristes. Car les nanotechnologies ne sont pas sans poser de nombreux problèmes (lire nos articles à ce sujet). A Clinatec, serait-on en train d’inventer en toute discrétion l’homme bionique de demain, bardé d’électrodes et surveillé par des capteurs ?

Des implants cérébraux contre la dépression ou l’obésité

Point commun de ces recherches : le développement de dispositifs médicaux implantés dans le corps humain. Tel ce kit de stimulation électrique du cerveau qui permet d’atténuer les effets de la maladie de Parkinson. Une sorte de pacemaker cérébral. Plus de 40 000 malades dans le monde ont déjà été « implantés », selon une technique développée par le professeur Alim-Louis Benabid, l’un des concepteurs du projet Clinatec. L’objectif est aujourd’hui de développer des techniques moins invasives, de taille réduite, grâce aux micro et nanotechnologies. Autre exemple : des neuroprothèses, pour permettre à des patients tétraplégiques de contrôler un bras robotisé, via des électrodes implantées dans le crâne. Ou de se mouvoir grâce à un exosquelette motorisé.

Clinatec est le résultat d’un partenariat entre le CEA, le CHU de Grenoble et l’Inserm. Le projet est porté par Jean Therme, directeur du CEA de Grenoble [1] et par le neurochirurgien Alim-Louis Benabid [2], actuellement conseiller scientifique au CEA. Clinatec s’inscrit dans le prolongement des travaux du neurochirurgien sur la stimulation cérébrale profonde et la maladie de Parkinson. Mais le champ de recherche s’élargit : épilepsie, troubles mentaux, troubles obsessionnels compulsifs (Toc)… Le directeur de Clinatec, François Berger, professeur de médecine [3], évoque la possibilité de traiter l’obésité ou l’anorexie par la neuro-stimulation [4]. Et peut-être, demain, la dépression.

Ces champs de recherche inédits, avec des technologies dont on ne maîtrise pas les conséquences, ne semble pas émouvoir outre mesure les pouvoirs publics. L’Agence régionale de santé (ARS) a délivré une autorisation en 2010 pour l’ouverture de Clinatec. Après une visite de contrôle, le 16 avril 2012, un arrêté autorise l’activité du centre en tant que « lieu de recherches biomédicales dédiées aux applications des micro-nanotechnologies à la médecine ». Une définition bien vague. Qu’importe, les recherches peuvent commencer. Se feront-elles avec la même opacité que celle qui entoure l’élaboration du projet dès son origine ?

Geneviève Fioraso, ministre de Clinatec

La construction de Clinatec est lancée en 2008 avec une « procédure restreinte » : le CEA en tant qu’organisme de droit public classé défense n’est pas soumis au Code des marchés publics. Le culte du secret est fortement critiqué par ses détracteurs. Pourquoi faire de la recherche clinique en dehors d’un hôpital ? Quel est le statut de Clinatec ? A-t-il un comité d’éthique ? Qui compose son « directoire », dont font partie François Berger et Alim-Louis Benabid ?

« Nous n’avons pas voulu parler du projet tant que nous n’avions pas l’autorisation (de l’ARS, ndlr), répond aujourd’hui François Berger, interrogé par Basta !. Nous commençons tout juste à communiquer. Nous avons aussi décidé de ne pas faire une communication de science-fiction, mais d’être plus humbles sur ce qu’on fait à Clinatec. » Après l’opacité, le temps de la transparence ?

Le projet Clinatec est ardemment soutenu par la ville de Grenoble. Son maire, Michel Destot (PS), en est un fervent partisan. Rien d’étonnant : ancien ingénieur du CEA, il a aussi dirigé une start-up née dans le giron de celui-ci. En tant que maire, il préside depuis 1995 le CHU de Grenoble, autre acteur clé de Clinatec. Lors des dernières élections municipales, le Professeur Alim-Louis Benabid figure sur sa liste. Le chercheur a également présidé le comité de soutien de Geneviève Fioraso, alors adjointe à la Ville de Grenoble, lors des dernières législatives.

Clinatec, rêve des ingénieurs du nucléaire

Geneviève Fioraso : l’actuelle ministre de l’Enseignement supérieur la Recherche, chargée de l’« innovation » dans l’équipe de campagne de François Hollande, est une autre actrice clé de Clinatec. La société d’économie mixte qu’elle préside, la SEM Minatec entreprises, accueille Clinatec sur son pôle d’activité. Son concubin, Stéphane Siebert, est directeur adjoint du CEA Grenoble. « Destot, Fioraso, Siebert, c’est le CEA dans la mairie, Fioraso à l’enseignement supérieur, c’est le CEA au ministère », analyse l’écologiste grenoblois Raymond Avrillier.

« Le directeur du CEA nous fait courir, mais nous suivons », confie Geneviève Fioraso [5], à propos de Jean Therme. Directeur du CEA Grenoble, il est le concepteur de Clinatec. Un « rêve » débuté le 2 juin 2006 dans son bureau, en présence d’Alain Bugat, ingénieur général de l’Armement [6], alors administrateur général du CEA, et de Bernard Bigot alors haut-commissaire à l’énergie atomique (et aujourd’hui vice-président du Conseil de surveillance d’Areva et administrateur général du CEA) [7]. Ce rêve caressé par les hommes du nucléaire, civil et militaire, se muera-t-il en cauchemar pour la démocratie ?

Secret industriel ou secret défense ?

Des élus locaux de poids, le CEA, l’argument de l’innovation : c’est donc sans surprise que le projet est financé par un contrat de plan entre État et région. Plus de 20 millions d’euros sont abondés par l’État et les collectivités [8]. La municipalité de Grenoble participe à hauteur de 2,2 millions d’euros. Sans information ni approbation du Conseil municipal, tempêtaient en 2009 les élus écologistes, qui ont publié un dossier complet sur Clinatec. Malgré leurs demandes répétées et un avis favorable de la Commission d’accès aux documents administratifs, ces élus affirment n’avoir obtenu en deux ans d’enquête qu’un seul document de la part des services de l’État. Motif : secret industriel ou secret défense.

Trois ans plus tard, les chercheurs peuvent désormais officier. Mais avant le lancement des essais cliniques, un autre feu vert doit être donné par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ainsi que par un Comité de protection des personnes (CPP), comme le veut la loi sur la recherche biomédicale. Problème : du côté de l’ANSM et des CPP de la région Rhône-Alpes, personne n’a vu passer de demande d’autorisation. « Normal », répond la responsable du pôle recherche du CHU de Grenoble : « Il n’y a pas de projets de recherche clinique en cours. »

Premiers patients en février 2013

Les recherches en seraient au stade de « projets de projets », pas encore aux « protocoles de recherche » ou aux essais cliniques. Une date est-elle prévue pour l’accueil de patients ? « Aucun calendrier n’est fixé », répond la responsable du CHU. Visiblement les questions ne sont pas les bienvenues. « La date d’inauguration de Clinatec est le secret le mieux gardé de Grenoble », ironise de son côté le collectif grenoblois Pièces et Main d’œuvre (PMO), très opposé au projet (lire notre entretien).

Selon l’arrêté de l’Agence régionale de santé d’avril 2012, les recherches biomédicales doivent cependant être entreprises dans l’année, sinon l’autorisation devient caduque. Le lieu est opérationnel, confirme-t-on au CHU, et « des projets de l’hôpital pourraient basculer sur ce site ». Par exemple ? Un « réglage de machines sur volontaires sains »… Le premier protocole de recherche – non-thérapeutique – est prévu pour mi-novembre, confirme François Berger, à Basta !. Une cinquantaine de personnes travaillent déjà à Clinatec, précise son directeur. Les premiers protocoles chirurgicaux sur des patients sont prévus pour février-mars 2013. Reste à obtenir les autorisations.

Bloc opératoire du futur

Ingénieurs et médecins seront donc réunis dans un même bâtiment sécurisé de 6 000 m2 [9], qui n’est pas un établissement hospitalier. Avec une mission commune : placer des nanos dans la tête de patients-cobayes. Ils bénéficieront de moyens conséquents : labos de recherche, zones expérimentales pré-cliniques, blocs opératoires et même une animalerie pour fournir des cobayes – rats, mini-porcs et primates – avant les tests sur les humains.

Ceux-ci séjourneront dans une « salle d’opération du futur où médecins et technologues uniront leurs compétences », et six chambres d’hospitalisation. Pour que médecins et ingénieurs puissent se comprendre, « il faut que les ingénieurs soient présents dans le bloc opératoire jusqu’à la fin », plaide François Berger. Les innovations « seront testées sur des patients volontaires qui auront donné leur consentement éclairé », décrit Clinatec, précisant que les « activités médicales et chirurgicales de CLINATEC® relèvent des chercheurs et des chirurgiens d’organismes de recherche (Inserm) ou de CHU ». Et non du Commissariat à l’énergie atomique. Les patients apprécieront.

« Transfert de connaissances à l’industrie »

Mener des recherches, y compris sur des êtres humains avec des technologies à risques, est une chose. En commercialiser les applications pour l’industrie en est une autre. Cette frontière entre essais cliniques et applications industrielles existe-t-elle à Clinatec ? Le centre est un « hôtel à projets, ouvert aux collaborations académiques et industrielles ». L’infrastructure peut être louée pour des recherches publiques comme privées. Clinatec permet le « transfert de connaissances et de savoir-faire à l’industrie » [10], le projet est présenté comme un partenariat public-privé exemplaire. En intégrant en un même lieu toutes les compétences nécessaires, les promoteurs du projet espèrent « accélérer le processus de transfert des technologies vers le patient ». Via l’industrie pharmaceutique ou médicale.

Avant même que les travaux ne commencent, les possibilités de débouchés économiques semblent assurés. Le Laboratoire d’électronique et de technologies de l’information (Leti) du CEA Grenoble, dont dépend Clinatec, est particulièrement attaché aux collaborations étroites avec le secteur privé. Son slogan ? « L’innovation au service de l’industrie ». Son objectif ? Contribuer à « renforcer la compétitivité de ses [365] partenaires industriels ». Le Leti se targue d’être l’un des instituts de recherche les plus prolifiques au monde en matière de start-up technologiques. La proximité géographique de Clinatec avec les entreprises du site – Siemens, Philips, Thales, Bio-Mérieux, Becton Dickinson ou Sanofi Aventis – semble assurément un atout pour accélérer le transfert de ces innovations nanomédicales !

Quels débouchés commerciaux ?

Une société états-unienne, Medtronic, commercialise déjà les « kits de stimulation cérébrale neurologique profonde » à destination des personnes atteintes de la maladie de Parkinson, selon le procédé développé par le professeur Alim-Louis Benabid. La firme, surnommée « le Microsoft des implants médicaux » selon PMO, a réalisé en 2012 un chiffre d’affaires de 16,2 milliards de dollars, en partie grâce à la nouvelle version de son stimulateur neurologique [11].

PNG - 125.5 ko
© Medtronic / Dossier de presse Clinatec

Grâce à cet implant, les patients peuvent améliorer leurs facultés de parole ou de mobilité. Mais il ne faut pas se tromper de programme, la stimulation de la fonction « parole » pouvant entraver la mobilité et réciproquement [12] ! Cette technologie reste à risque : mal implantée, elle peut provoquer le coma, voire le décès du patient.

Du traitement de Parkinson à la « médecine régénérative »

« La définition de nouvelles voies pour la médecine de demain implique une nouvelle culture de la recherche », précise le dossier de présentation de Clinatec. On espère aller bien au-delà de ces premières utilisations. Les chercheurs travailleront principalement sur la neurostimulation, l’administration localisée de médicaments (grâce à des pompes situées dans le corps par exemple) ou la suppléance fonctionnelle (des machines qui prennent le relais de fonctions défaillantes). Ils pourraient se pencher également sur la stimulation magnétique pour lutter contre la dépression.

On s’aventure ici beaucoup plus loin que le traitement des mouvements incontrôlés de la maladie de Parkinson. Par exemple, stimuler par des électrodes le circuit cérébral de la récompense, comme le montrent des expériences menées en Allemagne sur le traitement de la dépression sévère. A Grenoble, on n’en est qu’à la recherche théorique, pas encore aux essais cliniques sur ce sujet, précise François Berger. Aurons-nous bientôt des implants cérébraux pour effacer nos mauvais souvenirs, stimuler notre jovialité, ou changer notre perception du monde ?

En 2008, le directeur du centre pointait une autre application possible : l’utilisation d’implants pour une « médecine régénérative ». La neurostimulation débuterait avant l’apparition des symptômes, pour ralentir le processus dégénératif. Elle « devrait alors être beaucoup plus précoce, peut-être pré-clinique, dans l’hypothèse où l’on disposerait de bio marqueurs, ce qui ne manquerait pas de poser des problèmes éthiques [13] », admet François Berger… Imaginez des électrodes implantés dans le cerveau à la naissance, qui s’activeront pour prévenir le vieillissement.

« On peut changer la personnalité de quelqu’un »

« Avoir des outils implantés qui traiteront la maladie avant qu’elle n’apparaisse peut aussi être un avantage, même si cela a un côté impressionnant », argumentait François Berger devant les parlementaires. « C’est vrai qu’un des buts de la nanomédecine est de ne pas avoir à réparer. (…) À travers la nanomédecine, on dressera une nouvelle frontière entre le normal et le pathologique. Il faudra être extrêmement prudents. Il s’agit de décisions de société », prévient le directeur de Clinatec [14].

Qu’en pense son collègue Alim-Louis Benabid ? « Avec les électrodes et les implants cérébraux, on peut changer la personnalité de quelqu’un qui était anormal, pour le remettre dans la normalité. On peut faire passer les gens d’un état suicidaire à un état jovial. Faut-il en conclure qu’on peut manipuler les gens et les faire marcher au pas cadencé ? Certes, mais on les fait tellement marcher au pas cadencé par d’autres moyens », aurait-il déclaré en janvier [15]. Pour l’Union syndicale de la psychiatrie, pas de doute : « La création de Clinatec constitue manifestement un pas de plus dans une fuite en avant techno-scientiste qui n’a d’autre finalité que de contrôler les populations, en réduisant l’homme à son cerveau, à son comportement, à son utilité, à sa docilité. »

Quid du principe de précaution ?

Clinatec incarne donc une « nouvelle culture de la recherche » aux implications sans précédents pour l’être humain, qui vise de surcroît à « accélérer » le transfert de ces technologies à l’industrie. Un double objectif difficilement compatible avec le principe de précaution. « Le clinicien que je suis ne peut cependant que lancer un cri d’alarme : attention au principe de précaution. Trop de régulation tue l’innovation thérapeutique », déclarait ainsi François Berger lors d’une audition par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques. « A l’évidence, les citoyens ont peur », constatait le chercheur, qui salue l’organisation de conférences pour donner aux chercheurs « la possibilité d’éduquer des citoyens » sur le sujet.

« Faire croire que l’on imposerait un « nanomonde » totalitaire à la population sans débat préalable relève non seulement de la manipulation mensongère mais aussi d’une forme de paranoïa politique bien connue, qui s’appuie sur la théorie du complot, la haine des élites (sic), des élus, des responsables », lançait le maire de Grenoble Michel Destot, lors de l’inauguration du pôle Minatec en 2006. « On parle beaucoup de principe de précaution pour les domaines où l’on ne voit pas très clair, où les scientifiques ne peuvent prendre position. L’application de ce principe conduit à mon sens à l’inaction et à l’immobilisme, ce qui ne me semble pas le meilleur choix », estime l’élu, qui semble préférer l’action et le volontarisme – indéniable en matière nucléaire… – du CEA en la matière. Tout questionnement philosophique et éthique serait-il assimilé à de la craintive inertie ?

Des bugs dans le cerveau

Implanter des électrodes dans le cerveau n’est cependant pas sans danger : « Une mauvaise localisation de l’électrode risque aussi de provoquer des rires ou, au contraire, des états de tristesse », pointe François Berger [16]. Et la technique n’est pas tout à fait sûre : des chercheurs de l’entreprise d’informatique McAfee ont découvert le moyen de détourner une pompe à insuline installée dans le corps d’un patient. Ils pouvaient injecter d’un coup l’équivalent de 45 jours de traitement… D’autres ont montré la possibilité de reprogrammer à distance un défibrillateur implanté. Et les bugs informatiques de ces dispositifs médicaux ne sont pas rares [17].

Un hacker aurait même trouvé le moyen de pirater à distance les pacemakers, et de provoquer des chocs électriques mortels en réécrivant le code informatique… Imaginez les conséquences sur le cerveau ! Medtronic, principal fabricant de stimulateurs neurologiques, conseille d’éviter les portiques de sécurité des aéroports, et prévient que le neurostimulateur peut s’allumer ou s’éteindre lorsqu’il se trouve à proximité de petits aimants permanents, comme ceux des haut-parleurs ou des portes de réfrigérateur.

Une version high tech de l’électrochoc ?

La miniaturisation de ces dispositifs à l’échelle nano les rendra-t-elle plus sûrs ? Ou au contraire plus incontrôlables ? Dans la course aux nanotechnologies, des projets comme Clinatec sont présentés comme des symboles de l’excellence française. Que nous réserve le passage de la médecine actuelle, basée sur l’anatomie et les symptômes, à la nanomédecine « régénérative » ? Où se situe la limites entre médecine et « augmentation » humaine, chère aux transhumanistes ? Jusqu’où peut-on plonger dans le cerveau ?

Et est-il souhaitable de traiter les symptômes plutôt que les facteurs environnementaux des maladies neurodégénératives ? La neurostimulation « corrige les symptômes, et non la pathologie. Autrement dit, comme le reconnaît Benabid lui-même, les électrodes ne soignent pas. Appliquées aux souffrances psychiques, elles ne sont que la version high-tech de l’électrochoc, analyse le collectif Pièces et Main d’œuvre. Peu importe la cause de la dépression, de l’addiction, du désordre alimentaire, des TOC : envoyez la bonne fréquence et n’en parlons plus. »

Choix de société

Si ces techniques ont permis de rendre la vie de malades de Parkinson plus facile, les risques de dérive n’en sont pas moins immenses. Les neuroprothèses liant homme et machine existe depuis quelques décennies. Mais « la miniaturisation due aux nanotechnologies promet un saut qualitatif inédit », résume PMO. L’utilisation des nanotechnologies est d’ores et déjà envisagé « à des fins agressives, qu’elles soient militaires, ou consuméristes », pointait en 2007 le Comité Consultatif National d’Ethique. « Investir sans réflexion sociétale, sans conscience de la dignité humaine, avec une sorte de naïveté, dans un environnement et une médecine qui produiraient a priori le bien-être et la santé par les nanotechnologies aboutirait de façon paradoxale à « exiler l’homme de lui-même ». »

Des inquiétudes que ne semblent pas partager les promoteurs de Clinatec. 60 000 personnes reçoivent chaque année en France un pacemaker pour leurs insuffisances cardiaques, explique le dossier de présentation de Clinatec, « un nombre encore plus conséquent de personnes disposent de prothèses auditives et le port de lunettes est très largement répandu dans nos sociétés ». Pourquoi donc s’inquiéter d’un « dispositif médical » de plus ? Des lunettes aux nanoélectrodes dans le cerveau, il n’y aurait qu’un pas, suggèrent les promoteurs de Clinatec. Un pas que nous sommes en train de franchir, sans aucun débat.

Agnès Rousseaux

@AgnesRousseaux sur twitter

A lire aussi :
- Nanotechnologies : tous cobayes de la nano-bouffe ?
- Nanotechnologies : « Eviter que l’histoire de l’amiante ne se répète »
- Le débat national sur les nanotechnologies fait naufrage
- « Avec les nanotechnologies, nous entrons dans une société de contrainte, totalitaire »
- Face aux nanotechnologies, l’Afsset appelle à « agir sans attendre »

Résumé du fonctionnement de Clinatec (dossier de présentation du CEA) :

Notes

[1Les deux objectifs majeurs du CEA sont : « devenir le premier organisme européen de recherche technologique et garantir la pérennité de la dissuasion nucléaire », rappelle le dossier de présentation de Clinatec

[2Alim Benabid est professeur émérite de l’Université Joseph Fourier, il a été Chef du service de neurochirurgie au CHU Grenoble de 1989 à 2004 et Directeur de l’Unité INSERM U318 de 1988 à 2007, membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie de Médecine.

[3François Berger, Institut des neurosciences de Grenoble, équipe nano médecine et cerveau (INSERM- CEA)

[4Audition devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques du 7/11/06

[5Source : Les Échos, 21/10/2008.

[6Membre du conseil d’administration de DCNS, EDF et Cogema.

[7Source : Le mensuel, journal interne du CEA, n°150, mai 2011, cité par PMO

[8Une partie du financement est également apporté par la Fondation philanthropique Edmond J. Safra.

[9Voir les détails donnés par l’architecte

[10Notamment lors de colloques organisés sous égide de Nicolas Sarkozy et de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, en 2009 et 2010

[11« Avec batteries sans fil rechargeables à travers la peau par induction (comme les brosses à dents électriques) », explique un site suisse sur la maladie de Parkinson. Ce dispositif est remboursé par la Sécurité sociale.

[12« Les patients chez lesquels la stimulation permet une amélioration de la mobilité mais limite également la faculté de la parole peuvent passer, selon la situation, d’un programme « mettant l’accent sur le langage » (par exemple téléphoner, discuter) à un programme « mettant l’accent sur le mouvement » (par exemple marcher, écrire) » Source : Parkinson.ch.

[13Source : Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, Exploration du cerveau, Neurosciences : Avancées scientifiques, enjeux éthiques, Compte-rendu de l’audition publique du 26 mars 2008

[14Audition devant l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, 7/11/06.

[15Lors d’une présentation publique à Saint-Ismier, le 17 janvier 2012, propos rapportés par PMO

[16Pour Luc Mallet, Psychiatre, chercheur au centre de recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), les observations sur les erreurs d’implantation ont montré, de façon décisive, la possibilité d’agir sur des comportements, des affects, des cognitions, en modulant de façon très précise de toutes petites zones au coeur du cerveau, les « ganglions de la base », alors que jusqu’à présent, on mettait en avant le rôle de ces petites structures dans la motricité. « La stimulation de zones très précises, par exemple, dans une petite zone qui s’appelle « noyau sous-thalamique », qui est toute petite (à l’échelle des millimètres), peut induire un état d’excitation et d’euphorie. » Source par le Sénat, le 29 juin 2011

[17L’Organisation américaine de l’alimentation et des médicaments (FDA) s’est penchée sur le cas des pompes à perfusion qui auraient causé près de 20 000 blessures graves et plus de 700 morts entre 2005 et 2009, à cause d’erreurs de logiciels. Source

Vidéos du service publique sur les manipulations mentales de la CIA

Vidéo diffusée ce mois de Juillet 2015 sur France 3, au sujet des projets MK.

Un village empoisonné par la CIA ? – Pont-Saint-Esprit 1951

 

Une autre vidéo, dont je ne connais pas la date de diffusion. Avec un logo France 5. http://www.dailymotion.com/video/xqboeo_cia-projet-mk-ultra_news

Fait intéressant à partir de 22″40, il est question de la suite donnée aux projets MK (officiellement stoppés en 1975)…

 

Si l’on en croit certains rapports, l’armée continuerai de mener des expériences sur la manipulation mentale. L’une des techniques testées (faudrait pas trop s’étendre sur le service publique, quand même…), la stimulation magnétique trans-crânienne, consiste à envoyer des impulsions magnétiques dans différentes zones du cerveau.

Différentes études montrent qu’on peut influencer la perception d’un sujet, altérer son état psychologique et même créer de faux souvenirs en appliquant des impulsions magnétiques au cerveau. C’est une nouvelle ère pour la manipulation mentale…

Ouai ouai, ben qu’on me sonne quand dans le pays des droits de l’homme on aura décidé de s’intéresser aux victimes ! 25 ans que j’attends ça… Combien d’autres en France? Dans le monde ? Combien de personnes dont on a brisé la vie directement ou indirectement ?

 

Le contrôle mentale dans le 21ème siècle – Science-fiction & au-delà (partie 2)

Voici la traduction en Français de 2 articles très intéressants et à lire absolument sur le contrôle mentale électronique.Cette traduction est à mettre au crédit du blog http://bestofcomputer.wordpress.com

Articles originaux :

http://www.veteranstoday.com/2014/01/13/mind-control-in-the-21st-century-science-fiction-beyond/

http://www.veteranstoday.com/2014/03/10/mind-control-in-the-21st-century/

PARTIE 2 :

Introduction :

La partie 1 de cet article suggère qu’une science cachée et une technologie du « contrôle mental », de loin surpassant celle disponible dans le domaine publique, pourrait très bien exister.

La partie 2 commence une exploration des quelques recherches publiques les plus avancées dans le contrôle mental, et regarde aussi des déclarations de scientifiques qui ont passé du temps à travailler et à conduire des recherches à l’intérieur du complexe militaro-industriel-renseignement-média.

Contrôle mental électromagnétique :

Parce que la technologie du contrôle mental est en grande partie classifiée, les déclarations et les documents officiels d’une « plus haute autorité » en ce qui concerne leur état de l’art sont rares.

Cependant, en dépit de cette limitation, l’on peut peut-être arriver à une compréhension raisonnable des capacités de camouflage approximatives en examinant  la recherche publique la plus sophistiquée, telle que celle de Michael Persinger, chercheur en neuroscience cognitive et professeur à l’Université Laurentian à Ontario. [1]

Des aspects importants du travail de Persinger se rapportent directement à la faisabilité d’un contrôle mental « électromagnétique » dirigé sur des individus ou des populations ciblés, et sont donc une continuation des recherches qui devinrent noires et secrètes dans les années 70 – recherches suggérant que des champs électromagnétiques distants pouvaient être utilisés pour « influencer » le cerveau. [2]

« Hautement » électrique :

Selon Persinger, le cerveau peut être influencé par de très faibles champs magnétiques, « … les champs électromagnétiques associés avec la conscience, lesquels sont très, très faibles. » [3] Ces champs électromagnétiques peuvent même « mimer » les effets associés avec la prise de certaines drogues.

Cela est possible parce que le cerveau fonctionne par schémas électromagnétiques – les ondes cérébrales – et pas seulement chimiquement, et pour chaque drogue il y a « un schéma temporal approprié » de radiation électromagnétique « équivalent à la structure moléculaire » de la drogue. [4]

Ainsi, en introduisant l’équivalent électromagnétique d’une certaine drogue dans le cerveau, l’individu devrait ressentir « cette drogue », comme s’il l’avait en fait ingérée – En d’autres termes, « … vous n’avez pas besoin d’un produit chimique. [5] Cela est particulièrement significatif quand on considère que beaucoup de composés, aussi bien légaux « qu’illégaux », altèrent la conscience, modifiant, parfois significativement, notre expérience du monde. »

Imaginez, par exemple, « du LSD électromagnétique », ou « du valium électromagnétique », délivré par satellite sur des individus ou des populations ciblés.

Création d’Hallucination :

Les schémas électromagnétiques peuvent aussi être capables de créer des expériences « sensorielles » artificielles. [6] Cela est dû au fait que l’expérience d’un sens n’est pas une perception d’une chose « en elle-même », mais une interprétation par le cerveau de schémas électriques produits par un stimulus donné.

Par exemple, la perception d’une rose est l’expérience par le cerveau d’un schéma de résonance électromagnétique particulier produit par l’interaction de la rose avec les sens, et non une expérience de la rose « en elle-même. »

En introduisant dans le cerveau le schéma de résonance électromagnétique normalement produit par un stimulus donné, le besoin du vrai stimulus (par exemple, une vraie rose), « … peut être détourné… » [7] L’idée, en d’autres termes, est que des hallucinations vives peuvent être crées au travers de l’introduction dans le cerveau de radiations électromagnétiques précisément schématisées.

Réalité Synthétique :

De telles possibilités n’apparaissent pas être seulement « théoriques ». Dans un article de 2000 dans « US News & World Report », John Norseen, un ingénieur en armes neuronales pour Lockheed Martin (et Lieutenant pour la Marine Américaine), est cité en disant que des pulsations électromagnétiques pourraient être utilisées pour créer ce qu’il nomme « une réalité synthétique. » [8] Norseen développa son propos dans une série d’emails avec l’artiste Duncan Laurie, publiés sur le site web de Laurie (Norseen décéda en 2007). [9]

Dans l’une de ces discussions Norseen a fait référence à une technologie pour créer des hallucinations. Le sujet a surgi quand Laurie mentionna une histoire issue des actualités signalant la rencontre d’un officier de police Mexicain avec une « sorcière volante ». [10] Selon le récit de l’officier, la sorcière tomba d’un arbre et flotta au-dessus du sol avant de s’envoler vers l’officier et « d’essayer de l’attraper avec ses mains à travers le pare-brise de la voiture. » [11]

Tandis que l’officier perçu la sorcière comme actuellement réelle, Norseen suggéra que la sorcière n’était pas une entité réelle, mais était plutôt une hallucination technologiquement induite qui « fit effraction dans l’appareil perceptuel de l’officier à l’intérieur de ses structures de pensée… » [12]

En d’autres mots, l’hypothèse de Norseen était que l’officier n’a pas eu une véritable expérience sensorielle, mais a plutôt ressenti une séquence de réalité virtuelle, une expérience « sensorielle » complexe et vivement réaliste produite entièrement dans son cerveau.

En conséquence, pour Norseen « la véritable histoire » était « plutôt de savoir si ce type d’hallucination est maintenant disponible dans l’arsenal des opérations de Psy Ops… eh eh. » [13] Norseen explique que la sorcière pourrait avoir été le produit d’un « satellite orbital qui aurait par erreur irradié… (le) village Mexicain avec un puissant faisceau descendant d’entrainement… » [14]

Injection de l’information :

La « sorcière » est un exemple de ce que Norseen appelle une « sémiotique ». En ce qui nous concerne, il suffit de dire « qu’une information neuronale » encodée dans des « ondes porteuses », et ensuite décodée par le cerveau d’un individu, est une sémiotique. Norseen était particulièrement intéressé par les sémiotiques, telle celle de la « sorcière », qui pourrait « contrôler par réflexe » un individu. [15]

Norseen discute d’une expérience avec des rats dans laquelle un rat appuierait sur un bouton et un champs électromagnétique stimulerait une partie du cerveau du rat, induisant (d’apparentes) sensations d’extase dans le rat. Le rat continuerait d’appuyer sur le bouton, déchargeant la « sémiotique de plaisir » (un terme de Laurie) jusqu’à ce qu’il meure. [16]

D’après Laurie, l’idée de Norseen était que si vous pouviez stimuler cette partie du cerveau à distance, au travers d’une transmission d’un certain type, le récepteur serait totalement impuissant à arrêter son cerveau de répondre à une façon déterminée de type stimulus-réponse de la sémiotique. [17]

Norseen suggéra à Laurie qu’une façon de transmettre une sémiotique serait d’encrypter des commandes, qui pourraient « … être cachées à l’intérieur d’une information visuelle et auditive sans rapport, pour être diffusée à un large public. » [18]

En d’autres termes, un message sémiotique encodé, par exemple, dans une diffusion télévisuelle ou Internet, pourrait être transmis directement à l’inconscient d’une personne, essentiellement pour programmer la personne à une future action – « Norseen suggéra fortement que ces techniques pourraient avoir un lien avec les massacres au lycée de Colombine… » [19]

De plus, comme Norseen le suggère dans sa discussion d’un faisceau satellite descendant produisant l’hallucination de la sorcière, les sémiotiques n’ont même pas besoin d’être encodées dans un média sensoriel, tel qu’un programme de télévision ou une diffusion Internet, mais peuvent à la place être transmises directement dans le cerveau par l’intermédiaire de radiation électromagnétique ou d’ultra-son.

Comme Norseen l’a dit, le cerveau humain a une « très vive sensibilité aux signaux internes et externes, de la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher, la mémoire, les ultra-sons, les EMF (Fréquences électromagnétiques), etc… », qui peuvent faire « … du cerveau humain… essentiellement, une pompe à sexe, à violence, et à religion » [20] :

Ma base de donnée des Sémiotiques, Signes et Symboles, lorsqu’elles sont présentées par des divers moyens au cerveau humain cause l’allumage de circuits extrêmement forts dans le Noyau Accumbens (Sexe), l’Amygdale (Violence), et le Cortex Cingulaire Antérieur / Axe Temporal Droit (Religion).

Donc, même si une personne ne ferait pas quelque chose basé sur sa personnalité, la clé est de réinitialiser ou de désengager la personnalité de la personne (son libre arbitre), et ensuite d’entrainer répétitivement de façon consciente ou non cognitive le cerveau de la personne à s’allumer et à tirer sans relâche… jusqu’au point où vous insérez une nouvelle personnalité qui agit sous l’effet des pulsions émanant des circuits du sexe, de la violence, de la religion.

Vous vous retrouvez avec un délinquant sexuel, un tueur en série, un fanatique religieux pour lequel le suicide est une possibilité… ou une combinaison des trois. » … Quelque part, en quelque sorte, le résultat de la culture au sens large, ou des entrées culturelles raffinées et focalisées, se révèle tout simplement dans ces PERSONNALITES…

La Question est, cela est-il seulement le résultat naturel de l’interaction de 5 milliards de personnes avec de l’information moderne et des signaux EM (électromagnétiques)… ou peut-être, juste peut-être… quelque part, DES GENS SONT-ILS EN TRAIN D’UTILISER DES MOYENS TECHNOLOGIQUES POUR FAIRE DES OPERATIONS DE PSY OPS ???? » [21]

Les « sémiotiques » peuvent être transmises depuis une source extérieure directement dans le cerveau humain, « entrainant » le cerveau au travers de constante répétition, vers de nouvelles croyances, de nouvelles motivations, et même, peut-être, une nouvelle personnalité. En outre, ce processus de conditionnement peut se produire en-dessous du niveau de la conscience, renforçant sans doute sa valeur en tant qu’outil pour opposer un déni plausible à des opérations secrètes.

Contrôler la pensée :

Norseen décrit une technologie qui peut littéralement contrôler les pensées de quelqu’un. Comme il l’explique dans l’article du « US News & World Report », l’on pourrait peut-être même « … commencer à manipuler ce que quelqu’un est en train de penser… avant même qu’il ne le sache. » [22]

Robert Duncan, un scientifique qui a travaillé sur des projets pour le Département de la Défense et la CIA, assimile cette capacité de « filtrage et de répression de la pensée » au correcteur orthographique automatique de Microsoft Word, lequel corrige les fautes d’orthographes au moment où l’on tape. [23] Selon Duncan, « … même de nouvelles pensées peuvent être supprimées » ; en outre, les souvenirs peuvent être altérés ou effacés. [24]

Les empreintes cérébrales :

La forme la plus invasive de contrôle de l’esprit peut exiger une analyse des caractéristiques uniques des sorties électromagnétiques d’un individu, ce que Norseen appelle les « empreinte cérébrales. » « Pensez à votre main touchant un miroir, » explique Norseen. « Cela laisse une empreinte digitale. »… « Tout comme vous pouvez trouver une personne sur un million par les empreintes digitales », dit-il, « vous pouvez trouver une pensée sur un million. » [25]

Les « empreintes cérébrales » d’une personne fuitent dans l’environnement dans « des schémas uniques de dispersion d’énergie », lesquels, si « contrôlés par des capteurs électromagnétiques mixtes…, » [26] pourraient être potentiellement utilisés pour identifier et suivre la personne. En outre, les empreintes cérébrales pourraient même être transmises « … à nouveau dans le cerveau… » [27] (« intactes ou réarrangées – de la personne ou de quelqu’un d’autre… » [28]) avec le cerveau agissant avec l’information « comme si elle était un vrai signal de l’environnement. » [29]

[ NB : La plupart de ce que Norseen a dit à Duncan Laurie pourrait en fait déjà avoir été « démodé. » Norseen avait des habilitations de sécurité défense et avait signé des accords de non-divulgation sur « plus de 70 ans ». [30] Il expliquait que bien qu’il ne pouvait pas discuter des développements les plus récents, « au moins » qu’il pouvait « édifier » en ce qui concernait les années 1995-2002. [31] ]

Clonage d’EEG :

Copier les ondes cérébrales d’une personne sur le cerveau d’une autre personne est une technologie parfois appelée « clonage d’EEG ». [32] Le chercheur Tim Rifat explique que les émotions et les états tels que la colère et l’agressivité, l’apathie, la luxure, la psychopathie, la dépression suicidaire, les manies, la paranoïa et la psychose ont des fréquences distinctes lesquelles peuvent être formées dans le cerveau « à distance par l’utilisation d’une diffusion de fréquences extrêmement basses et portée par des faisceaux de micro-ondes modulées par pulsations (technologie de contrôle mentale à distance par micro-ondes modulées par pulsations à très basses fréquences ELF). » [33]

Comme le physicien Richard Alan Miller l’a dit : En utilisant… des EEG améliorés-par-ordinateur, les scientifiques peuvent identifier et isoler les… « groupes de signature de l’émotion » d’un cerveau, les synthétiser et les stocker sur un autre ordinateur. En d’autres termes, en étudiant les caractéristiques subtiles des schémas des ondes cérébrales qui se produisent lorsqu’un sujet éprouve une émotion particulière, les scientifiques ont pu être en mesure d’identifier le schéma des ondes cérébrales concomitantes et peuvent maintenant le dupliquer. [34] Ces « groupes de signature de l’émotion » stockés peuvent ensuite être formés dans des êtres humains pour déclencher l’émotion. [35]

Plus que de simples émotions, même une autre « personnalité » peut être « clonée » sur un individu. Ce « clonage du cortex cérébral » a été comparé à « avoir un ennemi dans son propre esprit. » [36]

Un fait à noter : Tamerlan Tsarnaev, le kamikaze supposé des attentats de Boston (plus probablement un bouc émissaire), était sujet à ce qu’il a appelé « un contrôle majestueux de l’esprit », et il a dit à sa mère qu’il se sentait comme si une autre personne était à l’intérieur de lui, en lui disant des choses à faire. [37]

Etablir des « connexions » :

John Norseen suggéra que le cerveau, qui a été décrit comme un « ordinateur biologique » [38], pouvait être connecté sans fil (sans une interface cerveau-ordinateur) à un ordinateur technologique, expliquant qu’une personne pourrait être « ping [é] » avec « une séquence de lumière ou avec une séquence de rayonnement [de fréquence extrêmement basse] » provoquant « … quelque chose à être tiré de hors du cerveau… » [39] Bien sûr, un ordinateur « ping » un autre pour tester la connectivité entre les deux « appareils. » (le ping en informatique permet de tester la présence sur le réseau d’un périphérique qui répond à un signal qui lui est envoyé).

Si plusieurs cerveaux étaient connectés au même « système », les mêmes signaux du cerveau pourraient être acheminés vers (« clonés » sur) plusieurs cerveaux. « Les messages de diffusion » pourraient même être envoyés, induisant des pensées similaires, des sentiments, des comportements, et même des opinions dans toutes les personnes sur le réseau. [40]

On pourrait ainsi imaginer des cellules d’esprits organisées en ruche ou même une grande ruche dans laquelle « les participants » se partageraient l’information neuronale (les ondes cérébrales). Dans un tel scénario, les comportements de groupe complexes pourraient peut-être être coordonnés à partir d’un « centre de contrôle » externe, une situation qui rappelle certains récits d’individus qui prétendent avoir été « traqué et harcelé par un gang en bande organisée. » [41]

Le piratage de l’esprit :

« Le piratage de l’esprit » est le terme de Robert Duncan pour le processus par lequel un cerveau est cartographié à distance, au travers duquel un certain degré de contrôle opérationnel sur le cerveau devient possible.

Un piratage de l’esprit permet la possibilité totale d’une interaction sans fil entre un cerveau et un ordinateur. Pour « pirater » un cerveau, les empreintes cérébrales ou la « signature du cerveau » globale de la personne doivent être déchiffrées, ce qui est un processus mécanique et déterministe nécessitant seulement « du temps » et « les coordonnées » de la cible pour être réalisable. [42]

Une fois obtenu « le temps et les coordonnées » le cerveau de n’importe qui peut être piraté : « Un timing précis des pulsations est la façon dont le tour est joué… Le timing des pulsations doit exactement coïncider avec la fin de la dépolarisation d’un neurone, » laquelle est « propre à chaque individu et à leurs microcircuits… Ce flux binaire agit comme un message chiffré qu’un seul cerveau humain unique avec les schémas physiques exacts peut interpréter…

Afin de créer une quelconque amplification significative, des milliers de neurones sinon plus ont besoin d’être exactement impulsés sans aucun d’entre eux hors d’alignement avant que le signal électromagnétique puisse gagner suffisamment d’influence dans le cerveau pour son entrainement.

Dans d’autres circuits ou cerveaux, cela y ajoute simplement un bruit de fond qui en est exfiltré… Les pulsations radar utilisant la clé du flux binaire sont envoyées au cerveau cible, et si cela frappe juste au même bon moment qu’avec les autres, quelques micro secondes plus tard, un potentiel évoqué devrait être détecté. Cela indique que la clé du cerveau est acceptée… Ces clés de flux binaire sont classées et sous-classées.

Chacune d’elle représente une « résonnance-de-cerveau » ou un état qui a été atteint. Elles sont des modèles qui peuvent être rejoués dans l’esprit de la cible. Au fur et à mesure que le processus de cartographie du cerveau avance d’autres flux binaires se mettent en place dans l’ensemble du modèle cognitif de plus en plus vite comme quand on se rapproche de compléter un puzzle. » [43]

Un signal « façonné » selon la signature unique du cerveau d’une personne n’affectera pas les autres cerveaux exposés au signal. Ainsi même des gens debout à proximité d’une personne ciblée ne remarquent rien d’anormal, sauf peut-être le comportement de la cible.

Selon Duncan, le fait que quelqu’un pourrait être assiégé par des « ondes invisibles », tandis que les autres, même à proximité, restent non affectés et ignorants de l’intrusion, a tendance à « déjouer le citoyen ordinaire qui n’a pas encore l’expérience de la réalité virtuelle électromagnétique. » [44] Cependant, le concept devient plus intuitif quand on considère que le système nerveux de l’individu ciblé a été « accordé en réception comme un téléphone cellulaire. » [45]

Et, bien sûr, seul un « téléphone » dont le numéro a été composé va « sonner. » [456] Le piratage de l’esprit permet des exploits d’invasivité monstrueux, rendant possible de vraiment « écouter à travers les oreilles du sujet, et de voir au travers les yeux du sujet. » [47] Une question sans réponse est combien de temps est-il nécessaire pour pirater un cerveau – Des minutes ? Des jours ? Des semaines ? En tout cas, aussi longtemps que le processus puisse prendre, on pourrait supposer que le piratage de l’esprit est devenu plus efficace avec le temps.

Le Scanner Pour Cerveaux – MASINT :

Selon John Norseen, les cerveaux des individus dans une population donnée peuvent être interrogés et les signatures de cerveau inhabituelles (« les empreintes cérébrales ») identifiées de loin. Cela semble être un aspect de MASINT – les services de renseignement de la mesure et de la signature – la « plus récente, la plus englobante, et la plus techniquement complexe » des méthodes de collecte du renseignement. [48]

Norseen écrit que « de multiples capteurs peuvent détecter et mesurer ce que vous pensez… » et que « l’analyse hyper spectrale à travers le spectre électromagnétique, dans lequel le fonctionnement du cerveau se produit » peut être utilisée « pour corréler et localiser avec des détails plus précis… les régions spécifiques du cerveau engagé dans un processus mental de l’activité de la cible. » [49]

En outre, ces capacités de lecture de l’esprit sont « bien plus robustes » que les technologies traditionnelles de diagnostic telles que les EEG ou les IRM F, et « impliquent… une analyse de capteur plus distante à l’aide de techniques d’interférométrie…, » de sorte que « des informations sur l’activité neuronale sous-jacente peut être recueillie… (et) des affichages… (peuvent être) générés montrant des schémas mentaux comportementaux en cours d’activité ou prévus par anticipation, qu’ils soient normaux, pathologiques, ou formés » : Les circuits neuronaux qui reflètent les schémas cérébraux normaux, pathologiques ou formés peuvent être discernés.

Par conséquent, un système complexe de capteurs interconnectés et hyper spectraux d’analyse du cerveau, échangeant des paquets d’information de base de données d’équations mathématiques représentatives et des domaines d’état biophysique, serait en mesure d’étudier une zone particulière et de déterminer les activités cérébrales des éléments constitutifs de la zone de surveillance.

Une personne avec des schémas cérébraux normaux aurait des caractéristiques d’empreintes cérébrales qui seraient différentes d’une autre personne souffrant d’un schéma de comportement pathologique ou formé. [50] Il pourrait également être ajouté que les cerveaux non conformes, par exemple, les cerveaux avec des attitudes non déférentes envers l’autorité ou avec des opinions non sanctionnées, pourraient aussi vraisemblablement être identifiés et signalés pour une « enquête » supplémentaire ou un « ciblage. »

Conclusion :

Nous sommes confrontés à un monde dans lequel la science-fiction dystopique est en passe de devenir réalité. En effet, pour certains, la dystopie est peut-être déjà arrivée. A l’échelle mondiale, des milliers « d’individus ciblés » proclament avoir subi des expériences concordantes avec ce que Robert Duncan appelle le « piratage de l’esprit. »

Comme ceux-ci sont seulement des personnes qui se sont auto-identifiées comme cibles, le nombre réel d’individus ciblés pourrait être nettement supérieur. Pendant ce temps le « lanceur  d’alerte » Edward Snowden s’étend à propos de « révélations » des abus de la surveillance de la NSA, des abus largement divulgués par d’autres dans les années antérieures, mais sans la consternation et le battage médiatique.

Alors que les « révélations » de Snowden ne sont certainement pas négligeables, il est évident que les populations Américaines et mondiales existent maintenant dans une bulle « d’irréalité » entièrement inconscientes des technologies de « science-fiction » déployées contre elles. Considérons alors la possibilité que l’ampleur réelle des « opérations de surveillance » reste très « non divulguée. »

Texte Original :

       Conspiracy Theory?

 

“Mind control” is a topic commonly perceived as “conspiracy theory” or “X-Files” fare. That is, it is seen as possibly not “real,” and certainly not something about which one should be “overly” concerned.

This attitude at least partially arises from the widespread belief or assumption that the human brain is so complicated—(“the most complex entity in the universe” is a common formulation)—that it has not, and perhaps cannot, be comprehended in any depth.

One writer, for example, describes the brain as of “perhaps infinite” complexity,[1] while another, David Brooks of the New York Times, writes that it is “probably impossible” that “a map of brain activity” could reveal mental states such as emotions and desires.[2]

Similarly, Andrew Sullivan, blogger and former editor of The New Republic, opines that neuroscience is still in its “infancy,” and that we have only begun “scratching the surface” of the human brain, and links to a New Yorker piece in support of that position.[3]

And the cover story for the October 2004 issue of Discovery Magazine entitled “The Myth Of Mind Control” advises the reader that while mind control is a “familiar science-fiction” staple, there is little reason for real concern, because actually deciphering the “neural code” would be akin to figuring out other “great scientific mysteries” such as the “origin of the universe and of life on Earth,” and is therefore hardly likely.[4]

According to the article, as the brain is “the most significant mystery in science” and quite possibly “the hardest to solve,”[5] mind control remains at worst a distant concern.

The underlying idea seems to be that sophisticated mind control is unlikely without understanding the brain; and we do not understand the brain.

________________________________

mindcontrol

Understanding the “Neural Code”

Of course, one might question the notion that a full understanding of the “neural code” is a prerequisite for mind control since it is not always necessary to know how something works for it to be effective. Nonetheless, the assumption that the brain is so complex that little progress has been made in “solving” it is itself incorrect.

As neuroscientist Michael Persinger has said, the “great mythology” of the brain is that it is “beyond our understanding; no it’s not.”[6] In fact, according to inventor and “futurist” Ray Kurzweil, “very detailed mathematical models of several dozen regions of the human brain and how they work….”[7] had already been developed over a decade ago.

Kurzweil also said at that time that science is “further along in understanding the principles of operation of the human brain than most people realize….”[8] While the brain may be complicated, “it’s not that complicated (emphasis added).”[9]

Similarly, an Air Force report from 1995, in a section entitled “Biological Process Control,” predicts that before 2050 “… [w]e will have achieved a clear understanding of how the human brain works, how it really controls the various functions of the body, and how it can be manipulated…:”[10]

One can envision the development of electromagnetic energy sources … that can couple with the human body in a fashion that will allow one to prevent voluntary muscular movements, control emotions (and thus actions), produce sleep, transmit suggestions, interfere with … memory, produce an experience set, and delete an experience set.  [11]

As disturbing as such “predictions” may be, is it possible that technologies to prevent (or perhaps even impel) muscular movement, control emotions, transmit suggestions, delete memories, create false memories, and so on, have already been developed?

Certainly, even a cursory review of the “open literature” reveals that various sophisticated mind control technologies already exist.[12] Indeed, it is rather shocking to realize how advanced mind control technology was, even several decades ago.

"Altering brain waves"

For example, there is the 1974 invention of Robert G. Malech for which a patent was granted in 1976 and assigned to defense contractor Dorne & Margolin, Inc.—for a method of “remotely monitoring and altering brain waves.”[13]

Moreover, experiments conducted over thirty years ago at the Stanford Research Institute (SRI) showed that basic mind reading from EEG readouts was possible, revealing the existence of “a non-symbolic language” of “brain-wave patterns” which could be deciphered and translated.[14]

Indeed, “…[b]y the late 1960s … ‘remote control’ of the human brain—accomplished without the implantation of electrodes—was well on its way to being realized.”[15] A means of stimulating a brain “by creating an electrical field completely outside the head” was developed,[16] and it was discovered that electric pulses could stimulate the brain using far less energy than previously “thought … effectual in the old implanting technique.”[17]

Not surprisingly, with such developments arose legitimate fears of a future world where “human robots” would perform the bidding of the “military.”[18]

And one source quotes a 1970s Pentagon agency report as saying that it will likely be possible in “several years” to induce sounds and words directly into the brain (bypassing the ears), as well as to use “combinations of frequencies and other signal characteristics to produce other neurological effects….,”[19]

The report notes that the Soviets had observed “various changes in body chemistry” and “functioning” of the brain from the exposure of the brain to various frequencies.[20] Also mentioned are studies at MIT showing that “magnetic brain waves can be picked up … and amplified as if the brain were a radio transmitter,” no implants or electrodes required.[21]

Finally, an article from 1981 describes how “microwave generators” placed in appropriate locations and transmitting at low energy would create “interference patterns” out of the interaction with brainwaves (brain electricity).

These interference patterns “could then be built up by computer into a three-dimensional moving picture of mental processes”—in other words, a remote “thought scanner” (and tracking device) could be developed.[22]

__________________________________

Recent “Advances”

Subjected to outside influences

In light of these past developments, it is perhaps rather surprising to read modern articles describing supposedly recent innovations in “mind reading” and mind control technology – in which it is sometimes claimed, for example, that scanners, electrodes and proximity to the subject is required to read and “control” minds.

Such claims reflect an apparent failure of the science of “mind control” to progress as one might have expected considering the presumed interest, as well as the spectacular rate of advancement of science and technology in general in recent decades.

Of course, it would not be all that surprising if mind control technology has advanced considerably, but that research has been carried out in secret for reasons of “national security.”

CIA affiliated scientists have certainly conducted much research which they have been prohibited from sharing with their peers,[23] and inventions that implicate “national security” are routinely suppressed under Pentagon secrecy orders.[24] Also, it might seem desirable to hide research programs which sometimes “require” relaxation of ethical standards, such as that of informed consent.

That said, even ignoring the likely existence of a “secret science” of mind control, recent public advancements are quite troubling in their own right.

Some examples:

"New connections" are being made all the time.

1)    In 2004, 25,000 rat neurons on a glass dish learned to fly an F-22 jet fighter simulator.[25] After scientists placed the neurons on the dish, the neurons quickly began “to reconnect themselves, forming a living neural network—a brain.”[26]

The lead scientist added that “one day,” though of course a “long way off,” disembodied brains might actually be used to fly drones,[27] though the current experiment was merely to enhance knowledge of how the brain works, and possibly provide “clues to brain dysfunction.”[28]

2)    In August 2013, researchers revealed that “miniature” human brains had been grown in the laboratory.[29] As is typical, any negative implications or reasons for worry were minimized, while possible “therapeutic” uses were highlighted. Thus, the breakthrough was hailed as a great opportunity to understand “developmental defects.” Though the writer does mention “the spectre of what the future might hold,” the reader is reassured that the research is “primitive territory”[30]—though one researcher did comment on the “undesirability” of growing larger laboratory brains.[31]

3)    On July 1, 2013, a magazine reported a claim by neuroscientist Sergio Canavero that it was now feasible to transplant the head of one human to the body of another and reattach the spinal cord.[32]

4)    Scientists have reconstructed random images viewed by subjects, from fMRI brain scans, in research that “hints” that “one day” scientists might be able to “access dreams, memories and imagery….”[33]

5)    The brains of two rats have been linked, such that one, located in North Carolina, responded “telepathically” to the thoughts of the other, located in Brazil.[34] The second rat’s brain processed signals from the first rat’s brain, delivered over the internet, as if they were its own. The scientist speculated about the “future possibility” of a “biological computer, in which numerous brains are connected….”[35]

6)    A brain-to-brain interface has been created, allowing humans to move a rat’s tail just by thinking about it.[36] Readers are told that while it is not yet possible to “communicate brain to brain with our fellow humans … we may be on our way to … controlling” other species.[37] But, since it is “still very early days” the writer “hope(s)” that any ethical concerns can be “iron(ed) out.”[38]  Of note, the study used focused ultrasound to deliver impulses to the rat’s brain.[39]

7)    Continuing the ultrasound “theme”: Focused pulses of low intensity low frequency ultrasound, transmitted noninvasively through the skull to the human brain, have been shown capable of producing, not only pain, but also sound, as well as evoking “sensory stimuli.”[40] Accordingly, a lab with a “close working relationship” with DARPA, the Department of Defense, and U.S. Intelligence communities, has been looking into using pulsed ultrasound to encode “sensory data onto the cortex”; in other words, producing hallucinations through the remote and direct stimulation of brain circuits.[41] Possibilities are the ability to “remotely control brain activity” and the “creation of artificial memories.”[42] Even Sony has gotten in on the act, patenting a device for using ultrasound to produce hallucinations—again described as “transmitting sensory data directly into the human brain.”[43]  Most troublingly, one source recently alleged that the NSA is using this ultrasound technology to target individuals through their smartphones.[44]

8)    A researcher was able to make a fellow researcher in a different office move his finger just by thinking about it, in the “first” demonstration of a human brain-to-brain interface.[45]

9)    A low cost means of tracking people, even through walls, has been developed. While in the past individuals could be tracked anywhere by the “military” using radar technology, this technology might enable entities with fewer resources to track people as well.[46]

How much live nano testing has gone on?

10)   Scientists have remote controlled a worm by implanting magnetic nanoparticles into it, and then exposing the animal to a “radiofrequency magnetic field” which stimulated its neurons. The scientists suggest that their research could lead to “innovative cancer treatments” and “improved diabetes therapies,” as well as

11)  Americans can now be spied on in their homes through their internet-connected appliances, according to (former) CIA Director David Petraeus.

Petraeus made his statements at about the same time a huge microchip company, ARM, unveiled new processors which will connect home appliances such as refrigerators, washers and driers to the internet.[48]

12)  LED lights have been ostensibly pushed for their efficiency over traditional bulbs. However, LED lights are also semiconductors capable of inducing “biological and behavior effects.”[49]

__________________________________

“Breakaway” Science?

 

Nural Codes

While the aforementioned public developments are quite concerning, the reality is they may not actually represent the true state of the art in “mind control” technology.

It would not be that surprising, after all, for a domain with national security implications to at some point in its development branch off onto separate “tracks,” one public and the other “hidden.”

If such a bifurcation were to occur, advancements made in secret would not necessarily be incorporated into the public sphere. Eventually perhaps, innovations and breakthroughs would result in the development of an essentially new, covert science.

An example of a domain in which this bifurcation process seems to have occurred is aviation. In the public sphere, the most advanced aircraft might well be the F-22 fighter jet, or perhaps the F-35. However, if insider testimony is credited, these aircraft seem almost primitive in comparison with flying machines developed in secret.

Perhaps the most compelling statements in this regard come from Ben Rich, former Director of Lockheed-Martin’s Advanced Development Projects, or “Skunk Works,” a Lockheed division notable for its super high-tech, top secret projects, among them the U2 spy plane and the SR-71 Blackbird.

As Joseph P. Farrell’s reports in his book Saucers, Swastikas, and Psyops, Rich made a number of peculiar and provocative comments at the end of his career, and following his retirement on December 31, 1990 (prior to his death five years later), comments strongly hinting at “the development of … an off-the-books physics and technology….”[50]

For example, on September 7, 1988, in a presentation to the American Institute of Aeronautics and Astronautics in Atlanta, Georgia, Rich lamented that he was prohibited from discussing Skunkwork’s current projects, but he did say that they “call for technologies once only dreamed of by science fiction writers.”[51]

In ensuing years, Rich elaborated slightly. For instance, while speaking to the UCLA School of Engineering Alumni Association in 1993, Rich said that “an error in the equations” had been discovered and corrected, making it possible “to travel to the stars.”[52] He added, however, that “these technologies are so locked up in black programs, that it would take an act of God to ever get them out to benefit humanity.”[53]

Ben Rich - Who saw it it...lived it all.

Farrell goes on to relay a statement from an unnamed Lockheed retired engineer who was quoted in a magazine article in 1988 as saying that “we have things flying in the Nevada desert that would make George Lucas drool.”[54] In the same article an Air Force officer involved in the development of the SR-71 said “[w]e are testing vehicles that defy description.

To compare them conceptually to the SR-71 would be like comparing Leonardo da Vinci’s parachute design to the space shuttle.” And a retired Colonel chimed in: “We have things that are so far beyond the comprehension of the average aviation authority as to be really alien to our way of thinking.” [55]

Consider then for a moment the possibility that within the classified world, in 1993, a technology, to quote Ben Rich, “to take ET back home” had already been developed.[56] The implications are enormous, not to mention rather frightening. One wonders where the technology must be in 2014, more than twenty years later.

And if the aforementioned statements are true, and this seems plausible (why would these individuals lie, or even exaggerate, especially to Engineering Associations and Aeronautics institutes), what might this imply about the current state of the art in domains other than aviation, such as neuroscience, which has itself been the subject of intense “weaponization” efforts.

Indeed, what does such a vast discrepancy between what people believe and what is actually true suggest about the nature of our perceived reality in general?

Steven DiBasio is a writer, attorney, and sometime musician. He lives in the Midwest. And more will be on the way. He can be reached at:     steven.dibasio@gmail.com

Editing:  Jim W. Dean


[1] Nicholas West, Literal Smart Dust Opens Brain-Computer Pathway to “Spy on Your Brain”, Activist Post, July 19, 2013, http://www.activistpost.com/2013/07/literal-smart-dust-opens-brain-computer.html.

[2] David Brooks, Op-Ed, Beyond The Brain, N.Y. Times, June 18, 2013, at A25, available at http://www.nytimes.com/2013/06/18/opinion/brooks-beyond-the-brain.html?pagewanted=print.

[3] Andrew Sullivan, Scratching The Brain’s Surface, The Dish, Dec. 5, 2012, http://dish.andrewsullivan.com/2012/12/05/only-scratching-the-brains-surface/.

[4] John Horgan, The Myth of Mind Control, Discovery Magazine, Oct. 29, 2004, http://discovermagazine.com/2004/oct/cover.

[5] Id.

[6] Michael Persinger, “Psychotropic Drugs and The Nature Of Reality,” YouTube (at 3:40), http://www.youtube.com/watch?v=1b6-Pe278HA (Last visited 1/06/14).

[7] Ray Kurzweil, The Singularity, Science At The Edge—Conversations with the Leading Scientific Thinkers of Today 299-300 (John Brockman ed., Sterling Publ. Co. Inc. 2008) (Originally published by Barnes and Noble in 2003 under the title The New Humanists: Science at the Edge).

[8] Id. at 299.

[9] Id. at 310.

[10] Scientific Advisory Board (Air Force) Washington DC, New World Vistas: Air and Space Power for the 21st Century. Ancillary Volume 89 (1995), available at http://www.dtic.mil/dtic/tr/fulltext/u2/a309597.pdf.

[11] Id.

[12] Nick Begich, Mind Control—The Ultimate Brave New World 15 (Earthpulse Press 2006), available at http://www.earthpulse.com/epulseuploads/articles/MindControl.pdf.

[14] Walter Bowart, Operation Mind Control 258 (Dell Publishing Co. Inc., USA 1978). A statement by Dr. Adam Reed of Rockefeller University provides another indication of how sophisticated mind control technology was, even several decades ago. Walter Bowart quotes Dr. Reed as saying, in 1976, that it was “‘conceivable that thoughts could be injected’ into a person’s mind by the government,” though “he indicated that he did not believe it had already been done,” suggesting the possibility that as far back as 1976, it possibly could have been done— “If the political system changes and massive abuses appear likely,” he added, “that would be the time to disappear from the society.”  Id. at 259.

[15] Id. at 257.

[16] Id. at 257.

[17] Id. at 257.

[18] Id. at 259.

[19] William Hamilton, Coming—The Mind Reading Machines, http://www.whale.to/b/mindread.html. Several technologies for producing speech or other sound directly in the brain exist. See for example “Microwave Frequency Warfare, The Real Cold War,” YouTube (at 10:20), http://www.youtube.com/watch?v=SLKw4ujcRMw (Last visited 1/6/14). For another example, see “Talking Window Sends Messages Through Your Skull!” http://www.youtube.com/watch?v=E2a9VHsYaqg (Last visited 1/6/14).  

[20] Hamilton, supra note 19.

[21] Id. Hamilton further speculates that “[b]y the 21st century it may be possible to detect and amplify brain waves over several miles. It is not beyond the imagination to picture globe-encircling satellites that carry on-board mind-reading machines that scan the earth.” Hamilton states that he wrote this article in 1979 “from source articles published in the L.A. Times and Computerworld…” Id.

[22] Gary Selden, Machines that Read Minds, Science Digest, October 1981, available at http://marsboy683documents.wordpress.com/2010/02/17/machines-that-read-minds-gary-selden-science-digest-october-1981/ (Last accessed 1/6/14). The author mentions how “easy” it is “to imagine … brain-picking … and ‘internal surveillance’ of dissidents.” Id. The article is cited in a July 1, 1974 Time Magazine article entitled “Mind-Reading Computer,” available at https://sites.google.com/site/mcrais1/pinneo (Last accessed 1/7/14).

[23] Peter Levenda, Sinister Forces, A Grimoire of American Political Witchcraft, Book Three: The Manson Secret, Kindle Location 9185 (TrineDay 2006) (“Scientists were not allowed to publish the most exciting results of their research, as they came under security classification. Men like Hal Puthoff and Russell Targ, Ewen Cameron and Frank Olson and William Sargant were prohibited from sharing their work with their peers”).

[24] Steven Aftergood, Invention Secrecy Still Going Strong, Secrecy News, Oct. 21, 2010, http://blogs.fas.org/secrecy/2010/10/invention_secrecy_2010/ (“There were 5,135 inventions that were under secrecy orders at the end of Fiscal Year 2010 … a 1% rise over the year before, and the highest total in more than a decade”).

[25] ‘Brain’ in a dish flies flight simulator, CNN.com, November 4, 2004, http://www.cnn.com/2004/TECH/11/02/brain.dish/.

[26] Id.

[27] Id.

[28] Id.

[29] James Gallagher, Miniature ‘human brain’ grown in lab, BBC News, Aug. 28, 2013, http://www.bbc.co.uk/news/health-23863544.

[30] Id.

[31] Id.

[32] Christopher Mims, First-ever human head transplant is now possible, says neurologist, QUARTZ, July 1, 2013, http://qz.com/99413/first-ever-human-head-transplant-is-now-possible-says-neuroscientist/. The first successful head transplant on an animal occurred almost sixty years ago, in 1954, when a Russian scientist named Demikhov grafted the head of a puppy onto another canine, creating a two-headed hydra “dog,” with both heads apparently independently “aware.” And in 1970 an American doctor named Robert White successfully transplanted the head of one monkey onto the body of another monkey. The ability to keep the severed brain of an animal alive outside of its body was developed over half a century ago, in 1962. For a brief overview of the history, see http://www.mymultiplesclerosis.co.uk/stranger-than-fiction/head-transplant.html. To view footage of Demikhov’s two-headed dog, see https://www.youtube.com/watch?v=uvZThr3POlQ. To view footage of the Rhesus monkey head transplant and an interview with Dr. White, see https://www.youtube.com/watch?v=zwkkmsoo4a4.

[33] James Urquhart, Mind-reading machine knows what the eye can see, New Scientist, Mar. 5, 2008, http://www.newscientist.com/article/dn13415.

[34] James Gorman, In a First, Experiment Links Brains of Two Rats, N.Y. Times, Mar. 1, 2013, at A15, available at 

http://www.nytimes.com/2013/03/01/science/new-research-suggests-two-rat-brains-can-be-linked.html?_r=0&pagewanted=print.

[35] Id.

[36] Michelle Starr, Control a rat with your brain, CNET, http://news.cnet.com/8301-17938_105-57596633-1/control-a-rat-with-your-brain/.

[37] Id.

[38] Id.

[39] Id.

[40] Tyler WJ, Tufail Y, Finsterwald M, Tauchmann ML, Olson EJ, et al., Remote Excitation of Neuronal Circuits Using Low-Intensity, Low-Frequency Ultrasound, Oct. 29, 2008, available at http://www.plosone.org/article/info:doi/10.1371/journal.pone.0003511.

[41] William J. Tyler, Remote Control of Brain Activity Using Ultrasound, Sept. 1, 2010, http://science.dodlive.mil/2010/09/01/remote-control-of-brain-activity-using-ultrasound/.

[42] Peggy Coulombe, Ultrasound shown to exert remote control of brain circuits, ASU News [now], Nov. 20, 2008 https://asunews.asu.edu/20081120_braincircuits.

[43] Jenny Hogan, Barry Fox, Sony patent takes first step towards real-life Matrix, New Scientist, Apr. 7, 2005, http://www.newscientist.com/article/mg18624944.600. Ultrasound can also be used in conjunction with so-called “smart dust.” The “idea is to sprinkle electronic sensors … into the cortex and to interrogate them remotely using ultrasound. The ultrasound also powers this so-called neural dust.”  Ultrasound would be the medium for both retrieving data from the brain and sending information to it. See West, supra note 1. To view a fascinating video clip showing in graphic terms just how small a billionth of a meter is (the size of a nanometer or “nanoparticle”), see http://www.youtube.com/watch?v=38Vi8Dm0kdY.

[44] Tom Heneghan, “What is the Endgame Now?” Oct. 13, 2013, http://www.tomheneghanbriefings.com/What-is-the-Endgame-Now__10-13-2013.html (“The highest levels of the U.S. Military have now discovered that the NSA has been stonering iPhones and smart phones of targeted U.S. citizens. This program utilizes ultra sound with a direct attack on brain cells.” (emphasis added); see also, Gordon Duff, America’s “Dark Program” Militarism, Veterans Today, Sept. 22, 2013, http://www.veteranstoday.com/?p=270425 (“The real systems, first developed for use through mobile communications by Ericsson Corporation are capable of inducing severe psychosis, paranoia and triggering violence”); see also, Gordon Duff, Denial of Truth, Mind Control and Satanism in America, Veterans Today, Jan. 14, 2013, http://www.veteranstoday.com/?p=235971 (Technologies “capable of inducing, not just voices, but emotions and even beliefs, (have) been integrated into mobile communications platforms. We have absolute evidence of this, can technically describe its use and, if asked, demonstrate how it was discovered and how it works. The only questions are those who are targeted, how many thousands or millions are subjected to quite genuine “thought control” and what is being induced, what fears, what beliefs, what ideas”) The capability was discovered in smartphones, devices hundreds of millions of people carry around with them every day. Id.; see also, Gordon Duff, Ventura’s “Brain Invaders”, Veterans Today, Dec. 24, 2012, http://www.veteranstoday.com/?p=233785 (“Current technology can actually implant false memory, memories of crimes, acts of terror, treason, can be done with total reliability and is and has been done and discovered being done”).

[45] Doreen Armstrong, Michelle Ma, Researcher Controls Colleagues Motions in 1st Human Brain-to-brain Interface, UW Today, Aug, 27, 2013, http://www.washington.edu/news/2013/08/27/researcher-controls-colleagues-motions-in-1st-human-brain-to-brain-interface/.

[46] Helen Knight, New system uses low power Wi-Fi signal to track moving humans—even behind walls, MIT News, June 27, 2013, http://web.mit.edu/newsoffice/2013/new-system-uses-low-power-wi-fi-signal-to-track-moving-humans-0628.html?tmpl=component&print=1 (“Researchers have long attempted to build a device capable of seeing people through walls. However, previous efforts to develop such a system have involved the use of expensive and bulky radar technology that uses a part of the electromagnetic spectrum only available to the military”).

[47] Science News, With Magnetic Nanoparticles, Scientists Remotely Control Neurons And Animal Behavior, Science Daily, July 6, 2010,  http://www.sciencedaily.com/releases/2010/07/100706150626.htm.

[48] Steve Watson, CIA Head: We Will Spy On Americans Through Electrical Appliances, Infowars.com, Mar. 16, 2012, http://www.infowars.com/cia-head-we-will-spy-on-americans-through-electrical-appliances/.

[49] Michael Kanellos, A New Use For LEDs: Mind Control, N.Y. Times, Oct. 7, 2011, http://green.blogs.nytimes.com/2011/10/07/a-new-use-for-leds-mind-control/. To view a video presentation of possible mind control implications of LED lights, see “Miles Johnston—LED Street Lighting updated on 26th October 2013,” https://www.youtube.com/watch?v=Fa2vqYDU444.

[50] Joseph P. Farrell, Saucers, Swastikas, and Psyops, Kindle Location 4539 (Adventures Unlimited Press 2011).

[51] Id. at Location 4578.

[52] Id. at Location 4584.

[53] Id. at Location 4569.

[54] Id. at Location 4589.

[55] Id. at Location 4593, 4594.

[56] Id. at Location 4562.

Le contrôle mentale dans le 21ème siècle – Science-fiction & au-delà

Voici la traduction en Français de 2 articles très intéressants et à lire absolument sur le contrôle mentale électronique.Cette traduction est à mettre au crédit du blog http://bestofcomputer.wordpress.com

Articles originaux :

http://www.veteranstoday.com/2014/01/13/mind-control-in-the-21st-century-science-fiction-beyond/

http://www.veteranstoday.com/2014/03/10/mind-control-in-the-21st-century/

PARTIE 1 :

 

Une théorie de la conspiration ? :

Le « contrôle mental » est un sujet communément perçu comme une « théorie du complot » ou une histoire à la « X-Files ». Cela étant, ceci est vu comme possiblement « non réel », et certainement pas comme quelque chose avec laquelle l’on devrait trop se sentir inquiété.

Cette attitude vient au moins partiellement du fait de la croyance répandue ou de l’hypothèse que le cerveau humain est tellement complexe – (« l’entité la plus complexe de tout l’univers » est une formulation commune) – qu’il n’a pas, et peut être ne peut pas, être compris dans quelque profondeur que ce soit.

Un auteur, par exemple, décrit le cerveau comme d’une complexité « peut-être infinie », [1] quand un autre, David Brooks du New York Times, écrit qu’il est « probablement impossible » qu’ « une carte de l’activité du cerveau » pourrait révéler des états mentaux tels que les émotions et les désirs. [2]

De façon similaire, Andrew Sullivan, blogueur et ancien éditorialiste du The New Republic, se prononce sur le fait que la neuroscience est encore dans son « enfance », et que nous avons seulement commencé à « gratter la surface » du cerveau humain, et se rapporte à un article du New Yorker en soutien de cette position. [3]

Et l’histoire de camouflage que constitue l’édition d’Octobre 2004 de Discovery Magazine titrée « Le Mythe du Contrôle Mentale » procède en avisant le lecteur du fait que en même temps que le contrôle mentale est une accroche « familière de la science-fiction », il y a peu de raison de réelle préoccupation sur ce sujet, parce que déchiffrer vraiment le « code neuronal » serait proche de comprendre d’autres « grands mystères scientifiques » comme « l’origine de l’univers et de la vie sur Terre », et donc cela est très peu probable d’arriver. [4]

D’après l’article, comme le cerveau est « le mystère le plus significatif de la science » et très probablement « le plus difficile à résoudre », [5] alors le contrôle mental demeure au pire une préoccupation lointaine.

L’idée sous-jacente semble être que le contrôle mental sophistiqué est improbable sans comprendre le cerveau ; et nous ne comprenons pas le cerveau.

Comprendre le « code neuronal » :

Bien sûr, on pourrait questionner la notion du fait qu’une compréhension complète du « code neuronal » serait un prérequis pour le contrôle mental puisqu’il n’est pas toujours nécessaire de savoir comment quelque chose fonctionne pour que cela soit efficace. Néanmoins, l’hypothèse que le cerveau est si complexe que peu de progrès a été fait pour le « résoudre » est en elle-même incorrecte.

Comme le neuroscientifique Michael Persinger l’a dit, la « grande mythologie » du cerveau est qu’il est « en dehors de notre compréhension ; non il ne l’est pas. » [6] En fait, selon l’inventeur et le « futurologue » Ray Kurzweil, « des modèles mathématiques très détaillés de plusieurs douzaines de régions du cerveau humain et comment elles fonctionnent… » [7] ont déjà été développées depuis plus d’une décennie auparavant.

Kurzwell a dit aussi à cette époque que la science est « allé bien plus loin dans la compréhension des principes d’opération du cerveau humain que la plupart des gens ne le réalisent… » [8] En même temps que le cerveau pourrait être compliqué, « ce n’est pas si compliqué que ça. » [9]

De façon similaire, un rapport de l’Air Force de 1995, dans un paragraphe titré « Contrôle de Processus Biologique », prédit qu’avant 2050 « … nous aurons achevé une compréhension claire de comment le cerveau humain fonctionne, comment il contrôle vraiment les différentes fonctions du corps, et comment il peut être manipulé… : » [10]

On peut envisager le développement de sources d’énergie électromagnétique… qui peuvent interagir avec le corps humain dans une façon qui nous permettra d’empêcher des mouvements musculaires volontaires, de contrôler les émotions (et ainsi les actions), provoquer du sommeil, transmettre des suggestions, interférer avec … la mémoire, et produire un ensemble d’expériences ressenties, et d’effacer un ensemble d’expériences ressenties. [11]

Aussi dérangeantes que de telles « prédictions » peuvent l’être, est-il possible que les technologies qui empêchent (ou peut-être même qui y poussent) les mouvements musculaires, qui contrôle les émotions, qui transmettent des suggestions, qui effacent des souvenirs, qui créent de faux souvenirs, et ainsi de suite, auraient déjà été développées ?

Certainement, même un examen superficiel de la « littérature publique » révèle que des moyens variés et sophistiqués de contrôle mental existent déjà. [12] En effet, il est plutôt choquant de réaliser combien la technologie de contrôle mental était avancée, et cela même plusieurs décennies auparavant.

Par exemple, il y a l’invention de 1974 de Robert G. Malech pour laquelle un brevet a été accordé en 1976 et affecté à un contractuel du Ministère de la Défense Dorne & Margolin Inc. – pour une méthode de « surveillance et d’altération des ondes cérébrales à distance. » [13]

De plus, des expérimentations conduites depuis plus de 30 ans à l’Institut de Recherche de Standford (SRI) montraient qu’une lecture basique de l’esprit depuis des sorties de EEG était possible, révélant l’existence « d’un langage non symbolique » de « schémas onde-cerveau » lequel pouvait être déchiffré et traduit. [14]

En effet, « …vers la fin des années 1960… « le contrôle à distance » du cerveau humain – accompli sans les implantations d’électrodes –  était bien en train d’être réalisé. » [15] Un moyen de stimuler un cerveau « en créant un champ électrique complètement en dehors de la tête » était développé, [16] et il a été découvert que des pulsations électriques pouvaient stimuler le cerveau en utilisant bien moins d’énergie que ce que l’on pensait auparavant efficace dans la vieille technique des implantations. » [17]

Sans étonnement, avec de tels développements apparurent des peurs légitimes d’un monde future ou des « robots humains » exécuteraient les ordres des « militaires. » [18]

Et une source cite un rapport du Pentagone de 1970 comme disant qu’il sera probablement possible dans « plusieurs années » d’induire des sons et des mots directement dans le cerveau (en court-circuitant les oreilles), et de même que d’utiliser « des combinaisons de fréquences et d’autres caractéristiques du signal pour produire d’autres effets neurologiques… » [19]

Le rapport remarque que les Soviétiques avaient observé « diverses changements dans la chimie du corps » et dans le « fonctionnement » du cerveau à partir d’une exposition du cerveau à diverses fréquences. [20] il était aussi fait mention d’études au MIT montrant que « des ondes magnétiques du cerveau pouvaient être récupérées… et amplifiées comme si le cerveau était un transmetteur radio », et aucune implantation d’électrodes n’était nécessaire. [21]

Finalement, un article de 1981 décrit comment « des générateurs de micro-ondes » placés dans des emplacements appropriés et transmettant à basse énergie pouvaient créer des « schémas d’interférence » à partir de leurs interactions avec les ondes cérébrale (l’aspect électrique du cerveau).

Ces schémas d’interférence « pouvaient ensuite être construits par ordinateur en une image tridimensionnelle évolutive des processus mentaux » – en d’autres mots, un « scanner de pensée » à distance (et un dispositif de pistage) pouvait être développé. [22]

« Avancées » récentes :

A la lumière de ces développements passés, il est peut être plutôt surprenant de lire des articles modernes décrivant les supposées récentes innovations dans « la lecture de l’esprit » et dans la technologie de contrôle mental – dans laquelle il est quelque fois proclamé, par exemple, que les scanners, les électrodes et la proximité de contact avec le sujet sont requis pour lire and « contrôler » les esprits.

De telles proclamations reflètent un apparent échec de la science du « contrôle mental » à progresser comme l’on aurait pu s’y attendre considérant l’intérêt présumé, ainsi que la vitesse spectaculaire d’avancement de la science et des techniques dans les autre domaines en général dans les décennies récentes.

Bien sûr, cela n’aurait pas été si surprenant que la technologie de contrôle mental aurait avancé considérablement, mais que la recherche aurait été menée en secret pour des raisons de « sécurité nationale ».

Les scientifiques affiliés avec la CIA ont certainement conduit beaucoup de recherche sur laquelle ils ont été interdits de la partager avec leurs paires, [23] et des inventions qui impliquent la « sécurité nationale » sont quotidiennement supprimées sous les ordres de mise au secret par le Pentagon. [24] Aussi, il semblerait désirable de cacher les programmes de recherche qui parfois « nécessitent » des assouplissements des normes éthiques, tel que celui d’un consentement éclairé du sujet.

Cela dit, même en ignorant la probable existence d’une « science secrète » du contrôle mental, les récents avancements publics sont tout à fait troublants en eux-mêmes.

Quelques exemples :

1/

En 2004, 25000 neurones de rat mis sur une plaque de verre ont appris à faire voler un simulateur d’avion de combat F-22. [25] Après que les scientifiques aient placé les neurones sur la plaque, les neurones ont rapidement commencé « à se reconnecter entre eux, formant un réseau neuronal vivant – un cerveau. » [26]

Le scientifique en chef a ajouté que « un jour », même si bien sûr cela ne se ferait pas avant de parcourir « un long chemin », des cerveaux désincarnés pourraient en fait être utilisés pour faire voler des drones, [27] bien que l’expérimentation actuelle était simplement pour améliorer la connaissance de comment le cerveau fonctionne, et possiblement procurer « des indices sur le dysfonctionnement cérébral. » [28]

2/

En Aout 2013, des chercheurs révélèrent que des cerveaux humains « miniatures » avaient été cultivés en laboratoire. [29] Comme de coutume, toute implication négative ou raison de s’inquiéter ont été minimisées, en même temps que des possibles utilisations « thérapeutiques » ont été mises en avant. Ainsi, cette avancée a été saluée comme une grande opportunité de comprendre les « défauts de développements. » Bien que l’auteur mentionne « le spectre de ce que l’avenir pourrait réserver », le lecteur est rassuré sur le fait que la recherche est en « territoire primitif » [30] – bien qu’un chercheur ait fait un commentaire sur l’inopportunité de cultiver de plus gros cerveaux de laboratoire. [31]

3/

Le 1er Juillet 2013, un magazine a rapporté une déclaration faite par le neuroscientifique Sergio Canavero qui disait qu’il était maintenant faisable de transplanter la tête d’un humain sur le corps d’un autre et de ré-attacher la moelle épinière. [32]

4/

Des scientifiques ont reconstruit des images aléatoires vues par des sujets, à partir de scans IRM F (IRM Fonctionnelle) de cerveau, dans une recherche qui fait « allusion » au fait que « un jour » les scientifiques pourraient être capables « d’accéder aux rêves, souvenirs et images… » [33]

5/

Les cerveaux de 2 rats ont été reliés, de telle manière que l’un d’eux, situé en Caroline du Nord, répondait « télépathiquement » aux pensées de l’autre, situé au Brésil. [34] Le cerveau du second rat traitait les signaux depuis le cerveau du premier rat, délivrés par Internet, comme s’ils étaient les siens. Le scientifique spéculait à propos de « future possibilité » d’un « ordinateur biologique, dans lequel plusieurs cerveaux seraient connectés… » [35]

6/

Une interface de cerveau à cerveau a été créée, permettant aux humains de faire bouger la queue d’un rat simplement en y pensant. [36] Il est dit aux lecteurs qu’en même temps qu’il n’est pas encore possible de « communiquer de cerveau à cerveau avec nos frères humains… Nous pourrions bien être sur la voie de… contrôler » d’autres espèces. [37] Mais, puisqu’il est « encore trop tôt » l’auteur « espère » que toute préoccupation éthique peut être « apaisée. » [38] A noter, l’étude utilisait des ultrasons focalisés pour délivrer des impulsions dans le cerveau des rats. [39]

7/

En continuant sur le « thème » de l’ultrason : des pulsations focalisées de basse intensité et de basse fréquence, transmises de façon non invasive à travers le crane jusqu’au cerveau humain, a pu être montré capable de produire, pas seulement de la douleur, mais aussi du son, de même que d’évoquer « des stimuli sensoriels. » [40] En conséquence, un laboratoire qui a des « relations de travail proches » du DARPA, du Département de la Défense, et des communautés du Renseignement Américain, ont cherché à utiliser des ultrasons pulsés pour encoder « des informations sensorielles sur le cortex » ; en d’autre termes, pour produire des hallucinations à travers une stimulation directe et à distance des circuits du cerveau. [41] Les possibilités sont le pouvoir de « contrôler l’activité cérébrale à distance » et la « création de souvenirs artificiels. » [42] Même Sony s’est impliqué dans cette action, en brevetant un appareil pour utiliser des ultrasons pour produire des hallucinations – encore décrites comme « transmission de donnée sensorielle directement dans le cerveau humain. » [43] Le plus troublant, étant une source qui alléguait récemment que la NSA utilise cette technologie des ultrasons pour cibler des individus à travers leurs smartphones. [44]

8/

Un chercheur a été capable de faire faire bouger son doigt à un confrère chercheur dans un autre bureau simplement en y pensant, dans une « première » démonstration d’une interface de cerveau à cerveau humain. [45]

9/

Un moyen à bas cout de suivre des personnes, y compris à travers des murs, a été développé. Pendant que dans le passé les individus pouvaient être suivis de partout par « les militaires » utilisant la technologie du radar, cette technologie pourrait permettre à des personnes avec beaucoup moins de moyens de suivre les gens tout aussi bien. [46]

10/

Les scientifiques ont contrôlé à distance un vers en lui implantant des nanoparticules magnétiques, et ensuite en exposant l’animal à un « champ magnétique à radiofréquence » lequel stimulait ses neurones. Les scientifiques suggèrent que leur recherche pourrait mener à « des traitements innovants du cancer » et « à des thérapies améliorées du diabète », de la même façon.

11/

Les Américains peuvent maintenant être espionnés à l’intérieur de leurs maisons grâce à leurs appareils connectés à Internet, selon (l’ancien) Directeur de la CIA David Petraeus.

Petraeus a fait ces affirmations à peu près en même temps qu’une grande compagnie de microprocesseurs, AMR, dévoila de nouveaux processeurs qui connecteront les appareils ménagers tels que les réfrigérateurs, les machines à laver et à sécher à l’Internet. [48]

12/

Les ampoules LED ont été ostensiblement mises en avant pour leur meilleure efficacité comparées aux ampoules traditionnelles. Cependant, les lumières LED sont aussi des semi-conducteurs capables d’induire « des effets biologiques et comportementaux. » [49]

Une Science « à part » ? :

Pendant que les développements publics mentionnés ci-dessus sont tout à fait inquiétants, la réalité est qu’ils pourraient ne pas vraiment représenter le vrai état de l’art dans la technologie du « contrôle mental ».

Il ne serait pas si surprenant, après tout, pour un domaine avec des implications de sécurité nationale, à un certain point de son développement, de bifurquer en « chemins » séparés, l’un public et l’autre « caché. »

Si une telle bifurcation devait arriver, les avancées faites en secret ne seraient pas nécessairement incorporées dans la sphère publique.

Peut-être éventuellement, les innovations et les percées résulteraient dans le développement d’une essentiellement nouvelle, science secrète.

Un exemple de domaine dans lequel ce processus de bifurcation semble s’être passé est l’aviation. Dans la sphère publique, le plus avancé des avions pourrait bien être l’avion de chasse F-22, ou peut-être le F-35. Cependant, à en croire le témoignage d’un initié, ces avions semblent presque primitifs en comparaison d’avec les machines volantes développées en secret.

Peut-être que les propos les plus irrésistibles à cet égard viennent de Ben Rich, ancien Directeur de Lockheed-Martin’s des Projets de Développements Avancés, ou « Skunk Works », une division de Lockheed notablement connue pour ses projets super high-tech, et top secret, parmi lesquels l’avion d’espionnage U2 et le Blackbird SR-71.

Comme Joseph P. Farrell le rapporte dans son livre « Soucoupes, Swastikas, et Psy Ops (Opérations Psychologiques de la CIA) », Rich a fait de nombreux commentaires particuliers et provoquants à la fin de sa carrière, et après son départ à la retraite le 31 Décembre 1990 (avant sa mort 5 ans plus tard), des commentaires insinuant fortement l’existence d’un « développement d’une physique et d’une technologie en dehors des livres… » [50]

Par exemple, le 7 Septembre 1988, dans une présentation à l’Institut Américain d’Aéronautique et d’Astronautique à Atlanta en Géorgie, Rich déplorait qu’il lui était interdit de discuter des projets en cours de « Skunk Works », mais il a quand même dit « qu’ils font appel à des technologies auparavant seulement rêvées par les auteurs de science-fiction. » [51]

Au cours des années suivantes, Rich en dit un peu plus. Par exemple, tout en parlant à l’Association des Elèves de l’Ecole d’Ingénieur de l’UCLA en 1993, Rich dit « qu’une erreur dans les équations » avait été découverte et corrigée, rendant possible « le voyage vers les étoiles. » [52] Il ajouta, cependant, que « ces technologies sont tellement verrouillés dans des programmes noirs et secrets, que cela nécessiterait un acte de Dieu pour les faire ressortir au grand jour afin que l’humanité puisse en bénéficier. » [53]

Farrell continue en rapportant une déclaration d’un ingénieur à la retraite de Lockheed anonyme qui était cité dans un article d’un magazine de 1988 et qui disait que « nous avons des engins volants dans le désert du Nevada qui feraient baver d’envie George Lucas (réalisateur de « la Guerre des Etoiles »). » [54] Dans le même article un officier de l’Air Force impliqué dans le développement du SR-71 dit « nous sommes en train de tester des véhicules qui défient toute description.

Les comparer conceptuellement avec le SR-71 serait comme de comparer la conception du parachute de Leonardo da Vinci à la navette spatiale. » Et un Colonel à la retraite dit en chœur : « Nous avons des choses qui sont tellement bien au-delà de la compréhension des autorités communes de l’aviation que c’est comme si elles étaient vraiment extra-terrestre par rapport à notre façon de penser. » [55]

Considérez alors un instant la possibilité que à l’intérieur du monde du classifié, en 1993, une technologie, en citant Ben Rich, « qui peut ramener « ET » à sa maison » avait déjà été développée. [56] Les implications sont énormes, sans mentionner le fait qu’elles sont plutôt effrayantes. On peut se demander où en est la technologie en 2014, plus de 20 ans plus tard.

Et si les déclarations susmentionnées sont vraies, et cela semble plausible (pourquoi ces individus mentiraient, ou même exagèreraient, spécialement aux Associations d’Ingénieurs et aux Instituts Aéronautiques), que cela pourrait-il impliquer à propos de l’état de l’art actuel dans des domaines autre que l’aviation, tels que les neurosciences, qui a lui-même fait l’objet d’intenses efforts de militarisation.

En effet, qu’est-ce qu’un tel grand écart entre ce que les gens croient et ce qui est véritablement vrai suggère à propos de la nature de notre perception de la réalité en général ?

Texte Original :

                       Conspiracy Theory?

 

“Mind control” is a topic commonly perceived as “conspiracy theory” or “X-Files” fare. That is, it is seen as possibly not “real,” and certainly not something about which one should be “overly” concerned.

This attitude at least partially arises from the widespread belief or assumption that the human brain is so complicated—(“the most complex entity in the universe” is a common formulation)—that it has not, and perhaps cannot, be comprehended in any depth.

One writer, for example, describes the brain as of “perhaps infinite” complexity,[1] while another, David Brooks of the New York Times, writes that it is “probably impossible” that “a map of brain activity” could reveal mental states such as emotions and desires.[2]

Similarly, Andrew Sullivan, blogger and former editor of The New Republic, opines that neuroscience is still in its “infancy,” and that we have only begun “scratching the surface” of the human brain, and links to a New Yorker piece in support of that position.[3]

And the cover story for the October 2004 issue of Discovery Magazine entitled “The Myth Of Mind Control” advises the reader that while mind control is a “familiar science-fiction” staple, there is little reason for real concern, because actually deciphering the “neural code” would be akin to figuring out other “great scientific mysteries” such as the “origin of the universe and of life on Earth,” and is therefore hardly likely.[4]

According to the article, as the brain is “the most significant mystery in science” and quite possibly “the hardest to solve,”[5] mind control remains at worst a distant concern.

The underlying idea seems to be that sophisticated mind control is unlikely without understanding the brain; and we do not understand the brain.

________________________________

mindcontrol

Understanding the “Neural Code”

Of course, one might question the notion that a full understanding of the “neural code” is a prerequisite for mind control since it is not always necessary to know how something works for it to be effective. Nonetheless, the assumption that the brain is so complex that little progress has been made in “solving” it is itself incorrect.

As neuroscientist Michael Persinger has said, the “great mythology” of the brain is that it is “beyond our understanding; no it’s not.”[6] In fact, according to inventor and “futurist” Ray Kurzweil, “very detailed mathematical models of several dozen regions of the human brain and how they work….”[7] had already been developed over a decade ago.

Kurzweil also said at that time that science is “further along in understanding the principles of operation of the human brain than most people realize….”[8] While the brain may be complicated, “it’s not that complicated (emphasis added).”[9]

Similarly, an Air Force report from 1995, in a section entitled “Biological Process Control,” predicts that before 2050 “… [w]e will have achieved a clear understanding of how the human brain works, how it really controls the various functions of the body, and how it can be manipulated…:”[10]

One can envision the development of electromagnetic energy sources … that can couple with the human body in a fashion that will allow one to prevent voluntary muscular movements, control emotions (and thus actions), produce sleep, transmit suggestions, interfere with … memory, produce an experience set, and delete an experience set.  [11]

As disturbing as such “predictions” may be, is it possible that technologies to prevent (or perhaps even impel) muscular movement, control emotions, transmit suggestions, delete memories, create false memories, and so on, have already been developed?

Certainly, even a cursory review of the “open literature” reveals that various sophisticated mind control technologies already exist.[12] Indeed, it is rather shocking to realize how advanced mind control technology was, even several decades ago.

"Altering brain waves"

For example, there is the 1974 invention of Robert G. Malech for which a patent was granted in 1976 and assigned to defense contractor Dorne & Margolin, Inc.—for a method of “remotely monitoring and altering brain waves.”[13]

Moreover, experiments conducted over thirty years ago at the Stanford Research Institute (SRI) showed that basic mind reading from EEG readouts was possible, revealing the existence of “a non-symbolic language” of “brain-wave patterns” which could be deciphered and translated.[14]

Indeed, “…[b]y the late 1960s … ‘remote control’ of the human brain—accomplished without the implantation of electrodes—was well on its way to being realized.”[15] A means of stimulating a brain “by creating an electrical field completely outside the head” was developed,[16] and it was discovered that electric pulses could stimulate the brain using far less energy than previously “thought … effectual in the old implanting technique.”[17]

Not surprisingly, with such developments arose legitimate fears of a future world where “human robots” would perform the bidding of the “military.”[18]

And one source quotes a 1970s Pentagon agency report as saying that it will likely be possible in “several years” to induce sounds and words directly into the brain (bypassing the ears), as well as to use “combinations of frequencies and other signal characteristics to produce other neurological effects….,”[19]

The report notes that the Soviets had observed “various changes in body chemistry” and “functioning” of the brain from the exposure of the brain to various frequencies.[20] Also mentioned are studies at MIT showing that “magnetic brain waves can be picked up … and amplified as if the brain were a radio transmitter,” no implants or electrodes required.[21]

Finally, an article from 1981 describes how “microwave generators” placed in appropriate locations and transmitting at low energy would create “interference patterns” out of the interaction with brainwaves (brain electricity).

These interference patterns “could then be built up by computer into a three-dimensional moving picture of mental processes”—in other words, a remote “thought scanner” (and tracking device) could be developed.[22]

__________________________________

Recent “Advances”

Subjected to outside influences

In light of these past developments, it is perhaps rather surprising to read modern articles describing supposedly recent innovations in “mind reading” and mind control technology – in which it is sometimes claimed, for example, that scanners, electrodes and proximity to the subject is required to read and “control” minds.

Such claims reflect an apparent failure of the science of “mind control” to progress as one might have expected considering the presumed interest, as well as the spectacular rate of advancement of science and technology in general in recent decades.

Of course, it would not be all that surprising if mind control technology has advanced considerably, but that research has been carried out in secret for reasons of “national security.”

CIA affiliated scientists have certainly conducted much research which they have been prohibited from sharing with their peers,[23] and inventions that implicate “national security” are routinely suppressed under Pentagon secrecy orders.[24] Also, it might seem desirable to hide research programs which sometimes “require” relaxation of ethical standards, such as that of informed consent.

That said, even ignoring the likely existence of a “secret science” of mind control, recent public advancements are quite troubling in their own right.

Some examples:

"New connections" are being made all the time.

1)    In 2004, 25,000 rat neurons on a glass dish learned to fly an F-22 jet fighter simulator.[25] After scientists placed the neurons on the dish, the neurons quickly began “to reconnect themselves, forming a living neural network—a brain.”[26]

The lead scientist added that “one day,” though of course a “long way off,” disembodied brains might actually be used to fly drones,[27] though the current experiment was merely to enhance knowledge of how the brain works, and possibly provide “clues to brain dysfunction.”[28]

2)    In August 2013, researchers revealed that “miniature” human brains had been grown in the laboratory.[29] As is typical, any negative implications or reasons for worry were minimized, while possible “therapeutic” uses were highlighted. Thus, the breakthrough was hailed as a great opportunity to understand “developmental defects.” Though the writer does mention “the spectre of what the future might hold,” the reader is reassured that the research is “primitive territory”[30]—though one researcher did comment on the “undesirability” of growing larger laboratory brains.[31]

3)    On July 1, 2013, a magazine reported a claim by neuroscientist Sergio Canavero that it was now feasible to transplant the head of one human to the body of another and reattach the spinal cord.[32]

4)    Scientists have reconstructed random images viewed by subjects, from fMRI brain scans, in research that “hints” that “one day” scientists might be able to “access dreams, memories and imagery….”[33]

5)    The brains of two rats have been linked, such that one, located in North Carolina, responded “telepathically” to the thoughts of the other, located in Brazil.[34] The second rat’s brain processed signals from the first rat’s brain, delivered over the internet, as if they were its own. The scientist speculated about the “future possibility” of a “biological computer, in which numerous brains are connected….”[35]

6)    A brain-to-brain interface has been created, allowing humans to move a rat’s tail just by thinking about it.[36] Readers are told that while it is not yet possible to “communicate brain to brain with our fellow humans … we may be on our way to … controlling” other species.[37] But, since it is “still very early days” the writer “hope(s)” that any ethical concerns can be “iron(ed) out.”[38]  Of note, the study used focused ultrasound to deliver impulses to the rat’s brain.[39]

7)    Continuing the ultrasound “theme”: Focused pulses of low intensity low frequency ultrasound, transmitted noninvasively through the skull to the human brain, have been shown capable of producing, not only pain, but also sound, as well as evoking “sensory stimuli.”[40] Accordingly, a lab with a “close working relationship” with DARPA, the Department of Defense, and U.S. Intelligence communities, has been looking into using pulsed ultrasound to encode “sensory data onto the cortex”; in other words, producing hallucinations through the remote and direct stimulation of brain circuits.[41] Possibilities are the ability to “remotely control brain activity” and the “creation of artificial memories.”[42] Even Sony has gotten in on the act, patenting a device for using ultrasound to produce hallucinations—again described as “transmitting sensory data directly into the human brain.”[43]  Most troublingly, one source recently alleged that the NSA is using this ultrasound technology to target individuals through their smartphones.[44]

8)    A researcher was able to make a fellow researcher in a different office move his finger just by thinking about it, in the “first” demonstration of a human brain-to-brain interface.[45]

9)    A low cost means of tracking people, even through walls, has been developed. While in the past individuals could be tracked anywhere by the “military” using radar technology, this technology might enable entities with fewer resources to track people as well.[46]

How much live nano testing has gone on?

10)   Scientists have remote controlled a worm by implanting magnetic nanoparticles into it, and then exposing the animal to a “radiofrequency magnetic field” which stimulated its neurons. The scientists suggest that their research could lead to “innovative cancer treatments” and “improved diabetes therapies,” as well as

11)  Americans can now be spied on in their homes through their internet-connected appliances, according to (former) CIA Director David Petraeus.

Petraeus made his statements at about the same time a huge microchip company, ARM, unveiled new processors which will connect home appliances such as refrigerators, washers and driers to the internet.[48]

12)  LED lights have been ostensibly pushed for their efficiency over traditional bulbs. However, LED lights are also semiconductors capable of inducing “biological and behavior effects.”[49]

__________________________________

“Breakaway” Science?

 

Nural Codes

While the aforementioned public developments are quite concerning, the reality is they may not actually represent the true state of the art in “mind control” technology.

It would not be that surprising, after all, for a domain with national security implications to at some point in its development branch off onto separate “tracks,” one public and the other “hidden.”

If such a bifurcation were to occur, advancements made in secret would not necessarily be incorporated into the public sphere. Eventually perhaps, innovations and breakthroughs would result in the development of an essentially new, covert science.

An example of a domain in which this bifurcation process seems to have occurred is aviation. In the public sphere, the most advanced aircraft might well be the F-22 fighter jet, or perhaps the F-35. However, if insider testimony is credited, these aircraft seem almost primitive in comparison with flying machines developed in secret.

Perhaps the most compelling statements in this regard come from Ben Rich, former Director of Lockheed-Martin’s Advanced Development Projects, or “Skunk Works,” a Lockheed division notable for its super high-tech, top secret projects, among them the U2 spy plane and the SR-71 Blackbird.

As Joseph P. Farrell’s reports in his book Saucers, Swastikas, and Psyops, Rich made a number of peculiar and provocative comments at the end of his career, and following his retirement on December 31, 1990 (prior to his death five years later), comments strongly hinting at “the development of … an off-the-books physics and technology….”[50]

For example, on September 7, 1988, in a presentation to the American Institute of Aeronautics and Astronautics in Atlanta, Georgia, Rich lamented that he was prohibited from discussing Skunkwork’s current projects, but he did say that they “call for technologies once only dreamed of by science fiction writers.”[51]

In ensuing years, Rich elaborated slightly. For instance, while speaking to the UCLA School of Engineering Alumni Association in 1993, Rich said that “an error in the equations” had been discovered and corrected, making it possible “to travel to the stars.”[52] He added, however, that “these technologies are so locked up in black programs, that it would take an act of God to ever get them out to benefit humanity.”[53]

Ben Rich - Who saw it it...lived it all.

Farrell goes on to relay a statement from an unnamed Lockheed retired engineer who was quoted in a magazine article in 1988 as saying that “we have things flying in the Nevada desert that would make George Lucas drool.”[54] In the same article an Air Force officer involved in the development of the SR-71 said “[w]e are testing vehicles that defy description.

To compare them conceptually to the SR-71 would be like comparing Leonardo da Vinci’s parachute design to the space shuttle.” And a retired Colonel chimed in: “We have things that are so far beyond the comprehension of the average aviation authority as to be really alien to our way of thinking.” [55]

Consider then for a moment the possibility that within the classified world, in 1993, a technology, to quote Ben Rich, “to take ET back home” had already been developed.[56] The implications are enormous, not to mention rather frightening. One wonders where the technology must be in 2014, more than twenty years later.

And if the aforementioned statements are true, and this seems plausible (why would these individuals lie, or even exaggerate, especially to Engineering Associations and Aeronautics institutes), what might this imply about the current state of the art in domains other than aviation, such as neuroscience, which has itself been the subject of intense “weaponization” efforts.

Indeed, what does such a vast discrepancy between what people believe and what is actually true suggest about the nature of our perceived reality in general?

Steven DiBasio is a writer, attorney, and sometime musician. He lives in the Midwest. And more will be on the way. He can be reached at:     steven.dibasio@gmail.com

Editing:  Jim W. Dean


[1] Nicholas West, Literal Smart Dust Opens Brain-Computer Pathway to “Spy on Your Brain”, Activist Post, July 19, 2013, http://www.activistpost.com/2013/07/literal-smart-dust-opens-brain-computer.html.

[2] David Brooks, Op-Ed, Beyond The Brain, N.Y. Times, June 18, 2013, at A25, available at http://www.nytimes.com/2013/06/18/opinion/brooks-beyond-the-brain.html?pagewanted=print.

[3] Andrew Sullivan, Scratching The Brain’s Surface, The Dish, Dec. 5, 2012, http://dish.andrewsullivan.com/2012/12/05/only-scratching-the-brains-surface/.

[4] John Horgan, The Myth of Mind Control, Discovery Magazine, Oct. 29, 2004, http://discovermagazine.com/2004/oct/cover.

[5] Id.

[6] Michael Persinger, “Psychotropic Drugs and The Nature Of Reality,” YouTube (at 3:40), http://www.youtube.com/watch?v=1b6-Pe278HA (Last visited 1/06/14).

[7] Ray Kurzweil, The Singularity, Science At The Edge—Conversations with the Leading Scientific Thinkers of Today 299-300 (John Brockman ed., Sterling Publ. Co. Inc. 2008) (Originally published by Barnes and Noble in 2003 under the title The New Humanists: Science at the Edge).

[8] Id. at 299.

[9] Id. at 310.

[10] Scientific Advisory Board (Air Force) Washington DC, New World Vistas: Air and Space Power for the 21st Century. Ancillary Volume 89 (1995), available at http://www.dtic.mil/dtic/tr/fulltext/u2/a309597.pdf.

[11] Id.

[12] Nick Begich, Mind Control—The Ultimate Brave New World 15 (Earthpulse Press 2006), available at http://www.earthpulse.com/epulseuploads/articles/MindControl.pdf.

[14] Walter Bowart, Operation Mind Control 258 (Dell Publishing Co. Inc., USA 1978). A statement by Dr. Adam Reed of Rockefeller University provides another indication of how sophisticated mind control technology was, even several decades ago. Walter Bowart quotes Dr. Reed as saying, in 1976, that it was “‘conceivable that thoughts could be injected’ into a person’s mind by the government,” though “he indicated that he did not believe it had already been done,” suggesting the possibility that as far back as 1976, it possibly could have been done— “If the political system changes and massive abuses appear likely,” he added, “that would be the time to disappear from the society.”  Id. at 259.

[15] Id. at 257.

[16] Id. at 257.

[17] Id. at 257.

[18] Id. at 259.

[19] William Hamilton, Coming—The Mind Reading Machines, http://www.whale.to/b/mindread.html. Several technologies for producing speech or other sound directly in the brain exist. See for example “Microwave Frequency Warfare, The Real Cold War,” YouTube (at 10:20), http://www.youtube.com/watch?v=SLKw4ujcRMw (Last visited 1/6/14). For another example, see “Talking Window Sends Messages Through Your Skull!” http://www.youtube.com/watch?v=E2a9VHsYaqg (Last visited 1/6/14).  

[20] Hamilton, supra note 19.

[21] Id. Hamilton further speculates that “[b]y the 21st century it may be possible to detect and amplify brain waves over several miles. It is not beyond the imagination to picture globe-encircling satellites that carry on-board mind-reading machines that scan the earth.” Hamilton states that he wrote this article in 1979 “from source articles published in the L.A. Times and Computerworld…” Id.

[22] Gary Selden, Machines that Read Minds, Science Digest, October 1981, available at http://marsboy683documents.wordpress.com/2010/02/17/machines-that-read-minds-gary-selden-science-digest-october-1981/ (Last accessed 1/6/14). The author mentions how “easy” it is “to imagine … brain-picking … and ‘internal surveillance’ of dissidents.” Id. The article is cited in a July 1, 1974 Time Magazine article entitled “Mind-Reading Computer,” available at https://sites.google.com/site/mcrais1/pinneo (Last accessed 1/7/14).

[23] Peter Levenda, Sinister Forces, A Grimoire of American Political Witchcraft, Book Three: The Manson Secret, Kindle Location 9185 (TrineDay 2006) (“Scientists were not allowed to publish the most exciting results of their research, as they came under security classification. Men like Hal Puthoff and Russell Targ, Ewen Cameron and Frank Olson and William Sargant were prohibited from sharing their work with their peers”).

[24] Steven Aftergood, Invention Secrecy Still Going Strong, Secrecy News, Oct. 21, 2010, http://blogs.fas.org/secrecy/2010/10/invention_secrecy_2010/ (“There were 5,135 inventions that were under secrecy orders at the end of Fiscal Year 2010 … a 1% rise over the year before, and the highest total in more than a decade”).

[25] ‘Brain’ in a dish flies flight simulator, CNN.com, November 4, 2004, http://www.cnn.com/2004/TECH/11/02/brain.dish/.

[26] Id.

[27] Id.

[28] Id.

[29] James Gallagher, Miniature ‘human brain’ grown in lab, BBC News, Aug. 28, 2013, http://www.bbc.co.uk/news/health-23863544.

[30] Id.

[31] Id.

[32] Christopher Mims, First-ever human head transplant is now possible, says neurologist, QUARTZ, July 1, 2013, http://qz.com/99413/first-ever-human-head-transplant-is-now-possible-says-neuroscientist/. The first successful head transplant on an animal occurred almost sixty years ago, in 1954, when a Russian scientist named Demikhov grafted the head of a puppy onto another canine, creating a two-headed hydra “dog,” with both heads apparently independently “aware.” And in 1970 an American doctor named Robert White successfully transplanted the head of one monkey onto the body of another monkey. The ability to keep the severed brain of an animal alive outside of its body was developed over half a century ago, in 1962. For a brief overview of the history, see http://www.mymultiplesclerosis.co.uk/stranger-than-fiction/head-transplant.html. To view footage of Demikhov’s two-headed dog, see https://www.youtube.com/watch?v=uvZThr3POlQ. To view footage of the Rhesus monkey head transplant and an interview with Dr. White, see https://www.youtube.com/watch?v=zwkkmsoo4a4.

[33] James Urquhart, Mind-reading machine knows what the eye can see, New Scientist, Mar. 5, 2008, http://www.newscientist.com/article/dn13415.

[34] James Gorman, In a First, Experiment Links Brains of Two Rats, N.Y. Times, Mar. 1, 2013, at A15, available at 

http://www.nytimes.com/2013/03/01/science/new-research-suggests-two-rat-brains-can-be-linked.html?_r=0&pagewanted=print.

[35] Id.

[36] Michelle Starr, Control a rat with your brain, CNET, http://news.cnet.com/8301-17938_105-57596633-1/control-a-rat-with-your-brain/.

[37] Id.

[38] Id.

[39] Id.

[40] Tyler WJ, Tufail Y, Finsterwald M, Tauchmann ML, Olson EJ, et al., Remote Excitation of Neuronal Circuits Using Low-Intensity, Low-Frequency Ultrasound, Oct. 29, 2008, available at http://www.plosone.org/article/info:doi/10.1371/journal.pone.0003511.

[41] William J. Tyler, Remote Control of Brain Activity Using Ultrasound, Sept. 1, 2010, http://science.dodlive.mil/2010/09/01/remote-control-of-brain-activity-using-ultrasound/.

[42] Peggy Coulombe, Ultrasound shown to exert remote control of brain circuits, ASU News [now], Nov. 20, 2008 https://asunews.asu.edu/20081120_braincircuits.

[43] Jenny Hogan, Barry Fox, Sony patent takes first step towards real-life Matrix, New Scientist, Apr. 7, 2005, http://www.newscientist.com/article/mg18624944.600. Ultrasound can also be used in conjunction with so-called “smart dust.” The “idea is to sprinkle electronic sensors … into the cortex and to interrogate them remotely using ultrasound. The ultrasound also powers this so-called neural dust.”  Ultrasound would be the medium for both retrieving data from the brain and sending information to it. See West, supra note 1. To view a fascinating video clip showing in graphic terms just how small a billionth of a meter is (the size of a nanometer or “nanoparticle”), see http://www.youtube.com/watch?v=38Vi8Dm0kdY.

[44] Tom Heneghan, “What is the Endgame Now?” Oct. 13, 2013, http://www.tomheneghanbriefings.com/What-is-the-Endgame-Now__10-13-2013.html (“The highest levels of the U.S. Military have now discovered that the NSA has been stonering iPhones and smart phones of targeted U.S. citizens. This program utilizes ultra sound with a direct attack on brain cells.” (emphasis added); see also, Gordon Duff, America’s “Dark Program” Militarism, Veterans Today, Sept. 22, 2013, http://www.veteranstoday.com/?p=270425 (“The real systems, first developed for use through mobile communications by Ericsson Corporation are capable of inducing severe psychosis, paranoia and triggering violence”); see also, Gordon Duff, Denial of Truth, Mind Control and Satanism in America, Veterans Today, Jan. 14, 2013, http://www.veteranstoday.com/?p=235971 (Technologies “capable of inducing, not just voices, but emotions and even beliefs, (have) been integrated into mobile communications platforms. We have absolute evidence of this, can technically describe its use and, if asked, demonstrate how it was discovered and how it works. The only questions are those who are targeted, how many thousands or millions are subjected to quite genuine “thought control” and what is being induced, what fears, what beliefs, what ideas”) The capability was discovered in smartphones, devices hundreds of millions of people carry around with them every day. Id.; see also, Gordon Duff, Ventura’s “Brain Invaders”, Veterans Today, Dec. 24, 2012, http://www.veteranstoday.com/?p=233785 (“Current technology can actually implant false memory, memories of crimes, acts of terror, treason, can be done with total reliability and is and has been done and discovered being done”).

[45] Doreen Armstrong, Michelle Ma, Researcher Controls Colleagues Motions in 1st Human Brain-to-brain Interface, UW Today, Aug, 27, 2013, http://www.washington.edu/news/2013/08/27/researcher-controls-colleagues-motions-in-1st-human-brain-to-brain-interface/.

[46] Helen Knight, New system uses low power Wi-Fi signal to track moving humans—even behind walls, MIT News, June 27, 2013, http://web.mit.edu/newsoffice/2013/new-system-uses-low-power-wi-fi-signal-to-track-moving-humans-0628.html?tmpl=component&print=1 (“Researchers have long attempted to build a device capable of seeing people through walls. However, previous efforts to develop such a system have involved the use of expensive and bulky radar technology that uses a part of the electromagnetic spectrum only available to the military”).

[47] Science News, With Magnetic Nanoparticles, Scientists Remotely Control Neurons And Animal Behavior, Science Daily, July 6, 2010,  http://www.sciencedaily.com/releases/2010/07/100706150626.htm.

[48] Steve Watson, CIA Head: We Will Spy On Americans Through Electrical Appliances, Infowars.com, Mar. 16, 2012, http://www.infowars.com/cia-head-we-will-spy-on-americans-through-electrical-appliances/.

[49] Michael Kanellos, A New Use For LEDs: Mind Control, N.Y. Times, Oct. 7, 2011, http://green.blogs.nytimes.com/2011/10/07/a-new-use-for-leds-mind-control/. To view a video presentation of possible mind control implications of LED lights, see “Miles Johnston—LED Street Lighting updated on 26th October 2013,” https://www.youtube.com/watch?v=Fa2vqYDU444.

[50] Joseph P. Farrell, Saucers, Swastikas, and Psyops, Kindle Location 4539 (Adventures Unlimited Press 2011).

[51] Id. at Location 4578.

[52] Id. at Location 4584.

[53] Id. at Location 4569.

[54] Id. at Location 4589.

[55] Id. at Location 4593, 4594.

[56] Id. at Location 4562.